DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

William Blake, génie visionnaire

Les Chants d'Innocence

C'est en 1789 que <em>William Blake</em> imprime ses premiers volumes illustrés : Les Chants d'innocence. La technique qui consiste à graver les poèmes à l'eau-forte puis à les retravailler à l'aquarelle sera reprise pour le recueil Les Chants d'expérience. La recherche de mythes et de symboles pour approcher la réalité du monde annonce la démarche des autres romantiques que seront <em>charles baudelaire</em> et <em>arthur rimbaud</em>. Songs of Innocence, Les Chants d'Innocence, Frontispice et page de titre - 1789, eau-forte en relief et aquarelle, 144 x 204 mm, The Wormsley Library© The Wormsley Library, Grande Bretagne  L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts  

L'Europe, prophétie : L'Ancêtre des jours

 L'Europe, Prophétie : L'Ancêtre des jours, Frontispice - 1794, Eau-forte en relief imprimée en bleu, 230 x 166 mm, University of Manchester.© 2006 Whitworth Art Gallery. L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts   

L'Europe, prophétie : Les vents réveillent

© Glasgow University Library, Special Collections L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts

Ô flammes du désir furieux

© The Fitzwilliam Museum, Cambridge L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts

La Pitié

A partir de 1795, <em>Blake</em> produit douze grandes estampes en couleur aujourd'hui célèbre. Parmi elles, The Pity, rehaussée à l'aquarelle et à la plume, auraient été inspiré par des vers du Macbeth de <em>Shakespeare</em>, au moment où le héros anticipe le drame du meurtre du roi Duncan.The Pity, La Pitié, 1795, Estampe en couleurs rehaussée à l'aquarelle, 425 x 539 mm, Tate© Tate, London 2008 L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts 

Newton

<em>William Blake</em> représente isaac newton,  savant qui lui est presque contemporain, et qui incarne l'être de raison privé des lumières de l'imagination, à l'inverse de son pendant Nabuchodonosor qui montre l'homme sous son jour le plus bestial. Newton, vers 1795, Estampe en couleur rehaussée à l'aquarelle, 442 x 578 mm, Philadelphia Museum of Art© Philadelphia Museum of Art L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts

Hécate

Le tableau Hécate ou la Nuit de Joie d'Enitharmon, réalisé vers 1795, laisse transparaître l'inspiration gothique de <em>Blake</em>. On ne saurait cependant enfermer dans un mouvement défini le travail du peintre-poète, génie et donc inclassable.Hecate or The night of Enitharmon's joy, Hécate ou La Nuit de joie d'Énitharmon, vers 1795, Estampe en couleurs rehaussée à l'aquarelle, 439 x 581 mm, Tate© Tate, Great Britain L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts

La Mort du mauvais homme

© RMN / Thierry Le Mage L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts

Le Cercle des luxurieux

© Birmingham Museums and Art Gallery L'actu du Petit Palais et des expos à Paris sur le blog arts

Il est fou. Il est poète. Il hallucine. Il a la foi. C'est un génie. William Blake est un génie visionnaire, romantique, incompris, si ce n'est maudit, par les prêcheurs de vérité de son époque. Il était temps de consacrer, en France, une exposition entière à l'oeuvre du génie : le Petit Palais et le Musée de la Vie Romantique ont réunis près de 150 oeuvres, prêtées par les principaux musées britanniques.