DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Top 2014 : Les plus belles affiches de l'année

Big Eyes (qui sortira le 25 mars 2015)

<strong>Tim Burton</strong> semble enfin renouer avec son style particulier avec Big Eyes, après plusieurs films commerciaux où sa "recette" fonctionnait de moins en moins (artistiquement parlant, car au box office, ses derniers films ont pour la plupart bien marché). Il relate ici la vie d'une artiste, Margaret Keane, qu'il a rencontré en personne il y a quelques années et qui peignait des personnages dotés de grands yeux -d'où le titre. Ses toiles ont connu un grand succès, mais c'est son mari qui les signait. Jusqu'à ce qu'elle demande le divorce et qu'elle récupère les droits de ses oeuvres à l'issue d'un long procès.La première affiche du film illustre parfaitement ce thème en montrant les époux en train de peindre une même oeuvre, dont le modèle pleure. Une image qui évoque aussi le thème du divorce, avec cette petite fille en larme pendant que ses "parents" se déchirent. Le résultat est envoûtant et rend parfaitement hommage au travail de Keane.Voir aussi :<strong>Première bande-annonce sublime du nouveau film de Tim Burton, Big Eyes </strong><strong>Les 30 images de Big Eyes qui signent le retour du vrai Tim Burton</strong>

Les plus belles affiches de cinéma de 2014

Impossible de se limiter à un top 10. De nombreux posters ont marqué l'année 2014, et ce pour différentes raisons. Certains présentent des films qui sortiront en 2015, mais ils ont été dévoilés cette année par leurs studios et sont si réussis qu'ils méritent pleinement leur place ici. En voici donc 25, plus un bonus : l'affiche magnifique du dernier festival de Cannes.<strong>Le top 10 des meilleurs films de 2014</strong><strong>TOP 2014 : 10 acteurs meilleurs que leur film</strong>

Dumb and Dumber De (qui sortira le 17 décembre)

Ce n'est pas tant l'esthétique de l'affiche qui marque ici, mais l'idée de génie d'Universal. Comment jouer avec la nostalgie des spectateurs qui ont vu et revu Dumb and Dumber depuis sa sortie il y a 20 ans ? Un simple costume suffit. Enfin, deux costumes, pour être précis, qui renvoient à une scène culte du premier volet où <strong>Jim Carrey</strong> et <strong>Jeff Daniels</strong> avaient un look d'enfer. Quelques mois plus tard, alors que Lucy de <strong>Luc Besson</strong> faisait un carton, l'équipe a parodié avec brio son concept. <em>"On utilise en moyenne 10% de nos capacités cérébrale"</em>, disait le véritable poster.<em>"Imaginez une p</em><em>ersonne qui utilise 1% de son cerveau.",</em> répondent les frères Farrelly.

Foxcatcher (qui sortira le 21 janvier 2015)

Un peu avant sa présentation à Cannes -où son réalisateur <strong>Bennett Miller</strong> a reçu le prix de la mise en scène- Foxcatcher se dévoilait à travers cette affiche teaser originale. Très sombre, elle montre le profil de <strong>Steve Carell</strong>, qui porte une prothèse nasale pour jouer le milliardaire glaçant John Du Pont. Son ombre déchire l'affiche, et à l'intérieur de celle-ci, on voit le manoir de ce dernier, de nuit. Une image assez glauque, qui dérange et fascine à la fois. Même sans connaitre l'histoire de ce drame, cette image intrigue par sa froideur et sa bizarrerie.

Au coeur de l'océan (qui sortira le 11 mars 2015)

<em>"Basé sur l'histoire vraie qui inspira Moby Dick"</em>, Au coeur de l'océan joue évidemment avec le mythe de la baleine. Le bateau parti à l'aventure parait minuscule face au monstre marin, dont la forme est au centre de l'image, à la fois menaçante et magnifique. On ne voit absolument pas les hommes, pourtant au coeur de l'intrigue, qui disparaissent dans l'immensité de la mer et de la nature.?La bande-annonce? du film de <strong>Ron Howard</strong> joue également avec tous ces thèmes. Elle aussi est remplie d'images stupéfiantes, qui évoquent tour à tour L'Odyssée de Pi et Master and Commander. Le réalisateur de Rush veut visiblement nous en mettre plein la vue. 

Night Call (sorti le 26 novembre)

<strong>Jake Gyllenhaal</strong>, amaigri, ?parcourt les rues de Los Angeles la nuit?, à la recherche de scoops. Plus les accidents et les agressions sont glauques, plus ses reportages se vendront cher... Le pitch immoral de Night Call rappelle les fresques américaines de <strong>James Ellroy</strong>, et son affiche surfe sur cette idée avec ce portrait pop en -très- gros plan qui évoque ses grands romans noirs.

Birdman (qui sortira le 25 février 2015)

<strong>Alejandro Gonzalez Inarritu</strong> a soigné le visuel de son nouveau film, rempli de plans-séquences impressionnants. Ses éléments promotionnels sont également très esthétiques, à commencer par ce poster étrange, où <strong>Michael Keaton</strong> est dessiné avec un oiseau sur la tête. Une iconographie qui rappelle un peu le personnage de <strong>Johnny Depp</strong> dans Lone Ranger, avec qui le héros de Birdman partage une certaine folie. Pour son grand retour dans un premier rôle, Keaton joue l'ex-star d'un film de super-héros qui tente de faire son come-back. Un sujet qui rappelle évidemment la propre vie de l'acteur, qui avait connu un grand succès il y a 25 ans déjà avec les Batman de <strong>Tim Burton</strong>.Voir aussi :<strong>L'excellente fausse bande-annonce de Birdman Returns avec Michael Keaton</strong><strong>VIDEO - Michael Keaton, super-héros sur le retour dans le teaser dingo de Birdman </strong>

Interstellar (sorti le 5 novembre)

Tout au long de sa promotion, Interstellar a laissé planer le doute sur son style. Le nouveau film de <strong>Christopher Nolan</strong> allait-il relever de la science-fiction ou non ? La mise en ligne de ?ses affiches? allait ainsi crescendo des plus "terrestres" aux plus "spatiales". D'abord ce titre, écrit dans les étoiles et s'arrêtant sur Terre, juste au-dessus de l'ombre de deux personnages à la campagne. Puis ce même duo, Cooper et sa fille, regardant le ciel, qui évoquait presque l'esthétique de <strong>Terrence Malick</strong>. Puis ce même <strong>Matthew McConaughey</strong> en tenue d'astronaute, dans un monde enneigé, puis un vaisseau, puis une planète-océan... Et toutes ces accroches interrogeant le sort de l'humanité : <em>"L'homme est né sur Terre, rien de l'oblige à y mourir", "La fin du monde ne sera pas notre fin"</em>, etc. Une évolution bien pensée.

Sin City : J'ai tué pour elle (sorti le 17 septembre)

C'est sans doute l'affiche dont on a le plus entendu parler cette année. Le comité de censure américain a retouché ce poster, car le téton de l'actrice y était trop voyant, ainsi que la courbe de ses seins, trop nette. En revanche, personne n'avait rien à redire à propose de l'arme qu'elle tient dans sa main...La situation a amusé <strong>Eva Green</strong> (<em>"Si l'affiche les choque, ils ne vont pas se remettre du film en 3D !"</em>), mais au fond, ce poster est assez soft. Sensuel, certes, mais moins provocant que d'autres posters du film. Comme ceux où <strong>Jessica Alba</strong> se lance dans une danse lascive, par exemple. Où celui où elle porte une tenue SM et des fouets...

Ant-Man (qui sortira le 22 juillet 2015)

Lors du Comic-Con de San Diego en juillet dernier, Disney-Marvel avait pour mission de rassurer les fans des comics  Ant-Man, inquiets après l'abandon du réalisateur  <strong>Edgar Wright</strong>, qui travaillait pourtant sur cette adaptation depuis des années. En plus d'un panel où les stars du film (<strong>Paul Rudd</strong>, <strong>Evangeline Lilly</strong>, <strong>Michael Douglas</strong>...) présentaient le projet, le studio a affiché ce poster sur les murs de la convention. Un visuel qui rappelle directement les couvertures de BD et qui est -de loin- la plus belle affiche d'un film de super-héros de l'année. On comprend d'emblée le pouvoir du personnage, les visages en arrière plan sont ressemblants, la fourmi donne du mouvement à l'ensemble... 

The Hateful Eight (pas de date de sortie pour l'instant)

Annoncé puis ?abandonné? par <strong>Quentin Tarantino</strong> lorsque son scénario a filtré, The Hateful Eight entrera finalement en tournage dans quelques jours (les acteurs sont en pleine répétition). On ne sait pas exactement quand il sortira -fin 2015 si tout va bien- mais une affiche teaser est déjà disponible, et elle annonce un western tout à fait dans la veine des précédents films de <strong>Quentin Tarantino</strong>. Un visuel simple et efficace, où une calèche laisse derrière elle une longue trace de sang. On le sait, l'abus d'hémoglobine est l'une des marques de fabrique du réalisateur. Pas de trace des comédiens, pourtant célèbres : on remarque que le réalisateur est le seul dont le nom apparaît sur l'image, avec le titre du film, la mention du studio (la Weinstein Company) et, plus étonnant, la précision du format 70 mm. Comme <strong>Christopher Nolan</strong>,<strong> J. J. Abrams</strong> ou <strong>Martin Scorsese</strong>, QT milite en effet pour sauver les tournages sur pellicule. Plus de détails ici.

En bonus : l'affiche de Cannes 2014

Tirée du film de Fellini Huit et demi, l'affiche du dernier festival de Cannes rend hommage à <strong>Marcello Mastroianni</strong>, qui fixe le spectateur droit dans les yeux, d'un air de défi. "Avec <strong>Marcello Mastroianni</strong> et <strong>Federico Fellini</strong>, c?est un cinéma libre et ouvert au monde que l?on célèbre, c?est redire l?importance artistique du cinéma italien et européen à travers l?une de ses figures les plus solaires" indique le communiqué. Le visuel est si frappant qu'il est immédiatement parodié.

The Grand Budapest Hotel (sorti le 26 février)

Pour son aventure se déroulant principalement dans un hôtel,<strong> Wes Anderson</strong> a misé sur une affiche ludique à souhait. Une sorte de "Qui est qui ?" dévoilant tous les personnages de son intrigue originale. Et toutes ses stars. Car le réalisateur de La Vie Aquatique était particulièrement bien entouré sur The Grand Budapest Hotel. <strong>Ralph Fiennes</strong>, <strong>Edward Norton</strong>, <strong>Bill Murray</strong>, <strong>Tilda Swinton</strong>, <strong>Adrien Brody</strong>, <strong>Jeff Goldblum</strong>, <strong>Willem Dafoe</strong>, <strong>Harvey Keitel</strong>, <strong>Jude Law</strong>, <strong>Saoirse Ronan</strong>, <strong>Owen Wilson</strong>... (inutile de tous les nommer, ils sont sur le poster)

Quand vient la nuit (sorti le 12 novembre)

L'affiche française reprenait cette image du flingue se fondant dans un pont, mais en y ajoutant les visages des principaux protagonistes : <strong>Tom Hardy</strong>, <strong>Noomi Rapace</strong>, <strong>James Gandolfini</strong> et <strong>Matthias Schoenaerts</strong>. Même si on peut comprendre le besoin de miser sur ses stars, on préfère ce poster teaser plus sobre, qui annonce immédiatement un thriller à l'américaine, et plutôt violent. Une manière toute simple de rappeler que si le réalisateur de Quand vient la nuit est Belge, son film est 100% américain.

Godzilla (sorti le 14 mai)

Pour ?faire renaître Godzilla de ses cendres?, Legendary Pictures a filé cette métaphore tout au long de sa promotion. Dès le Comic-Con 2013, ?le corps du monstre était fait de ruines?, comme pour rappeler que cet opus serait différent des précédentes adaptations. En mars dernier, le Kaiju était symbolisé dans un nuage de flammes, histoire de revenir à la source (la bombe atomique). L'affiche définitive reprenait d'ailleurs ces éléments, plus sous forme de dessin mais avec la créature finale.

Under the skin (sorti le 25 juin)

Omniprésente cette année, <strong>Scarlett Johansson</strong> a envoûté les spectateurs avec Under The Skin. Son affiche mouvante, où la star était en petite tenue, a fait beaucoup de bruit lors de sa diffusion dans le métro. Et ce poster, tout aussi fascinant, mise tout sur le visage de l'actrice, dans un joli dégradé de couleurs. Une manière de présenter son personnage, une extra-terrestre et prédatrice ultra-sensorielle, sans sombrer dans le cliché.

Yves Saint Laurent (sorti le 8 janvier)

Pour raconter la vie d'<strong>Yves Saint Laurent</strong>, <strong>Jalil Lespert</strong> s'est offert une affiche de luxe. Une esquisse du couturier, un "titre-logo", une mise en page élégante... Un visuel épuré qui n'a rien à voir avec le Saint Laurent concurrent.

Saint Laurent (sorti le 24 septembre)

Pour bien se démarquer de son prédécesseur, Saint Laurent a misé sur ?une affiche hyper flashy?, psychédélique à souhait, qui insiste sur le regard de l'artiste plus que sur son visage ou sa marque. Deux ambiances très différentes. 

La Belle et la Bête (sorti le 12 février)

Avec sa nouvelle version de La Belle et la Bête, <strong>Christoph Gans</strong> ne voulait pas éclipser le grand classique de <strong>Jean Cocteau</strong>. Au contraire, expliquait le réalisateur en début d'année :  <em>"C?est un film de Cocteau et, comme tous les grands touche-à-tout, quand il faisait un film il le faisait comme on rendrait un manuscrit avec des ratures ou des annotations dans la marge. Son film n?est pas vraiment un objet bouclé. Et il est plus l?expression de sa modernité qu?une adaptation de la </em><em>Belle et la Bête à proprement parler. Cocteau s?est servi du conte pour faire un film qui est peut-être le sommet de son art, mais qui est aussi personnel que peut l?être son Orphée. Et puis Cocteau aimait que les choses soient refaites, réinterprétées, réadaptées. La Belle et la Bête est un de mes films favoris, mais il ne m?a pas pour autant écrasé quand j?ai fait le mien ; au contraire, l?ombre de Cocteau était plutôt bienveillante."</em>L'imagerie de cette réadaptation du conte ne masquait donc pas l'influence du film de 1946. Gans a plutôt cherché à lui rendre hommage, et ce dès ses posters, colorés et ravissants. Ils ont été imaginés par le grand affichiste Laurent Lufray (9 mois ferme, The Artist, Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain, Le Cinquième Elément) avec qui il avait déjà collaboré pour Le Pacte des Loups.

Minuscule (sorti le 29 janvier)

En insistant sur le mouvement, cette affiche de Minuscule évoque l'aventure, tout en amusant les spectateurs -peu importe leur âge-avec ses personnages aux yeux exorbités. Ce film d'animation a connu un joli succès en début d'année, aussi bien critique que public, et dès ses premières images, on sentait un désir d'originalité de la part de ses créateurs. A l'heure où de nombreuses affiches de films d'animation se ressemblent, celle de<em> Minuscule</em> détonne avec ses minis insectes perdus au milieu de la nature.Lire aussi :<strong>PHOTOS - De Shining à Star Wars : les influences de Minuscule - La vallée des fourmis perdues </strong>

Mommy (sorti le 8 octobre)

Format carré, baiser "volé" entre une femme et un jeune homme, main qui empêche de communiquer, mais accroche sous forme de dialogue, chaîne en guise de titre (pour mieux relier ces deux personnages ?)... L'affiche provocante de Mommy est pleine de symboles forts. Elle évoque les différences et les tensions qui animent les relations mère-fils de manière originale et percutante.

Le Conte de la Princesse Kaguya (sorti le 25 juin)

Ghibli a sorti deux films d'animation en 2014. Deux chefs-d'oeuvre. Le Vent se lève aurait pu se trouver dans ce top, si ses affiches n'avaient pas été publiées en 2013 (rappelons que le film est sorti en tout début d'année 2014). Les différents posters du Conte de la Princesse Kaguya rattrapent le coup avec leurs personnages pleins de vie. ?Des visuels plus poétiques les uns que les autres?.

SPECTRE (srtie prévue le 23 octobre 2015)

Dans la foulée de l'annonce du casting officiel et des dates et lieux de tournage de SPECTRE, le 24e volet de James Bond, EON a dévoilé cette affiche teaser. Très classe. L'impact de balle rappelle ?le logo de l'organisation criminelle? qui donne son nom au film, comme si 007 avait touché les méchants en plein coeur.

Hunger Games - La Révolte partie 1 (sorti le 19 novembre)

<em>"I am. I will."</em> Pas besoin de citer le titre du film, tant Hunger Games est populaire. Pour annoncer ce troisième opus, Lionsgate a multiplié les affiches teasers (même sans aucune star, sur les posters de propagande du Capitole). Très vite, Katniss (<strong>Jennifer Lawrence</strong>) a été au coeur de la promotion. D'abord de dos, avant que ses ailes de Geai Moqueur ne se déploient. Avec sa tresse et son carquois, on la reconnait immédiatement. Son costume, très sombre, évoque presque une tenue de super-héros. D'ailleurs, ce poster n'a pas tardé à être mixé avec ceux de The Dark Knight...

Mad Max : Fury Road (qui sortira le 13 mai 2015)

Comic-Con de San Diego toujours. Le blockbuster qui a tiré son épingle du jeu de la convention, c'est Mad Max 4, alias <em>Fury Road</em>. Avant la convention, on entendait parler du film de <strong>George Miller</strong> pour ses problèmes de budget et ses nombreux déboires. Depuis l'événement et la révélation de sa bande-annonce, absolument démente, des millions de fans l'attendent de pied ferme. Le poster teaser, dévoilé quelques heures avant la vidéo, donnait le ton. Poussiéreux, désertique, délavé et ironique (l'accroche <em>"Quelle belle journée"</em>), il renouait avec l'ambiance post-apocalyptique des premiers films. La série d'affiches qui a suivi, qui présentait les personnages "en mouvement", est également très réussie. Vous pouvez la voir ici.

Inherent Vice (qui sortira le 4 mars 2014)

Tout aussi pop, ?les posters? d'Inherent Vice sont aussi cool que sa bande-annonce. <strong>Joaquin Phoenix</strong> joue un détective privé paumé qui va croiser <em>"des surfeurs défoncés, des prostituées, des toxicos, des rockers, un usurier assassin, des flics du LAPD, un joueur de saxo infiltré, et le mystérieux "Croc d'Or" qui, visiblement, est un dispositif d'évasion fiscale mis au point par une bande de dentistes? C'est la toute fin des psychédéliques années 60, et la paranoïa règne en maître. Doc sait bien que, tout comme "trip" ou "démentiel", "amour" est l'un de ces mots galvaudés à force d'être utilisés ? sauf que celui-là n'attire que les ennuis."</em> Ca promet !

Impossible de se limiter à un top 10. De nombreux posters ont marqué l'année 2014, et ce pour différentes raisons. Certains présentent des films qui sortiront en 2015, mais ils ont été dévoilés cette année par leurs studios et sont si réussis qu'ils méritent pleinement leur place ici. En voici donc 25, plus un bonus : l'affiche magnifique du dernier festival de Cannes.Le top 10 des meilleurs films de 2014TOP 2014 : 10 acteurs meilleurs que leur film