DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Drugsploitation : le pire de la propagande anti-cannabis

Assassin of Youth (1937)

The Burning Question (1936 – 1939)

Devil’s Harvest (1942)

The Devil’s Weed (1949)

Marihuana weed with roots in hell (1936)

Marijuana Girl (1969)

Reefer Madness (1936)

She Shoulda Said No ! (1949)

La Drugsploitation apparait dès le début du XXème siècle aux Etats-Unis. Comme son nom l’indique, le thème central de ce genre cinématographique est la drogue. Et, bien sûr, le but de ces films n’est pas d’en énumérer les vertus.Le cannabis est la cible privilégiée durant les années 1930 comme l’explique Régis Dubois – journaliste et auteur du blog Lesensdesimages.com – dans son article "Hollywood Parano : la drogue et le cinéma US". Symbole de cette psychose outrancière, Reefer Madness, film signé Dwain Esper qui deviendra malgré lui le premier stoner movie de l’histoire (voir notre top 20 des stoner movies) Le film s’ouvre sur un texte d’avertissement surréaliste à propos des dangers de la marijuana : "[…] une nouvelle drogue qui fait des ravages toujours plus grands chez les jeunes américains. Il s’agit de la marijuana, un violent narcotique, un fléau indescriptible, le vrai ennemi public numéro un ! Elle provoque d’abord des rires violents incontrôlables puis de dangereuses hallucinations. L’espace s’étend, le temps ralentit. […] des idées fixes surviennent. Elles sont accompagnées d’extravagances puis ensuite de troubles émotionnels. On est incapable de contrôler ses pensées, […] et on sombre enfin dans une folie incurable".    Spécialiste du film anti fumette, Esper a créé Reefer Madness (1936) en utilisant un film éducatif contre la drogue de Louis Gasnier, Tell your Children. Racheté et remonté par Esper, il devient un objet cinématographique au service de la Drugsploitation. Il sera est également distribué par la suite sous d’autres titres tels que The Burning Question, Dope Addict, Doped Youth et Love Madness. Reefer Madness a aussi été l’objet d’une comédie musicale en 2005 : Invariablement, la vie des personnages d’Esper tourne au drame et à la déchéance. Le premier joint mènant inexorablement à l’expérimentation de nouvelles substances, et éventuellement à la mort. Malgré son aspect ridicule, la Drugsploitation touche au but et la prohibition de la marijuana est décrétée en 1936.Près de 80 ans après, la société américaine commence à faire machine arrière. Les états du Colorado et de Washington ont récemment légalisé le cannabis, et un total de 21 états autorisent son usage à but médical.Guillaume RocheVia : Psychoactif.fr, Narnarland.com, Lesensdesimages.com et Sobadsogood.com

Prochainement au Cinéma