DR

La polémique autour du jeune rappeur Orelsan et sa chanson "Sale P*te" fait toujours autant de remous ! Après avoir provoqué la colère de membres du gouvernement, mais avoir été défendu par la chanteuse Anaïs, c’est au tour de la mairie de Paris de prendre position contre le chanteur. Ainsi, son album, "Perdu d’avance" a été retiré des 60 bibliothèques de la capitale qui prêtent des disques.Christophe Girard, adjoint PS chargé de la culture a expliqué cette décision dans un communiqué : "Le syndicat Supapa-FSU s’est ému de voir le disque de l’artiste Orelsan "Perdu d’avance" retiré des rayons des bibliothèques municipales et accuse la Ville de Paris de censure." Il ajoute : "Si nous sommes attachés à la liberté artistique, il est indispensable d’éviter qu’un public mineur et non averti soit confronté à l’écoute de morceaux de musique dont les textes insultent les homosexuels et glorifient la violence faite aux femmes." A noter le titre "Sale P*te", vieux de deux ans, ne figure pas dans cet album.