DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Les peintres et leur obsession de couleur

Le bleu de Klein

En 1956, l'artiste français <em>Yves Klein</em>, membre du groupe des Nouveaux Réalistes, invente une couleur, mettant au point la formule d'un bleu outremer, le fameux IKB, « International Klein Blue », un bleu profond et hypnotique qu'il utilise pour réaliser une série de monochromes. Il en recouvre également plusieurs Reliefs-éponges ainsi que les corps des femmes utilisées pour ses Anthropométries. « Le bleu n'a pas de dimension », déclare-t-il.Yves Klein, IKB 3 - Monochrome Bleu, 1960, Paris, Musée national d'Art moderne, Centre Pompidou. Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre

Le jaune de Van Gogh

Chez <em>Van Gogh</em>, locataire de la Maison jaune à Arles, les couleurs exacerbées indiquent chacune un certain état psychique : le bleu profond de La Nuit étoilée évoque la rêverie et la perte de repères, le rouge est forcément sang, le jaune halluciné du Café de nuit rappelle la sensation d'aliénation au monde qui mena le peintre à la folie.Vincent Van Gogh, Café de nuit, 1888, New Haven, Yale University Art Gallery.Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre

Le blanc de Twombly

C'est une toile blanche que l'artiste Rindy Sam choisit d'embrasser d'un rouge baiser en 2007 dans l'exposition du peintre américain <em>Cy Twombly</em> Blooming - A scattering of Blossoms and other things, à la Collection Lambert en Avignon. Rien d'étonnant à cela, l'immaculé monochrome appelant inconsciemment à la souillure. Chez Cy Twombly, le blanc rappelle le mur primitif, page vierge sur laquelle mots et couleurs apparaissent.Cy Twombly, Untitled. Courtesy galerie Melki, Paris.Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre

Le noir de Soulages

Pour le peintre <em>Pierre Soulages</em>, le noir est noir-lumière ou outre-noir - dans le sens d'un au-delà de la couleur, plus intense, plus profond. Soyeuse, reflétant la lumière plus qu'elle ne l'absorbe, la peinture noire de Soulages n'annihile pas les couleurs, mais au contraire les appelle.Pierre Soulages, Peinture, 222 x 314 cm, 24 février 2008, collection particulière.Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre

Le bleu de Giotto

« La voûte entière et le fond des fresques sont si bleus qu'il semble que la radieuse journée ait passé le seuil, elle aussi, avec le visiteur... », écrit <em>Marcel Proust</em> dans A la recherche du temps perdu, à propos des fresques de la Chapelle des Scrovegni de Padoue peintes par <em>Giotto</em> au début du XIVe siècle. Le bleu de Giotto est une évocation du divin, de l'immatériel, de l'infini.Giotto, Le Rêve de Joachim, 1303-1305, Chapelle des Scrovegni, Padoue.Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre

Le blanc de Malevitch

Le blanc contient toutes les couleurs, le noir les absorbe vers le néant. <em>Kasimir Malevitch</em>, théoricien du Suprématisme, peint en 1913 Carré noir sur fond blanc, puis cinq ans plus tard, Carré blanc sur fond blanc. Radicale, insurpassable, la toile fait écho au spirituel et non pas au néant, et contient tout le réel plutôt qu'elle ne le nie.Kasimir Malevitch, Carré noir sur fond blanc, 1918, New York, Museum of Modern Art.Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre

Le rouge de Gauguin

Traître à la couleur locale, <em>Gauguin</em> ne représente pas ce qu'il voit, mais ce qui se situe, dit-il, « au centre mystérieux de la pensée ». En pleine ferveur, c'est sur un fond rouge sang, impossible, que les religieuses bretonnes ont en commun la vision de la scène de la lutte de Jacob et de l'Ange. Pour Gauguin, le rouge est paradoxalement la couleur de l'immatériel.Paul Gauguin, La Vision après le sermon, ou La Lutte de Jacob et de l'Ange, 1888, Edimbourg, National Gallery of Scotland. Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre  

Le vert du Douanier Rousseau

Henri Rousseau n'a jamais voyagé hors de France, à peine a-t-il quitté Paris. Il peignit pourtant toute sa vie des paysages luxuriants inspirés d'horizons lointains, forêts de symboles dans lesquels se reflète une infinité de verts, du vert pomme au cuivre en passant par l'émeraude ou le pistache.Henri Rousseau, La Charmeuse de serpent, 1907, Paris, musée d'Orsay.Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre

Le bleu de Miró

Pour Miró, le bleu signifie l'immobilité. « L'immobilité me fait penser à des grands espaces où se produisent des mouvements qui n'ont pas de fin, affirme-t-il. C'est, comme le disait Kant, l'irruption immédiate de l'infini dans le fini. » En 1961, le peintre espagnol peint le triptyque Bleu, dans lequel il réussit à « atteindre le maximum d'intensité avec le minimum de moyens ». Joan Miró, Bleu II, 1961, Paris, Musée national d'Art moderne, Centre Pompidou.Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvre

Le rouge de de Staël

Dans sa dernière toile, Nicolas de Staël rend hommage à sa couleur de prédilection, le rouge. Dans Le Concert, elle remplit le fond de la composition, suggérant le silence plein imposé à ces instruments privés de leur musicien, mais aussi la tension qui précède l'action.Nicolas de Staël, Le Concert, 1955, Antibes, musée Picasso.Sur Flu : L'actu de la peinture sur le blog arts Diaporama : Les artistes et leur dernière oeuvreDiaporama réalisé par Magali Lesauvage