DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

20 ans de campagne de prévention AIDES

1993 –

Découvert en 1981, on pense pendant longtemps que le virus du SIDA touche essentiellement les hommes homosexuels. Sur une forte mobilisation de la communauté gay, AIDES est créée en 1984. Les premières campagnes d'affichage sont dédiées aux homos, mais l'association n'entend pas y restreindre sa prévention : viendront ensuite, dans les années 90, les affiches de jeunes migrants, considérés comme une autre population à risque. Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

1997 – "Se protéger, c'est pas si lourd"

Les trithérapies sont développées au début des années 90, mais elles sont, encore en 1997, des traitements lourds. Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

1998 – La Marche pour la Vie

Le 29 mai 1994, AIDES organise sa première "Marche pour la vie". C'est un événement très fort qui regroupe quelques dizaines de milliers de personnes. Mais après quatre éditions, la marche n'est pas reconduite : l'arrivée de trithérapies de plus en plus efficaces fait que l'opinion publique se désintéresse peu à peu du problème. Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2001 – La responsabilité des laboratoires

Les laboratoires Roche ont longtemps été critiqué. Jouissant du monopole du médicament principal, le Fuzéon, l'entreprise a donné l'impression de ne pas vouloir baisser son prix pour des raisons de profits. En 2008, elle annonce qu'elle ne continuera pas ses recherches pour le Sida, faute de résultats satisfaisants.Le problème d'accès aux médicaments est toujours d'actualité. Des ruptures de stock, dues à la gestion des flux par les laboratoires, mettent encore en danger la vie des malades.Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2002 – Lutte contre les idées reçues

A l'époque où les séropositifs vont mieux grâce aux trithérapies, les préjugés restent pourtant tenaces. Cette affiche diffusée notamment dans des entreprises rappelle que "le virus du sida ne se transmet pas en suçant le stylo d'un collègue". Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2003 – La tête de mort d'Eric Traoré

On dirait l'image d'un clip de Lady Gaga, mais c'est l'oeuvre du photographe Eric Traoré ; l'image est belle, certes, mais particulièrement morbide. Cette campagne est en effet lancée alors que AIDES constate un relâchement dans les réflexes de protection et un désintérêt pour le préservatif. Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2004 – Le Sida est beau

L'idée c'était de « montrer » que le Sida ne se voit pas. On n'est plus dans l'esthétique des années 80 où les gens ont le corps physiquement marqué. C'est beau comme une pub Evian ! Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2004 – Ruban rouge

C'est l'affiche la plus consensuelle et une de celles qui, par conséquent, ont le plus marché. 9000 faces ont pris place en affichage urbain et la presse a gracieusement offert de la place dans ses pages pour la campagne.A l'origine, cette affiche surfe sur le mouvement anti-pub. En reprenant les codes d'une pub de mode et en remplaçant le logo des marques par son ruban rouge, AIDES montre qu'il y a d'autres valeurs que les valeurs commerciales.Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

1997 – La loi du silence

Cette campagne est un appel au dialogue. On suppose toujours que l'autre a le même statut sérologique que soi, or le non-dit peut avoir un impact très important.Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2002 – Dick va à la plage

Dans les années 2000, chaque vacances d'été sont précédées d'une campagne de prévention.C'est durant cette période qu'un type qui achète ce masque improbable en forme de gland. Il se prend en photo avec et envoie les photos à des agences. L'agence TBWA avec laquelle commence à travailler AIDES le rappelle. Il insiste pour poser lui-même sur les affiches.Celles-ci sont imprimées en 4x3 ; certaines villes demandent le désaffichage.Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2002 – Avant de rouler des mécaniques

Cette affiche a été créée par la délégation AIDES de Marseille. Avec un peu d'humour, elle recentre l'attention sur la personne et incite au dépistage. Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2005 - Baby Baby

Avec ce court-métrage en 3D, AIDES décide de toucher tout particulièrement les (jeunes) femmes. Car on dénombre chez elle plus de diagnostics VIH que chez les hommes dans les tranches d'âge 15-19, 20-24 et 20-29 ans. Sur la musique de The Vibrators, on suit la vie amoureuse d'une femme et ses déboires (avec le préservatif, avec les hommes). Elle se protège systématique, car il faut "vivre assez longtemps pour trouver le bon".Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2006 – Si j'étais séropositif

AIDES a beaucoup travaillé sur la discrimination, car l'association trouve chez les personnes séropositives ce besoin fondamental de pouvoir parler de leur maladie, dans la sphère privée comme dans la sphère publique, sans risquer d'être stigmatisées ou discriminées.Des personnalités comme Sébastien Cauet, Claire Chazal, Didier Drogba, Jean-Pierre Foucault, Johnny Hallyday, Laurent Ruquier ou encore Muriel Robin se prêtent au jeu des affiches. La campagne a beaucoup de succès et est beaucoup reprise.Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

2010 – Zizi Graffiti

La publicité pour le préservatif était interdite en France jusqu'en 1987. AIDES s'est battu pour qu'elle soit autorisée, car le préservatif est au coeur de ses campagnes de prévention.Dans ce court métrage, "Zizi Graffiti" fait fuir toutes les vulves, dessinées, comme lui, sur les murs. Jusqu'à ce qu'une vraie jeune fille le revête d'une capote dessinée. Une façon de rappeler aux garçons que le préservatif peut aussi être un argument séduction.Voir : Campagnes AIDES : l'humour est-il la bonne stratégie ? Voir aussi : Greenwashing : quand l'écoblanchiment envahit la publicité

Créée en 1984, AIDES est la première association française de lutte contre le Sida. Malgré de faibles moyen pour communiquer, l'association est très présente médiatiquement, grâce au concours bénévole d'agences de communication et de professionnels de l'affichage urbain et des médias. A raison de plusieurs affiches ou spots par an, les pubs AIDES marquent, même si Act'Up ou Sidaction jouent sur le même terrain. Retour sur 20 ans de prévention.