Ici pas de voix-off sentencieuse, de cartons aguicheurs ni de déferlement ininterrompus de plans subliminaux, mais plutôt un montage old school efficace et lisible, mixant les strates temporelles avec clarté. Construit sur une rythmique binaire (calme/explosion), balisé par une image-clé profondément évocatrice (Bond, mitraillette à la main, s’avance peu à peu dans le champ écrasé par un ciel turquoise), ce trailer se donne des airs de court métrage à lui tout seul. Une preuve ? Trois jours avant sa mise en ligne on pouvait en voir sur le net une bande annonce de 9 secondes !