DR

La propagande urbaine d'Hugo Chavez

Chavez en pleine "battle" de hip hop. Chavez cabrant sur une moto. Chavez portant un uppercut ou claquant un dunk.En pleine campagne pour les élections présidentielle du Venezuela, dont le premier tour se déroulera le 7 octobre prochain, le collectif urbain " Miranda Es Otro beta" a lancé une campagne graphique intitulée "Chavez es otro beta", mettant en scène un Chavez rajeuni, tour à tour sous les traits d'un basketteur, d'un danseur de hip hop, d'un motard, d'un boxeur et d'autres archétypes urbains. Message de l'opération : Chavez comprend les jeunes, Chavez est lui-même la jeunesse. Le but ultime de cette propagande urbaine mêlant les codes du street art à ceux de la caricature jeuniste : revitaliser l'image du président, abimée par son cancer et 14 ans de pouvoir, et cristalliser le soutien des jeunes des quartiers populaires ainsi que le synthétise l'un des slogans de la campagne: "celui qui est contre le quartier est contre Chavez". Déclinée en tags, tee-shirts, cahiers, stickers, et drapeaux, la campagne ferait fureur chez les jeunes vénézuéliens des quartiers populaires.L'initiative se dit spontanée et serait, selon ses créateurs, indépendante de la campagne du gouvernement. La plupart des membres du collectif Miranda feraient cependant partie du "Gran Polo Patriótico", coalition de partis appuyant la réélection d'Hugo Chavez pour son troisième mandat consécutif. D'autre part la campagne fait son apparition alors que Chavez est mis en danger pour la première fois dans les sondages par un adversaire politique, son rival à l'élection, Henrique Capriles.Par Laura Guien