Retour sur les 10 meilleurs films d’aventure à la française

26/08/2010 - 17h12
  • Partager sur :
  • 0
  • Retour sur les 10 meilleurs films d’aventure à la française

    Eric Besnard, le réalisateur de 600 kilos d’or pur, n’arrête pas de rapprocher son dernier film des grands films d’aventures à la française. Ok.

    Mais c’est quoi, au juste ?

    Un groupe d’hommes aux fêlures à vif, une femme si possible, du fric et des embrouilles, le tout sur fond de western sans chevaux : voici le secret des grands films d’aventures à la française. On a sélectionné les meilleurs…

    Par Perrin Jusseaume

  • Le salaire de la peur (53) – Henri-Georges Clouzot

    L’aventure: Quatre hommes au péril de leur vie acceptent de véhiculer un chargement de nitroglycérine sur cinq cents kilomètres de routes défoncées. L'énorme prime de ce quitte ou double périlleux est le seul moyen de quitter le village d'Amérique centrale dans lequel ils ont échoué. Nouveau Western dans un bas-fond de la tour de Babel du maestro Clouzot qui grave dans le celluloïd les commandements du film d’aventures à la française.

    Pas fait mieux sur le territoire depuis.

    Les aventuriers: 2 camions, 4 chauffeurs (C. Vanel, Y. Montand, P. Van Eyck, F. Lulli)

    Combien ça peut rapporter : 2000 $ par chauffeur, vivant.

    Combien de temps : Théoriquement, un peu moins d’une journée, donc environ 20 heures.

    Combien ça coûte : "A force de toujours jouer au con, on finit par gagner" dixit Vanel. Dont acte.

    Lieux des aventures : Un village imaginaire d’Amérique centrale, Las Piedras, reconstruit pour les besoins du tournage en Camargue, dans les alentours de Nîmes.

    Morceau(x) de bravoure : l’intrigue en elle-même, le moindre souffle est susceptible de tout faire exploser. Comme il s’agit de transporter de la nitroglycérine hautement inflammable sur différents terrains accidentés, ponts en bois et autres routes escarpées, les chances de voir un feu d’artifice sont élevées. A plus forte raison lorsqu’il s’agit de traverser un guet plein de pétrole avec un copain coincé au fond.

  • Un taxi pour Tobrouk (60) - Denys de la Patellière

    L’aventure: 1ere production mythique de laGaumont avec, déjà, Ventura en pierre angulaire. Sur fond de WWII, un commando de FFL de quatre hommes se perd dans le désert du Sahara en Libye après une mission sur Tobrouk. Leur Chevrolet du LRDG détruit par une attaque aérienne, ils s'emparent d'un véhicule allemand et capturent son officier pour rallier El-Alamein . S’ensuit un huis clos en plein air sur les questionnements de la guerre, notamment les rapports humains entre « ennemis »

    Les aventuriers: 4 français (L.Ventura, C. Aznavour, M. Biraud, G. Cobos), 1 teuton (H. Krüger)

    Combien ça peut rapporter : Au choix : la liberté, une plage du Morbihan, ou la promesse d’un rapprochement franco-allemand, 40 ans avant Elmuth Kohl et François Mitterrand.

    Combien de temps : 2 jours environ

    Combien ça coûte : Assez cher : il y’a rarement un vainqueur à la guerre

    Lieux des aventures : Pour les nuls, Tobrouk est en Libye, pays cher à Depardieu. Ça se trouve au nord-est du pays, à environ 100 kilomètres de la frontière égyptienne.

    Morceau(x) de bravoure : La prise du véhicule allemands par les français, l’épilogue dans le champ de mine.

  • L’Homme de Rio (64) – Philippe de Broca

    L’aventure: Le soldat Dufourquet arrive à Paris pour une permission d'une semaine. Il se dépêche de retrouver sa fiancée Agnès, mais celle-ci est enlevée sous ses yeux. Au même moment, le collègue de son père ethnologue disparaît mystérieusement. Adrien se lance à la poursuite des ravisseurs, ce qui va l'emmener jusqu'à Rio de Janeiro, au Brésil, sur la piste de statuettes indiennes volées. Inspiré de Tintin, des cuts à la Godard, un macguffin à la Hitchcock, la gouaille de Bébel en faisant déjà des caisses, Françoise Dorléac tellement charmante… pas surprenant que le film de Broca soit devenu la référence cachée de la trilogie Indiana Jones.

    Les aventuriers: 1 homme (Belmondo), 1 femme (F. Dorléac)

    Combien ça peut rapporter : « des diamants, des tonnes de diamants… le fabuleux trésor des Maltèques… »

    Combien de temps : Le temps de la permission du 2ème classe Dufourquet, à savoir 1 semaine

    Combien ça coûte : Pas mal de sueur, un aller-retour Paris-Rio, une amnésie, une baston générale dans un tripot, un écroulement de caverne maltèque sur le dos des bad guys.

    Lieux des aventures : Paris (Trocadéro, Île St Louis), Rio (Corcovado entre autres) et enfin Brasilia, en plein construction à l’époque sous la férule de Niemeyer, donc vide. Un terrain de jeu idéal pour Bébel.

    Morceau(x) de bravoure: La corrida avec Belmondo dans le rôle du toréador et quelques voitures dans ceux des taureaux, le coup du funambule entre deux immeubles, une des rares cascades que Belmondo n’a pas exécuter jusqu’au bout.

  • Les Grandes Gueules (65) – Robert Enrico

    L’aventure : A la mort de son père, Hector Valentin revient d’Amérique pour hériter d’une scierie dans les Vosges. Il exploite avec les pires difficultés sa petite entreprise condamnée à la ruine par la concurrence acharnée de Therraz, l’homme fort de la vallée. Deux hommes sortant de prison vont chercher à gagner les faveurs d’Hector et à travailler dans la scierie. Les deux ex-truands vont l’aider à survivre. Ils suggèrent pour cela l’idée d’employer de la main insolite : dix libérés conditionnels… Première des 3 collaborations Robert Enrico-José Giovanni, Les Grandes gueules réunit tous les archétypes du western avec la propriétaire terrien qui monopolise à tout va face aux ex-détenus repentant qui aident le héros, mis en relief par une économie limite fordienne. Devenu culte car giovannesque dans le bon sens du terme (ironie, injustice, réalisme) et surtout parce qu’il s’agit de la seule collaboration entre Lino Ventura et André Bourvil.

    Les aventuriers : L’exploitant (Bourvil), les deux ex-taulards (Ventura, Jean-Claude Rolland)

    Combien ça peut rapporter : L’exploitation d’une scierie, et accessoirement la liberté, le respect et une vie convenable.

    Combien de temps : Une semaine

    Combien ça coûte : Une scierie, des contusions, de la manipulation, des intimidations, quelques côtes, des sabotages

    Lieux des aventures : Les Vosges, dans les environs de Gérardmer. Les assoiffés de sang connaissent.

    Morceau(x) de bravoure : la descente de bois sur luge par Bourvil, Lino et Bourvil corrigeant avec force conviction six malfrats venus en pays vosgien pour quelques intimidations ; où l’on apprend avec enthousiasme qu’une hache peut être une alternative crédible au pistolet quand il s’agit de faire danser quelqu’un. Le pugilat grandeur nature au milieu de la fête des bucherons

  • 100 000 Dollars au soleil (65) – Henri Verneuil

    L’aventure: Aux portes du désert, une entreprise de transports routiers. Castigliano dirige, Hans doit conduire un chargement clandestin de cent mille dollars au coeur de l'Afrique. L'apprenant, Rocco élimine le chauffeur, vole son véhicule et part avec sa complice. Castigliano promet alors une forte récompense à Marec s'il récupère le camion. Commence une folle poursuite...Gaumont produit, Verneuil filme efficace, Audiard parfume la prose de Belmondo Ventura et Blier, du sur-mesure à succès (3,5M de spect., not bad pour l’époque).

    Les aventuriers: 3 hommes (Belmondo,Ventura, R. Kernan), 1 femme (A. Parisy)

    Combien ça peut rapporter : c’est marqué dessus

    Combien de temps : 2 jours grosso modo

    Combien ça coûte : Beaucoup de sueur, une balle ici et là, un beau twist final.

    Lieux des aventures : Un endroit indéterminé du sud du Sahara

    Morceau(x) de bravoure : La mise à sac du tripot du « sourdingue » par Lino et sa copine américaine d’1m90 Kernan, la compét’ du meilleur chauffeur sur le chaud bitume du Sahara entre Bebel au volant du Berliet TLM 10 M2 et Ventura, finalement conclu par un pugilat entre les deux cabotins dans la cour d’un bordel.Les yankees ont eu J.Wayne et Monty Clift dans La Rivère Rouge, bon, ben nous on a Ventura et Belmondo dans 100 000 Dollars au soleil.

  • Les Aventuriers (66) - Robert Enrico

    L’aventure: Deux amis pilote de bolides et aviateur-acrobate, partagent le même goût de l'aventure et du danger. Ils font la connaissance de Laetitia, sculpteur sur métaux. Ayant subi chacun dans leur spécialité un échec cuisant, l'histoire d'un trésor englouti au large du Congo se présente comme une véritable aubaine pour les trois comparses. Mais ils ne sont pas les seuls à convoiter le fameux trésor...

    Les aventuriers: 3 hommes (Ventura, Delon, Reggiani), 1 femme (Joanna Shimkus)

    Combien ça peut rapporter : 500 Millions de francs coincés au poignet d’un gros Belge coincé dans l’épave d’un avion dans l’océan Atlantique.

    Combien de temps : Environ 1 semaine de recherches en plongée grâce à l’assistance du pilote de l’avion crashé (Reggiani).

    Combien ça coûte: 7 victimes chez les méchants, 3 chez les gentils.

    Lieux des aventures : Paris, Deauville, Congo (Zaïre), Ile d’Aix, Fort Boyard (Charente Maritime)

    Morceau(x) de bravoure: le surréaliste enterrement sous-marin dans l’océan atlantique, sublimé par la musique de Roubaix ; la fausse confession de Lino à Delon après la fusillade à la grenade en plein Fort Boyard.

  • L’aventure c’est l’aventure (72) – Claude Lelouch

    L’aventure: Les banques n'étant plus d'un rapport assez lucratif, cinq truands décident de se recycler en enlevant des personnalités. Le premier sur la liste n'est autre que Johnny Hallyday. Parodie sociale comique (selon wikipédia quand même), le film reste l’une des pièces les plus ouvertement anare de la filmo de Lelouch, un pot-pourri de l’idéologie libertaire en vigueur aux moments des faits, filmé la main dans le slip.

    Les aventuriers: 5 hommes (Ventura, Brel, Gérard, Denner, Maccione)

    Combien ça peut rapporter : Crescendo : 200 000 francs pour l’enlèvement de Johnny, 900 000 $ pour l’ambassadeur suisse et le commandant marxiste, 2 millions de $ le hijacking. Un pays est-africain. Et puis 12 millions $ pour le Pape.

    Combien de temps : Le film alterne les témoignages façon reportage mais le récit principal est inscrit ,lui, dans le passé. Pas vraiment d’indications temporelles, mais l’estimation de l’étalage des méfaits tient sur un an et demi environ.

    Combien ça coûte : Quelques soldats marxistes, une poignée de militaires, un soupçon d’agents de la CIA, un procès politisé, un coup d’état en Afrique

    Lieux des aventures : Paris, un pays d’Amérique centrale imaginaire, un autre d’Afrique

    Morceau(x) de bravoure: Toutes les scènes où Aldo et Lino parlent italien ; les enchères menées par Ventura, pour savoir qui va faire sauter l’autre de la CIA, des marxistes ou de l’armée; les braqueurs braqués en pleine idylle maritime ; les cours de démarches chaloupées d’Aldo la classe.

  • Les Spécialistes (84) - Patrice Leconte

    L’aventure: Deux prisonniers, Brandon et Carella, profitent d'un arrêt de la fourgonnette qui les transporte pour s'évader. Brandon propose à Carella de réaliser un casse dans un casino de la côte. S'étant réfugiés dans une villa où une jeune femme, Laura, les accueille, ils montent leur plan. Carella découvre qu'il est en fait flic et que le casino appartient à la mafia.Film de casse efficacesur fond de triangle amoureux platonique, le tout saupoudré de la nonchalance provocante et assumée chère aux années 80, la 4ème association du producteur Fechner avec Leconte pour la Gaumont se pose en honnête série B qui ne fait jamais injure aux postes de télévision annuellement.

    Les aventuriers: 2 hommes (Giraudeau, Lanvin), 1 femme (Christiane Jean)

    Combien ça peut rapporter :3 Milliards de francs

    Combien de temps : Déroulement du temps assez flou, mais estimé à une semaine environ

    Combien ça coûte : 1 (fausse) victime chez les gendarmes, 2 (fausses) pour les truands, parce qu’au début on fait joujou, puis après le casse, 3 truands y passent dans une Mercedes à l’arrêt, avant que Giraudeau n’en taillade pas moins de 9 à l’aide d’un camion à décharge Euclid EUC R-35. Le prix de la liberté sûrement.

    Lieux des aventures : Les Gorges du Verdon, Menton

    Morceau(x) de bravoure: Escalader une falaise les mains nues, menottés l’un à l’autre, en santiags, une sinécure pour Lanvin et Giraudeau qui s’y adonnent après à peine 5 minutes de film, 12 ans avant Tom Cruise et Mission : Impossible, Lanvin et Giraudeau s’envoient en l’air dans un coffre-fort ; la musique qui évoque Frank Zappa et Peter Hammill

  • Le Ruffian (83) – José Giovanni

    L’aventure: Chercheurs d'or au Canada, Aldo et ses compagnons essuient une attaque de bandits le jour de la paie. Seuls, Aldo et deux indiens en sortent vivants et décident de profiter de l’or. Aldo fausse compagnie aux indiens et part en canoe sur une rivière. Son embarcation prise dans les rapides s'écrase au pied d'une cascade avec le chargement d'or, mais Aldo en réchappe. Il rejoint à Montréal son meilleur ami, paraplégique depuis un accident dont Aldo est responsable alors qu'ils étaient tous deux pilotes automobile. Il retrouve également sa maîtresse et son fidèle employé, le vieux John. Ils décident de monter une expédition pour récupérer l'or...

    José Giovanni adapte son roman Les Ruffians sous l’impulsion de Fechner, toujours prêt à se taper un petit voyage-gueuleton pour les besoins d’un film d’aventure, même si celui-ci n’a pas l’efficacité inhérente à son écurie. Quand bien même, l’association Ventura, Giraudeau et Cardinale pour faire le nombre, même en espadrilles, ça a de la gueule.

    Les aventuriers: 3 hommes (Ventura, Giraudeau, Frag), 1 femme (Béatrix Van Til) et 1 mécène (Cardinale)

    Combien ça peut rapporter : Un paquet d’or sous différentes formes

    Combien de temps : Environ 5 jours de préparation puis comptez une journée pour l’expédition

    Combien ça coûte : L’opération récupération coûte environ 50000 $, financée par Claudia Cardinale

    Lieux des aventures : Colombie britannique, Montréal, puis l’époustouflant décor naturel des Wapta Falls. Tout ça se trouvant bien sûr au Canada.

    Morceau(x) de bravoure : La scène du braquage durant lequel Lino fait comprendre à tous que même au Canada, faut pas pousser Lino, sinon… ; l’immense barge construite pour récupérer l’or enfouie, Giovanni a pensé States, espace, démesure, donc il a vu grand ; la belle carte postale du Canada signé tonton José, où il fait bon camper moyennant un petit racket de 300$ par un gang de motard; l’extraction du pognon, durant laquelle Lino se démène dans une machine à laver naturelle pendant que ses copains se font braquer. On signalera quand même que c’est plus excitant sur le papier qu’à l’écran. Tout le monde ne s’appelle pas Boorman.

  • Les Morfalous (84) – Henri Verneuil

    L’aventure: Avril 1943, en Tunisie occupée par les Allemands. Un convoi de la légion étrangère a pour mission d'escorter six millions de lingots d'or de la banque d'El Ksour à Sfax. Mais l'ennemi attaque et il ne reste que quatre rescapés français pour poursuivre la mission. L'un deux, Augagneur ambitionne de partager le butin avec ses acolytes. 20 ans après, Verneuil et Audiard ramènent Bébel sous le soleil nord-africain: les bons mots testostéronés sont là, la tension franchouillarde aussi, l’or faisant la cerise nécessaire au film d’aventure frenchy.

    Les aventuriers: 3 légionnaires (Belmondo, Constantin, Creton), 1 brigadier (Villeret)

    Combien ça peut rapporter : 6 Milliards (de Francs), en lingot d’or, ce qui équivaut à l’époque à « 68000 $, 1 thermos de thé et 3 croissants ».

    Combien de temps : 3 jours environ

    Combien ça coûte : 30 légionnaires français décimés 5 mn après le coup d’envoi par les troupes allemandes, puis égalisation 6 heures plus tard signée Belmondo et Villeret. Quelques contusions, une électrocution, un camion chargé en or pulverisé.

    Lieux des aventures : Tunisie donc, El Ksour, petite ville située à environ 200 km au sud-ouest de Tunis

    Morceau(x) de bravoure : où l’on apprend qu’il est toujours délicat d’uriner dans un terrain civilisé miné par des bombes. Belmondo dynamitant à la tête de son blindé AMX-13 (mais si vous savez bien, celui qui a une tourelle plus basse que les autres) - un rien l’habille Bebel. Même conclusion que De l’or pour les braves où les braqueurs sont accueillis en héros, avec le petit plus qui en impose avec son épilogue signé Blaise Cendrars : « J'étais l'homme le plus riche du monde, l'or m'a ruiné »

Eric Besnard, le réalisateur de 600 kilos d’or pur, n’arrête pas de rapprocher son dernier film des grands films d’aventures à la française. Ok.

Mais c’est quoi, au juste ?

Un groupe d’hommes aux fêlures à vif, une femme si possible, du fric et des embrouilles, le tout sur fond de western sans chevaux : voici le secret des grands films d’aventures à la française. On a sélectionné les meilleurs…

Par Perrin Jusseaume

Les derniers diaporamas photos cinéma
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
    Ils ont aimé