DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Langues coupées, joues percées : les possédés de la fête des génies au Cambodge

Réclamé par la foule

Les supporters scandent des cris, dans un élan pour encourager le génie à se manifester. Les papiers marqués du sang des médiums possédés sont distribués aux fidèles amassés autour des chars. Accrochés dans les foyers, ces papiers à valeur de bénédiction doivent aider à y apporter paix, chance et prospérité.

Prise de possession

Tandis que la cérémonie bat son plein, notre attention se porte sur un jeune homme à l?écart, vêtu de sa tenue d?apparat mais affaissé sur son siège, et dont l?esprit semble le quitter. Quelques secondes plus tard, il se relève brusquement et donne des coups devant lui dans une expression de douleur. Ses deux préparateurs le contiennent et le revêtent de la coiffe assortie à sa tenue.

Le réveil du génie

L?instant d?après, dans une impressionnante métamorphose, le jeune homme se relève. L?expression de torture a disparu. Désormais autre, il va défiler avec son nouveau visage au sein du cortège. Le drapeau noir est hissé sur le char.

Transpercé

Sortant de la pagode où flotte un nuage d?encens, un médium rejoint son char, les joues transpercée d?une longue aiguille sur laquelle est piquée une orange.

Génie blanc

Le jeune homme maladif aperçu pendant les préparatifs a rejoint à son tour le cortège. Tout de blanc vêtu, il éclabousse d?eau la foule en guise de bénédiction.

Offrandes et prières

Après le passage du dernier char, tandis que les uns vont suivre le cortège à travers la ville, d?autres affluent encore à l?intérieur de la pagode pour y faire des offrandes, et prier entre ces murs où les âmes de tant de génies se sont manifestés chez les vivants, le temps d?une après-midi.

A la pagode chinoise de Takmao

Vers 13 heures, les visiteurs commencent à se regrouper à la pagode de Takmao, enfumée par l?encens. Les organisateurs du défilé, assez jeunes pour la plupart, s?affairent aux préparatifs tandis que des musiques traditionnelles chinoises sont diffusées dans des enceintes au son saturé.

La tranquillité avant la transe

Pour un homme qui perdra le contrôle de son corps dans quelques minutes, possédé par un génie de plus ou moins bon augure, ce médium apparaît étonnamment détendu. Lui, défile comme <em>Neak Ta</em> depuis 8 ans, nous dit-il avant d?être entraîné par ses supporters qui veulent le revêtir de son costume d?apparat. Quand nous le reverrons, il ne sera plus lui-même.

Préparatifs : le corps du Neak Ta

Dans la cour de la pagode, à proximité des chars qui leur sont attribués, d?autres médiums se préparent à l?aide de leur équipe de supporters ? à l?image des sportifs avant leur entrée sur le ring. Certains portent sur leur corps les stigmates de leur pratique. Le premier attribut de la transe, c?est de ne pas ressentir la douleur.

Jeune homme maladif

Certains des médiums garderont la même aura du début à la fin de l?événement. A l?image de ce jeune homme maladif, qui se tient droit derrière son pupitre pendant les préparatifs, le regard immuable. Parmi les participants au défilé, certains sont poussés par leurs proches à inviter en eux les ancêtres, comme une forme d?exorcisme.

Entrée dans la transe

Sous le regard de la foule amassée à l?entrée de la pagode, les chars transportant les <em>Neak Ta</em> se mettent en branle et sortent de la pagode pour défiler dans la ville. Les tambours battent fort. Un drapeau noir est hissé sur chaque char pour indiquer l?état de transe du médium qui l?occupe.

Le sang du génie

Un premier char sort de la pagode. Ce médium s?est entaillé la langue. Regard tantôt absent, tantôt perçant, il marque de son sang, en les appliquant contre sa bouche, des papiers jaunes fournis par les préparateurs qui l?assistent dans sa transe.

Takmao, à une quinzaine de kilomètres de Phnom Penh. Les habitants du coin et les visiteurs venus de loin affluent aux alentour de la pagode chinoise, où des vendeurs de rafraichissements, d’encens et autres feux de Bengale ont planté leurs stands pour l’occasion.Ce pourrait être une simple fête de village comme il en existe un peu partout dans le monde. Mais les animations programmées ici pour la Fête dit des génies, qui est célébrée 15 jours après le Nouvel an chinois (soit le 25 février 2013), vont s’avérer plus spectaculaires que tout ce qu’on a pu voir jusqu’ici dans nos kermesses dominicales, même les plus arrosées.Suivant une tradition sino-khmère abandonnée le temps du régime des Khmers rouges, avant d’être reprise de façon plus ou moins vivace selon les provinces, les médiums se mettent en transe, possédés par des génies ou ancêtres (Neak Ta en khmer). Ils sont alors promenés sur des chars à travers une foule assoiffée de bénédictions. Automutilation, regard révulsé et incantation mystique, le tout au rythme de tambours battant sous une chaleur de plus de 30 degrés : retour en images sur une fascinante cérémonie, menée à seulement quelques minutes de route de la capitale cambodgienne.Céline Ngi