DR

Tom Hiddleston parle français couramment : c'est la première surprise lorsque l'on rencontre l'acteur de 32 ans, inconnu du grand public lorsque Kenneth Branagh l'engage pour jouer Loki dans le premier Thor, sorti en 2011. Depuis, Loki a tenté de conquérir la Terre dans Avengers et est devenu le super-méchant le plus populaire de l'univers des super-films Marvel. Alors que Thor : Le Monde des ténèbres vient de sortir dans les salles françaises, Hiddleston nous parle du plaisir de jouer un bad guy, du futur de Loki au cinéma et de la supériorité supposé de l'acteur anglais sur tout le reste du monde. Tom, c’est fun de jouer un méchant ?Honnêtement ? Oui. Loki est un personnage ambigu. Il a le masque, le charme, l’élégance. C’est un joueur, il est plaisant, mais il est aussi vulnérable, c’est un cœur brisé en colère, il est jaloux… Mais Loki n’est pas que triste ou jaloux, il est aussi marrant…Bien sûr ! Quand j’étais petit, j’aimais surtout les personnages de méchants qui s’amusent. Je crois profondément à la notion de divertissement, et ça s’est senti sur le tournage. C’est une partie très importante du travail de l’acteur. Je dis toujours que l’acting, c’est comme jouer du piano. Les différentes émotions humaines sont les différentes touches.Petit, vous étiez fan de super-héros ?Je ne lisais pas de comics. Mais j’adorais Christopher Reeve dans Superman de Richard Donner. Indiana Jones, James Bond, le Batman de Tim Burton… Bien sûr, en grandissant mes goûts sont devenus plus sophistiqués, je me suis intéressé à Shakespeare, Nanni Moretti, Anthony Minghella… Mais je n’ai jamais perdu mon goût pour le cinéma de divertissement.Comment analysez-vous la popularité de Loki ?Je crois que la popularité de Loki fonctionne dans sa relation avec Thor : ils n’existent pas l’un sans l’autre. Ils se complètent tous les deux. Sa relation avec Thor est très complexe.Vous n’avez pas suggéré au producteur Kevin Feige un spin off sur Loki ?J’adorerais. Mais je ne sais pas ce qui est prévu. On va voir. Tout est possible. La fin du film ouvre des idées intéressantes pour la suite… Dans le premier film, ils se battaient pour le trône. L’histoire du Monde des ténèbres est plus compliquée.A votre avis, pourquoi y a-t-il autant d’acteurs anglais dans Thor ?Peut-être parce que par tradition, nous avons une formation plus classique. L’acteur doit se former avec Shakespeare, Tchekhov… Ce qui est beaucoup moins le cas aux Etats-Unis. C’est plus aléatoire. Ils n’ont pas ce socle commun. A Londres, la culture du théâtre est très vivante. Comme il n’y a pas d’argent, on marche surtout à la passion. J’ai fait cinq-six ans de théâtre, et je suis arrivé à Los Angeles avec ce mélange de passion et de culture traditionnelle. Peut-être que ce genre de force est plus facile à utiliser dans un film ? Je ne sais pas. Orson Welles disait que les acteurs anglais étaient meilleurs que les américains parce qu’ils n’avaient pas eu Lee Strasberg pour leur dire qu’ils en savaient plus que le réalisateur.Je vais te répondre ce que m’a dit Hugh Laurie une fois : « si on est meilleurs, c’est parce qu’on n’est pas chers, et qu’on est contents d’être là. »Voir aussi :Thor 2 : comment Marvel s'est retiré une épine du piedNotre critique de Thor : Le Monde des ténèbresBande-annonce de Thor : Le Monde des ténèbres :