Le réalisateur James Toback accusé de harcèlement sexuel

James Toback

Le Los Angeles Time a recueilli 38 témoignages de femmes.

Depuis la révélation des agissements de Harvey Weinstein, accusé de harcèlement sexuel, agressions sexuelles et viols, les témoignages se multiplient à Hollywood. Ce dimanche, le Los Angeles Time a publié une enquête sur le comportement d’un autre ponte de l’industrie du cinéma, James Toback.

Le réalisateur, qui a notamment fait tourner trois fois Robert Downey Jr (Two Girls and a Guy), est accusé par 38 femmes de harcèlement sexuel. Toutes ont témoigné individuellement aux journalistes du Los Angeles Time. Toutes racontent le même scénario.

D’après ces témoignages, James Toback avait l’habitude d’aborder dans les rues de New York des toutes jeunes femmes, de 20 ans environ. De se présenter comme un homme puissant à Hollywood. De les inviter à des entretiens ou des castings. C’est là qui tout dérapait. James Toback aurait eu l’habitude de se vanter de ses relations sexuelles avec des célébrités, puis de poser des questions très intimes. Les 38 femmes interrogées racontent comment il se mettait alors à se masturber devant elles.

Affaire Weinstein : Quentin Tarantino savait

Contacté par le Los Angeles Times, Jalmes Toback a nié ces accusations, affirmant n’avoir jamais rencontré ces femmes, ou alors « 5 minutes, et sans en garder aucun souvenir ». Le réalisateur affirme également être en incapacité physique d’agir de la sorte, souffrant depuis 22 ans de diabète et d’une maladie cardiaque.

Le film français De battre mon cœur s’est arrêté de Jacques Audiard était un remake de Mélodie pour un tueur, réalisé par James Toback.


A lire aussi sur Première

PROCHAINEMENT AU CINÉMA

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les bourreaux meurent aussi
Chérie, je me sens rajeunir
le bonhomme de neige