DR

Fini le temps où le marionnettiste se cachait, bien camouflé derrière un paravent ou dans l’ombre de son costume noir d’homme invisible. Désormais, le manipulateur prend sa part de plateau et de lumière et tisse une relation avec la marionnette qu’il actionne. Rapport fusionnel ou duel, dédoublement schizophrénique ou prolongement physique, la manipulation devient une histoire de corps. Danse de désir ou danse de mort, c’est avant tout une affaire de chorégraphie.Corps à corpsD’inquiétantes chorégraphies en forme de combats tendent à l’extrême les rapports de force entre trois créatures chimériques. Derrière les mises à l’épreuve physiques et les métamorphoses menaçantes, chacun se bat, corps et âme, pour ses convictions.The Wall, le samedi 9 mai à 19h30, le dimanche 10 mai à 18h au Théâtre de la Cité InternationaleEntrez dans la danseBien qu’inspiré de la comédie musicale hollywoodienne « Dorothy et le Magicien d’Oz », « Malediction » n’a pas grand-chose à voir avec les ambiances arc en ciel et les chansonnettes poussées à tue-tête. Ici, les marionnettes jouent des tours pendables à leurs manipulateurs dans un cauchemar poétique et troublant.Malediction, le mercredi 13 mai à 21h30, le jeudi 14 mai à 19h30, à la Salle Jacques Brel (Pantin)Les premières foisCroisement entre le théâtre d’objet et la chorégraphie, ce spectacle se décline en cinq modes d’expression : poème, peinture, calligraphie, danse, musique.Première Neige, le samedi 16 et le dimanche 17 mai à 11h et 15h30, à la Salle Jacques Brel (Pantin)