E-PRESS PHOTO.COM

Sexisme, Game of Thrones, écologie, égalité salariale, Brad Pitt, positive-attitude, dans les colonnes de Grazia, Marion Cotillard parle de tout, en toute honnêteté et avec passion.

On savait Marion Cotillard très engagée pour la cause environnementale, aujourd'hui c'est sur le sexisme ambiant à Hollywood que l'actrice française axe son combat.
A quelques jours de la COP21 à Paris et alors que l'actrice française est en pleine promotion de son film shakespearien MacBeth, l'actrice de 40 ans se confie dans les colonnes de Grazia, s'emporte contre les inégalités salariales et en parle avec autant de passion que quand elle fait l'éloge de l'écologie prônée par Nicolas Hulot.

"C'est affligeant, ça n'a aucun fondement. Aujourd'hui, ça ne devrait plus exister. La simple existence de différences salariales entre les hommes et les femmes est un exemple édifiant de la subordination de la femme. C'est inadmissible, surtout dans un pays qui se dit évolué", fulmine Marion Cotillard, faisant pour la première fois entendre sa voix dans le débat contre le sexisme ambiant qui agite aujourd'hui Hollywood. Après Jennifer Lawrence, Emma Watson ou encore Salma Hayek et les 63 femmes en une du New York Times, Marion Cotillard tacle à son tour les inégalités entre hommes et femmes au sein d’Hollywood. 
Si elle dit n'avoir "jamais comparé (son) salaire avec celui de (ses) partenaires masculins", l'actrice sait qu'elle a déjà "travaillé avec des acteurs qui étaient payés beaucoup plus qu'(elle), comme Johnny Depp ou Leonardo DiCaprio", révèle-t-elle nuançant néanmoins son propos : "Mais cela n'avait rien à voir avec du sexisme, c'était normal : à ce moment-là, personne ne me connaissait. On a des salaires à la hauteur de ce que l'on va rapporter au film. Et c'est aberrant que Jennifer Lawrence soit moins payée que les acteurs avec qui elle travaille sur des films chorals".

S'attardant également sur le jeunisme, autre sujet brûlant chez les femmes à Hollywood, l'actrice de 40 ans s'estime "chanceuse" ("J'ai la chance qu'on me propose encore aujourd'hui des rôles incroyables, du coup je ne me suis pas encore posé la question"), vante le travail de ses aînées Cate Blanchett ou Karin Viard et fait l'apologie de la quarantaine : "C'est un moment de notre vie où on a énormément à dire, et de manière plus éclairée qu'à 20 ou 30 ans. On a aussi ce pouvoir en tant qu'actrice d'être à l'origine de projets, et de faire évoluer la mentalité de certains producteurs qui voient en la quarantaine une date de péremption", conclut-elle après avoir déclaré être fan de Game of Thrones, être "fascinée par les actrices" et par Forrest Gump sans oublier de rappeler "La planète n'a pas besoin de nous, et elle se porterait peut-être même mieux si nous n'étions pas là".

L'histoire de MacBeth : Lecture viscérale de la tragédie la plus célèbre et captivante de Shakespeare, celle d’un vaillant guerrier, autant que chef charismatique, se déroulant sur les champs de bataille au milieu des paysages de l’Écosse médiévale. Macbeth est avant tout l’histoire d’un homme abîmé par la guerre qui tente de reconstruire sa relation avec son épouse bien-aimée, tous deux aux prises avec les forces de l’ambition et du désir.

La bande-annonce de MacBeth : 

A lire aussi sur Première

Carey Mulligan fan de Jennifer Lawrence : "Ce qu'elle fait, c'est admirable"

Actuellement à l'affiche d'un film sur le mouvement féministe, Carey Mulligan a fait l'éloge de sa consœur et sa récente prise de position en faveur de l'égalité homme-femme à Hollywood.

Sharon Stone : "Après Basic Instinct, personne ne voulait me payer"

Après Emma Watson, Natalie Portman, Cate Blanchett ou encore Jennifer Lawrence, c'est au tour de Sharon Stone de faire entendre sa voix dans les débats pour l'égalité salariale homme-femme à Hollywood.