DR

Le verdict est tombé : pour avoir agressé à coups de hâche des automobilistes et s’être aussitôt enfui, le rappeur a écopé d’une peine de prison de deux ans, dont six mois ferme, pour « violence volontaire avec menace d’une arme et destruction de biens privés ». La défense du rappeur, qui invoquait une réaction « disproportionnée » à des insultes provocatrices, n’aura donc pas convaincu le juge. En effet, le leader du groupe NTM, à nouveau réuni, a avoué avoir été sous l’emprise de stupéfiants ce soir-là, qui ont semble-t-il exacerbé la nervosité du rappeur, déjà connu pour s’enflammer très rapidement. Même si Joey s’est fait hospitalisé tout de suite après l’affaire pour sa prise de drogue, cela n’a pas non plus pesé bien lourd dans la balance face à l'état de l'une des cinq victimes qui, traumatisée, avait nécessité une incapacité total de travail pendant dix jours. A sa décharge, Joey a en plus des antécédents précédents qui témoignent de son tempérament violent : que ce soit sur une hôtesse de l’air, un singe, ou plus récemment la mère de ses deux garçons.