DR

La justice a tranché et elle a considéré que Sam Lufti représentait une menace pour Britney Spears, dont les billets pour les dates parisiennes seront en vente à partir du 6 mai prochain. Au final, après des semaines et des semaines de débat, la cour de Los Angeles a donc décidé de publier, mardi 28 avril 2009, une injonction restrictive de trois ans contre l'ancien manager de la chanteuse. Jon Eardly, un avocat qui a, à maintes reprises, contesté la tutelle de Jamie Spears sur sa fille, a écopé de la même sanction. Très concrètement, les deux hommes devront rester à au moins à 100 mètres de Britney, de ses deux fils, des membres de sa famille et de son personnel. Ils ne pourront pas non plus entrer en contact avec la star par téléphone, courrier ou mail. Bref, Britney est complètement sous le contrôle de son papa. Alors, est-ce un bien ou est-ce un mal ? Toutes les personnes "toxic" de son entourage ont-elles été éloignées ? Wait and see !