Le film qui... de Bill Nighy

Bill Nighy

Le célèbre acteur Bill Nighy nous parle des films qui l’ont marqué.

A l’occasion de la diffusion de Good Morning England dimanche soir sur Arte, Première s’est plongé dans les archives de Bill Nighy pour vous faire découvrir les films qui l’ont marqué.
Nous l’avions rencontré en 2012, pour la sortie de Indian Palace, de John Madden.

Le film qui…

…Vous donne envie de danser ?

Performance, de Nicolas Roeg et Donald Cammel. La bande-son est fabuleuse et me file des fourmis dans les jambes : Mick Jagger, Ry Cooder, Buffy Sainte-Marie… Mais l’une des meilleures bandes originales que j’ai entendues récemment est celle de Contrebande, de Baltasar Kormakur. Quand Boom Boom, de John Lee Hooker, démarre à la fin, j’en ai eu des frissons. Il a fallu que je me contrôle pour rester assis.

… Vous fait hurler de rire ?

La plupart des films avec Christopher Walken. Quand il est dans le registre comique, c’est le meilleur. La scène de la montre dans Pulp Fiction me fait mourir de rire. Et la séquence où il torture Dennis Hopper dans True Romance… un chef-d’œuvre de comédie ! Walken est hilarant car c’est un maître de l’understatement : il est drôle parce qu’il ne cherche justement pas à l’être.

Vous fait pleurer à tous les coups ?

Puch-Drunk Love, une histoire d’amour filmée et racontée de manière tellement forte et inhabituelle que j’y vais de ma petite larme à chaque fois. Paul Thomas Anderson ne verse jamais dans la démagogie ou le chantage émotionnel. C’est juste vrai et touchant.

Good Morning England : Un affrontement musical en haute-mer à ne rater sous aucun prétexte

… Vous empêche de dormir ?

Voyage au bout de l’enfer. Je ne peux pas regarder la scène de la roulette russe. Impossible. C’est trop fort pour moi. La première fois que je l’ai vue, je suis carrément sorti de la salle. Je peux supporter les films d’horreur sans broncher, mais cette scène, non !

… Vous a rendu amoureux de son actrice ?

Tous les films avec Isabelle Huppert. La Pianiste, La Cérémonie, Violette Nozière… Je suis dingue de cette femme, qui est sans doute l’une des plus grandes comédiennes de l’histoire du cinéma. Dès qu’elle apparaît à l’écran, elle me bouleverse, me fascine, me tétanise. Je pense avoir vu toute sa filmo, soit près de quatre-vingt-dix longs métrages. Je l’ai rencontrée une fois en vrai et… je pense ne pas avoir été trop mauvais. [Rire].

… Vous a (re)donné envie de jouer ?

Vous allez penser que je radote, mais c’est Puch-Drunk Love. À l’époque, je ne connaissais pas Adam Sandler. Lorsque je l’ai découvert, je préparais Rencontre au sommet, de David Yates, dans lequel je devais jouer un personnage drôle, mais de manière très subtile - exactement le registre de Sandler dans le film d’Anderson. Du coup j’ai écrit son nom au marqueur sur la première page du script pour que sa performance me serve de boussole.

… Vous a choqué ?

Il ne s’agit pas d’un film mais d’une réplique d’Isabelle Huppert dans Gabrielle, de Patrice Chéreau. Au moment où son personnage se sépare de son époux, elle a ces mots horribles [il cite en français] : "Si j’avais pensé une seconde que vous m’aimiez, je ne serais pas revenue… L’idée de votre sperme dans mon corps m’est insipportable." Sorry !


PROCHAINEMENT AU CINÉMA

A lire aussi sur Première

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Les bourreaux meurent aussi
Chérie, je me sens rajeunir
le bonhomme de neige