DR

Sorti il y a quinze ans et deux jours aux Etats-Unis, le drame de Darren Aronofsky a profondément marqué le public. Sa musique aussi.

 

Entertainment Weekly a rencontré cette semaine Clint Mansell, le compositeur des bandes originales des six films de Darren Aronofsky. Son morceau le plus marquant est sans doute  “Lux Aterna”, enregistré avec le groupe Kronos Quarter pour Requiem for a Dream, la deuxième mise en scène du réalisateur, portée par Jared Leto et Jennifer Connelly. Un film choc sur l'addiction où cet air envoûtant est utilisé lors d’une scène où la jeune femme se prostitue contre de l’argent. Bande-annonce :

 

 

 

Son créateur avoue que ce morceau lui a un peu échappé. Dans l’esprit du public, cet air n’est pas forcément associé à cet extrait. Il faut dire qu’une fois le film sorti, il a été utilisé sur plusieurs bandes-annonces de projets qui n’avaient rien à voir avec celui d’Aronofsky, comme Les Deux Tours, deuxième épisode du Seigneur des Anneaux sorti en 2003, ou Sunshine de Danny Boyle (2007).

>>> Voir le trailer des Deux Tours

Composée en trois parties ("été", "automne", "hiver"), la musique de Requiem for a Dream accentue le côté oppressant du film, avec ses thèmes qui reviennent régulièrement, comme le générique télé de l’émission préférée de la mère du héros, jouée par Hellen Burstyn. "L’ensemble est très intense, juge Mansell. Et plus émouvant que ce qu’on voulait faire au départ". L’artiste insiste également sur le fait que la bande originale respecte les idées de départ du réalisateur. Notamment celle de faire appel à des violonistes. Il détaille aussi qu’ils ont tous les deux été influencés par le hip-hop. Aronofsky voulait retrouver une certaine ambiance de Brooklyn, quartier dans lequel il avait grandi et où se déroule l’intrigue de son film, mais ce genre de musique "manquait d’émotion, se souvient Mansell. Quand on a composé Lux Aeterna, on a voulu créer quelque chose de nouveau. Cet air a modifié notre vision du film, il nous a donné la voie pour composer le reste de la BO ».

Il analyse aussi que "Lux Aterna a un côté très basique. Il n’y a rien de compliqué dans sa construction. C’est un morceau hypnotique, dont le mouvement revient entre deux instants plus puissants. Parfois, on assiste à des moments transcendants où la musique et l’image s’accordent parfaitement. Pour moi, c’est ça la beauté de l’art". Son créateur reconnaît que ce titre a véritablement lancé sa carrière, mais il assure que son succès ne l’a jamais bloqué par la suite. "A l’époque, Requiem a été très bien reçu. Je ne me suis pas brûlé les ailes pour autant. C’était très plaisant, mais pour moi, c’est une composition comme une autre. Ce n’est pas mon chef-d’œuvre".