DR

Rihanna n’a pas de chance avec les hommes. Après avoir été battue par son ex-petit ami, Chris Brown, elle révèle aujourd’hui les relations tendues qu’elle entretient avec son père. Le papa de Rihanna a beau faire son mea culpa à la télé, la chanteuse reste inflexible. Et ne comprend même pas comment son père, Ronald Fenty peut déclarer que c’est lui qui a fait le premier pas vers sa fille. "Ça me semble très bizarre, étant donné que c’est moi qui essaie de me réconcilier avec lui depuis toujours". A 21 ans, la chanteuse, qui n’a pas vu son père depuis un an, a précisé au célèbre présentateur Ryan Seacrest sur une radio américaine : "Je n’ai pas entendu mon père en un an. J’ai essayé pourtant, j’ai tenté de le joindre. J’ai fait ce que je devais faire. Maintenant c’est à son tour" . Mais qu’est-ce qui peut bien opposer ces deux-là ? Tout d’abord, le papa de la belle Caribéenne a donné des interviews aux médias suite à l’agression de sa fille par Chris Brown, et ça, ça n’a pas du tout plu à Rihanna : "Il a fait quelque chose qui m’a vraiment énervée. Il m’a tourné le dos et il est allé parler à la presse. Il a été payé pour parler des ces choses (…) Je ne lui avait parlé de rien, et il a fait comme si nous en avions parlé. Ça ma beaucoup déçue."En s’exprimant sur cette affaire très personnelle, Ronald Fenty a donc fait un faux pas, mais ce n’est pas le seul puisque la chanteuse en profite pour se livrer sur l’épisode au cours duquel son père s’est saoulé alors qu’il suivait la tournée de sa fille : " Il a manqué de respect aux personnes qui étaient dans le bus, et je n’ai pas aimé ça, du coup je l’ai juste laissé rentrer à la maison ». Pas rancunière, et contrairement à ce que dit son père, Rihanna aurait depuis essayé de renouer avec lui : "Chaque fois que j’ai essayé de l’appeler après ça, il ne s’est rien passé. Je l’ai appelé très souvent – la fête des pères, son anniversaire, et il ne s’est rien passé. C’est amusant que maintenant il dise qu’il voudrait se réconcilier avec moi. Il a mon numéro de téléphone". Voilà qui est bien dit !