DR

Il a été interrogé par Stephen Colbert dans son show télé.

Dans son Late Show, deux jours après les Golden Globes, Stephen Colbert recevait James Franco. Si l’interview devait tourner autour de son rôle dans The Disaster Artist, l’humoriste a posé à l’acteur des questions sur les accusations dont il est la cible.

Car dimanche soir, pendant qu’il participait à la cérémonie des Golden Globes, affichant sur le revers de sa veste un badge "Time’s up", James Franco était accusé dans une série de tweets. 

Une actrice, Violet Paley, a notamment écrit que James Franco avait tenté de la forcer à pratiquer une fellation, et lors d’une autre occasion avait proposé à une de ses amies de le rejoindre dans un hôtel alors qu’elle avait 17 ans.

Une autre actrice, Sarah Tither-Kaplan, lui reproche de lui avoir fait tourner des scènes de nu intégral pour 100 dollars la journée, sans exploiter finalement les images dans ses films.

Interrogé à ce sujet, James Franco a affirmé son soutien aux mouvements de libération de la parole des femmes : "Tout d’abord, je veux dire que je soutiens ces mouvements. Ecoutez, j’étais très heureux de gagner, mais être dans cette salle ce soir-là était incroyable. C’était puissant. Je soutien le changement."

Ces messages publiés et largement partagés sur Twitter, il ne les a pas lus, mais "j’en ai entendu parler" explique-t-il. Concernant l’un d’entre eux, écrit par l’actrice Ally Sheedy mais rapidement effacé, il affirme ne pas savoir de quoi il s’agit : "Je n’ai aucune idée de ce que j’ai fait à Ally Sheedy, je n’ai eu que de bons moments avec elle. Je la respecte énormément. Je n’ai aucune idée des raisons de sa colère. Elle a retiré son tweet, je ne peux pas parler à sa place."

Fou rire de James Franco aux Golden Globes

"Les autres… Dans ma vie, j’ai la fierté de prendre mes responsabilités pour les choses que j’ai faites. Je dois m’y tenir pour mon bien-être. Je le fais à chaque fois que je sais qu’il y a quelque chose de mauvais qui doit être changé, j’y mets un point d’honneur. Les choses qu’on m’a rapportées et qui sont sur Twitter ne sont pas vraies, mais je soutiens totalement les personnes qui prennent la parole, parce qu’elles ne l’ont pas eue pendant longtemps. Alors je ne veux pas les faire taire, et je pense que c’est une bonne chose, je les soutiens."

"Si j’ai fait quelque chose de mal, je le réparerai. Je le dois. Je ne sais pas quoi faire d’autre. Quant au problème de savoir comment le faire, je n’ai pas vraiment de réponse. Je pense que le but est nous écoutions. Je suis là pour écouter et apprendre et changer de point de vue. Je veux le faire."