PREVIEW - Cannes 2012 : Tout ce qu'il faut savoir sur les films

07/05/2012 - 17h45
  • Partager sur :
  • 1
  • Cannes 2012 : tout ce qu'il faut savoir sur les films

    Histoire, potentiel au palmarès et petites infos en plus : à moins de dix jours de la 65ème édition du Festival de Cannes, voici tout ce qu'il faut savoir sur les films de la sélection officielle.

    

  • Cosmopolis de David Cronenberg

    LE PITCH : adapté de Don DeLillo, Cosmopolis suit la journée de chaos d’un golden boy dans un New York en ébullition, qui va assister impuissant à l’effondrement de son empire et sombrer dans la paranoïa.

     

    Ca palme ? La bande annonce suggère que David Cronenberg est revenu au registre viscéral qu’il pratiquait jusqu’à Crash – qui avait reçu à Cannes le Prix spécial du Jury. Cosmopolis introduit par ailleurs la métamorphose de l’ex vampire pour ados Robert Pattinson dans un rôle complexe et valorisant qui devrait être de ceux qui marqueront le festival.

     

     

    L'INFO QUI SERT A RIEN : David Cronenberg vient sur la Croisette en famille puisque son fils, Brandon, vient présenter son premier film, Antiviral, à Un Certain Regard.

    En compétition

  • © DRKilling Them Softly d’Andrew Dominik

    LE PITCH. Adaptation du Cogan’s Tradede George V. Higgins, Killing Them Softly raconte l’enquête d’un tueur à gages engagé par la Mafia pour résoudre le braquage d’un tripot clandestin.

    Ça palme ? Après avoir déconstruit le western avec L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford, Andrew Dominik explose les codes du polar en adaptant un roman 70’s qui vaut autant pour leniveau rase-bitume de ses criminels que pour sa science affolante des dialogues. La présence du Soprano James Gandolfini et la première heure de L’Assassinat...(méandres et conversations autour de feux de camp) laissent penser qu’on tient peut-être le Drive de la compétition 2012 :un polar en lévitation parcouru de flashs de violence, une suite de discussions dans des bagnoles et des chambres d’hôtel miteuses transcendée par la mise en scène astrale de Dominik et la classe de Brad Pitt.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Andrew Dominik est néo-zélandais, mais son film défendra les couleurs américaines. G.G.

    En compétition.

  • © DRHoly Motors de Leos Carax

    LE PITCH. Holy Motors suit, pendant quelques heures, le parcours de DL, un acteur qui voyage de corps en corps,se glissant successivement dans la peau d’un meurtrier,d’une mendiante, d’un PDG, d’un travailleur ou d’un pèrede famille. Mais DL est fatigué et voudrait vivre sa vie...

    Ça palme ? Comme toujours chez Carax, ce trip hallucinant pourrait cacher une réflexion sur le cinéma, ses artifices et son pouvoir. Treize ans après Pola X, le réalisateur maudit revient à Cannes avec un film qui devrait donc creuser un peu plus ses obsessions : la mystification,le romantisme illuminé et la rage artistique. Si le résultat est aussi dingue que le casting (Eva Mendes et Kylie Minogue croisent Denis Lavant et Michel Piccoli), on tient l’ovni du festival. Et un prix de la mise en scène ?

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Amy Winehouse et Bertrand Cantat furent un temps annoncés au casting. G.G.

    En compétition.

  • © DRMud de Jeff Nichols

    LE PITCH. Lors d’une escapade sur une île au beau milieu du Mississipi, deux ados rencontrent Mud, fugitif recherché mort ou vif et hanté par l’idée de retrouver l’amourde sa vie. Tous trois décident de construire un bateau pour rejoindre l’autre rive et, qui sait, un monde meilleur.

    Ça palme ? Attention, gros outsider en vue. Grand Prix de la Semaine de la critique l’année dernière avecson sublime Take Shelter, Jeff Nichols pourrait créerla surprise au sein de la Sélection officielle. Annoncé comme une chasse à l’homme stratosphérique et «springsteenienne», Mud sent bon l’Americana élégiaque.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Un des deux jeunes qui viennent en aide au hérosest interprété par Tye Sheridan, qui jouait l’un des fils de Brad Pitt dans The Tree of Life, Palme d’or 2011.Un signe, forcément... F.G.

    En compétition.

  • Moonrise Kingdom de Wes Anderson

    LE PITCH : deux enfants s’enfuient de leur camp de scout pour vivre leur amour. Alors que chacun se mobilise pour les retrouver, une violente tempête s’approche des côtes et bouleverse davantage la vie de la communauté.

     

    Ca palme ? Pour sa première sélection cannoise, Wes Anderson se paie le luxe de faire l’ouverture du festival tout en étant de la compétition. Son style sophistiqué à l'extrême, son univers graphique et ses décors nostalgiques pourraient-ils toucher le Jury présidé par Nanni Moretti ?

     

    L’INFO QUI SERT A RIEN : Moonrise Kingdom doit beaucoup à L’Argent de poche de François Truffaut, une des principales inspirations d’Anderson sur ce film

  • © DRL’Ivresse de l’argent d’Im Sang-soo

    LE PITCH. Chargé des affaires privées d’une famille de riches industriels coréens, un secrétaire se rend vite compte que pour survivre dans cet univers dominé par le sexe, l’argent et le pouvoir, il devra choisir entre ses principes et ses envies.

    Ça palme ? Révélé par Une femme coréenne (2003), Im Sang-soo est un habitué de Cannes puisqu’il y a déjà présenté ThePresident’s Last Bang (2005, Quinzaine des réalisateurs) et The Housemaid(2010, en compétition). Avec L’Ivresse de l’argent, il poursuit son exploration d’un monde occulte et fascinant où le luxe côtoie la bassesse et où l’ambition se paie au prix fort. On peut lui faire confiance pour l’illustrer avec un style éblouissant.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Chez Im Sang-soo, le sexe est toujours associé au bon vin. G.D.

    En compétition.



  • © DRAprès la bataille de Yousry Nasrallah

    LE PITCH. La rencontre, en février 2011, entre une jeune manifestante et un cavalier de la place Tahrir chargé de réprimer la révolution en marche.

    Ça palme ? Cannes avait accueilli Yousri Nasrallah dès son premierlong métrage, Vols d’été, présenté en 1988 à la Quinzaine des réalisateurs. Né en 1952, ce cinéaste égyptien (huit films au compteur) est présent pour la première fois en compétition. Sélectionné en 2004 avec La Porte du soleil (hors compétition), il avait également été retenu en 2011 pour une Séance spéciale avec le film collectif 18 Jours, qui traitait déjà du « printemps arabe ».

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Le record man égyptien des sélections cannoises (onze fois toutes sections confondues), est le défunt Youssef Chahine,dont Nasrallah fut l’assistant. I.D.

    En compétition.

  • © DRDans la brume de Sergei Loznitsa

    LE PITCH. En 1942, pendant l’occupation allemande en URSS, un résistant russe est injustement accusé de collaboration. Pour se sauver, il doit faire un choix difficile.

    Ça palme ? Issu du documentaire, Sergei Loznitsa s’est fait connaître à Cannes en 2010 avec My Joy, un premier film de fiction qui dressait un tableau assez pessimiste de l’Ukraine contemporaine, rongée par la corruption et le crime. Le voici de retour avec un drame dont le titre illustre la difficulté à agir honnêtement dans un contexte où la morale n’existe plus.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Le chef opérateur Oleg Mutu signe aussi la photo de  Beyond the Hills, de Cristian Mungiu, également en compétition. G.D.

    En compétition.

  • © DRPost tenebras lux de Carlos Reygadas

    LE PITCH. Au Mexique, le jeune Juan et sa famille quittentla ville pour s’installer à la campagne. L’enfant se demande alors si un autre mode de vie est possible.

    Ça palme ? Après Japon, découvert à la Quinzaine des réalisateurs et Caméra d’or en 2002, Bataille dans le ciel et Lumière silencieuse ont eu les honneurs de la compétition, respectivement en 2005 et 2007. La dernière fois, Carlos Reygadas a glané un Prix du Jury. Cette fois, il espère plus.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. "Post tenebras lux", citation latine extraite du Livre de Job, signifie :"La lumière après les ténèbres". Amusant quand on sait que le précédent film de Reygadas avait pour titre Lumière silencieuse... T.A.

    En compétition.

  • © DRParadis : Amour d’Ulrich Seidl

    LE PITCH. Premier volet d’une trilogie consacrée à trois femmes, Paradis : Amour raconte le voyage de Teresa, la cinquantaine, qui part au Kenya pour combler sa misère sexuelle et affective. Mais d’un garçon à l’autre, les désillusions sont cruelles.

    Ça palme ? Passé du documentaire à la fictionavec l’excellent Dog Days (2002), Ulrich Seidl avait enfoncé un clou sadique avec Import/Export,présenté en compétition en 2007 et revenu bredouille. On peut une nouvelle fois compter sur lui pour interroger le regard du spectateur sur ce qu’il voit, ce qui est vrai ou faux, ce qui est choquant ou pas. Christine Boutin va adorer.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Les deux Autrichiens de la compétition, Haneke et Seidl, présentent des films aux titres étrangement voisins. T.A.

    En compétition.

  • © DRLawless de John Hillcoat

    LE PITCHLawless retrace l’histoirevraie des trois frères Bondurant, distillateurs clandestins en Virginie pendant la prohibition. Leurs affaires prospérèrent jusqu’à l’arrivée d’un flic corrompu et de deux jolies femmes.

     

    Ça palme ? John Hillcoat est entré à Cannes par la petite porte en 1988 avec Ghosts… of the Civil Dead, présenté au Marché du film. Depuis, le cinéaste poursuit une fructueuse collaboration avec Nick Cave, qui lui écrit des musiques (La Route), des scénarios (Lawless), parfois les deux (The Proposition). Cette fois, les Australiens revisitent une mythologie 100 % américaine avec un casting très excitant :Thomas HardyGary Oldman...

     

    L’INFO QUI SERT À RIEN. D’abord intitulé The Wettest County in the World, commele livre dont il est adapté, le film s’est ensuite appeléThe Promised Land,puis The Wettest County, avant d’être finalement rebaptisé Lawless. G.D.

     

    En compétition.


     
  • © DRIn Another Country de Hong Sangsoo

    LE PITCH. Est-ce la même femme ou une autre ? Elle rencontre en tout cas les mêmes personnes dans le même lieu. Et pourtant, chaque expérience est différente...

    Ça palme ? Après La femme est l’avenir de l’homme (2004) et Conte de cinéma (2005), retour en compétition pour le Coréen dont les deux derniers films ont été présentés à Un certain regard. C’est dans cette section qu’il fut découvert avec Le Pouvoir de la province de Kangwon en 1998, puis La Vierge mise à nu par ses prétendants (2000), avant d’y êtreprimé en 2010 pour Ha Ha Ha.Creusant le même sillon depuisses débuts, Hong Sang soo semble avoir atteint ici la quintessence de son cinéma.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Isabelle Huppert n’est pas revenue en compétition à Cannes depuis 2001, l’année de son prix d’interprétation pour La Pianiste, de Haneke. I.D.

    En compétition.

  • © DRLa Part des anges de Ken Loach

    LE PITCH. Après une petite incartade, Robbie, jeune père de famille, est condamné à une peine de travail d’intérêt général. Son éducateur l’initie à l’art du whisky. Peu à peu, Robbie devient un dégustateur reconnu. Va-t-il enfin changer de vie ?

    Ça palme ? Ken Loach se prépare à arpenter la Croisette pour la dix-septième fois, toutes sectionsconfondues ! Sans doute un record. Secondé par Paul Laverty (douzième script écrit par l’Écossais pour le cinéaste anglais), il signe une comédie sociale dans la lignée de Looking for Eric, qui avait diverti les observateurs, sans plus. On attend un sursaut après le décevant Route Irish (2011).

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Le site whiskymag.fr s’est félicité que son collaborateur Charles MacLean tienne son propre rôle, celui d’un spécialiste du malt, dans le film de Loach. C.N.

    En compétition.



  • © DRVous n’avez encore rien vu d’Alain Resnais

    LE PITCH. Après la mort d’Antoine, metteur en scène de théâtre, les acteurs qui ont joué Eurydice sous sa direction sont convoqués chez lui pour visionner les répétitions d’une troupe qui avait demandé au défunt l’autorisation de monter sa pièce.

    Ça palme ? Jamais palmé, Alain Resnais, 90 ans,revient pour la septième fois en compétition. Prix du Jury en 1980 pour Mon oncle d’Amérique et Prix spécialpour l’ensemble de sa carrière en 2009 (il présentaitLes Herbes folles), il a aussi foulé le tapis rouge avec Toute la mémoire du monde (1957), Hiroshima mon amour (1959), Je t’aime je t’aime (1968) et Stavisky (1974). Ajouté à l’aura de Resnais et de sa bande, ce nouveau film en forme de bilan sur la vie, l’amour, la mort, le théâtre et le cinéma, pourra-t-il enfin offrir au cinéaste la récompense suprême ?

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Dans la mythologie grecque, Eurydice, épouse d’Orphée, est une dryade, soit une nymphe des arbres. I.D.

    En compétition.

  • © DRLe Chasseur de Thomas Vinterberg

    LE PITCH. Après un divorce qui l’a esquinté, un homme s’offre un nouveau départ en s’installant dans une petite ville de province. Mais la populace locale se met soudain à l’accuser de pédophilie...

     

    Ça palme ? Depuis le hit Festen, Prix du Jury en 1998, Vinterberg a eu beaucoup de mal à confirmer les espoirs placés en lui – qui se souvient de Submarino ? Avec son sujet qui sent le soufre et le brûlot sociologique, La Chasse ressemble autant, pour le réalisateur, à une opération de la dernière chance qu’à un retour à ses premières amours. Prévoir un prix pour Mads Mikkelsen dans votre pronostic de palmarès…

     

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Le mouvement Dogme95, dont Thomas Vinterberg fut le cofondateur avec Lars von Trier, a finalement implosé en 2005, sans grand-monde pour le regretter. F.G.

     

    En compétition.

     

  • © DRAu-delà des collines de Cristian Mungiu

    LE PITCH. Alina, une jeune Roumaine, tente de convaincre son amie Voichita de quitter leur couvent, dirigé par un prêtre ultra rigoriste qui soupçonne Alina d’être possédée par le démon.

    Ça palme ? Comme Kiarostami, Haneke et Loach, Mungiu concourt cette année pour une deuxième Palme d’or. Cinq ans après 4 mois, 3 semaines, 2 jours (sur les avortements clandestins à l’époque de Ceaucescu), il revient avec un film mettant à nouveau en scène des jeunes femmes menacées dans leur intégrité physique par une société répressive. Il s’est inspiré d’un fait divers survenu en 2005 dans la ville de Tanacu, où une nonne souffrant de schizophrénie avait été tuée par un prêtre lors d’un exorcisme.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Le dernier film comportant dans son titrele mot "hill" (colline) a avoir été présenté à Cannes est La Colline des hommes perdus (The Hill), de Sidney Lumet, en 1965. F.F.

    En compétition.

  • © DRAmour de Michael Haneke

    LE PITCH. Georges et Anne sont des professeurs de musique à laretraite. Leur fille, également musicienne, vit à l’étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d’un accident. L’amour qui unit le couple va alors être mis à rude épreuve.

    Ça palme ? Depuis l’énorme scandale provoqué par Funny Games en 1997, Michael Haneke a eu le temps de monter et de descendre les marches : prix du Jury pour La Pianiste (2001), prix de la mise en scène décerné à Caché (2005) et Palme d’or pour Le Ruban blanc (2009).On remet ça ?

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Jean-Louis Trintignant n’avait pas tourné depuis Janis et John (2003). T.A.

    En compétition.

  • © DRThe Paperboy de Lee Daniels

    LE PITCH. Emprisonné pour le meurtre d’un shérif qui avait tué son cousin, Hillary Van Wetter attend son exécution dans le couloir de la mort. Charlotte Bless, une femme tombée amoureuse de lui au fil des lettres qu’ils ont échangées, veut à tout prix le faire libérer afin de l’épouser. Elle obtient l’aide d’un reporter – flairant le Pulitzer – et de son frère.

    Ça palme ?Pedro Almodóvar a travaillé pendant presque dix ans sur cette adaptation du roman sulfureux de Pete Dexter, finalement dirigée par Lee Daniels, le réalisateur de l’atroce (mais oscarisé) Precious. Invité surprise de la compétition, Daniels aurait-il réussi le film choc que promettait le bouquin ? Une chose est sûre : à l’issue du festival, Nanni Moretti aura officiellement vu un long métrage avec Zac Efron.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Efron possède deux chiens, Dreamer et Puppy, ainsi qu’un chat siamois nommé Simon. M.C.

    En compétition.

  • © DRReality de Matteo Garrone

    LE PITCH. Les aventures d’une famille qui, rêvant de participer à une émission de télé-réalité, se met à vivre comme dans le Loft. Quatre ans après Gomorra,sa charge ultradocumentée contre la Mafia (prix du Jury en 2008), le cinéaste s’attaque à l’univers de la télévision...

    Ça palme ? En changeant de cible, Matteo Garrone change surtout de ton : "L’idée, c’était de faire quelque chose de différent", confie-t-il. Reality n’est donc pas un réquisitoire contre Grande Fratello (le Big Brother italien) ou contre la télé-poubelle de Berlusconi mais une vraie comédie, une fable qui devrait renouer avec la grande tradition du cinéma italien des années 60.

    L’INFO QUI SERT À RIEN.Reality sera le seul film transalpin de la compète. "On espérait mieux", a commenté Nicola Borrelli, directeur général du cinéma au ministère de la Culture italien. G.G.

    En compétition.

  • © DRDracula 3Dde Dario Argento

    LE PITCH. La Transylvanie. Un château isolé. Un comtemystérieux pas très matinal. Un chasseur de vampires. Des pieux. Des jeunes filles tout de blanc vêtues.Vous commencez à la connaître, non, cette histoire ?

    SUR LES DENTS. Le trailer balancé sur le Net il y a quelques mois, avec ses acteurs qui jouent faux et ses effets spéciaux non finalisés (sic), laisse imaginer unnanar de premier ordre, fidèle au coma artistique dans lequel est plongé depuis vingt-cinq ans l’immense Dario Argento. Cela dit, on peut imaginer une séance de minuit vraiment délirante où se bousculeront les amateurs d’impossibles « bisseries ». Ne cherchez pas ailleurs :le happening ultime de Cannes aura lieu ce soir-là.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Il y a pile dix ans,Thomas Kretschmann, qui incarne ici Dracula, interprétait Damaskinos, le vampire livide et increvable de Blade 2. La gueule de l’emploi ? F.G

    Hors compétition.

  • © DRManiac de Franck Khalfoun

    LE PITCH. Perturbé (le mot est faible) depuis la mort de sa mère abusive, Frank Zito passe ses nuits à traquer des femmes, dont il conserve méthodiquement la chevelure après les avoir assassinées.

    Palme gore. Il fallait du culot pour oser revisiter le Maniac de William Lustig (1980), en course pour le titre du slasherle plus dérangeant de tous les temps. Ça tombe bien : ce remake produit et coécrit par Alexandre Aja n’en manque pas. Du choix de tourner le film entièrement en caméra subjective à celui, encore plus inattendu, de confier le rôle du serial killer à Elijah Wood, le projet affiche une ambition que cette sélection cannoise ne démentira pas.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Le réalisateur Franck Khalfoun a fait une apparition dans une scène de Haute Tension, d’Alexandre Aja, qui rendait hommage à... Maniac. M.C.

    Hors compétition.

  • © DRThérèse Desqueyroux de Claude Miller

    LE PITCH. Adapté de l’oeuvre de Mauriac, le dernier film de Claude Miller met en scène une bourgeoise étouffée parle poids des conventions sociales dansla France des années 20.

    SÉANCE EMOTION. La famille du cinéma français et celle de Claude Miller seront réunies lors de la soirée de clôture pour saluer la mémoire de l’un de nos plus grands cinéastes. Rappelons que Claude Miller a obtenu le prix du Jury en 1998 pour La Classe de neige et qu’il a été membre du jury en 2002, année où The Pianist, de Roman Polanski, remporta la Palme d’or.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Claude Miller, George Miller et Penelope Ann Miller font partie des vingt-deux Miller qui ont, un jour ou l’autre, participé à lagrand-messe cannoise... C.N.

    Hors compétition.

  • © DRLaurence Anyways de Xavier Dolan

    LE PITCH. Sur deux décennies, les amours tumultueuses d’un couple confronté aux conventions sociales et aux préjugés.

    IN-DOLAN. Les apparences jouent contre Xavier Dolan, marqué par un cride naissance trop braillard (J’ai tué ma mère, 2009). Les Amours imaginaires, son deuxième film, présenté à Un certain regard en 2010, n’avait rien à voiravec son coup d’essai : moins centré sur ses atermoiements, plus ouvert aux autres. Voyons ce qu’il nous réserve pour cette troisième expertise.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Xavier Dolan a eu envie de faire du cinéma en découvrant Mort à Venise, Les Quatre Cents Coups et Paris, Texas. T.A.

    Un Certain Regard


     
  • © DRAntiviral de Brandon Cronenberg

    LE PITCH. Dans un futur proche, des fans paient pourse faire injecter les maladies de leurs stars favorites. Un laborantin, qui trafique illégalement ces virus "copyrightés", est à son tour infecté par le germe qui vient de tuer une célébrité. Il devient alors la cible de collectionneurs enragés.

    Star-système (immunitaire). Pour son premier long, Brandon Cronenberg semble marcher dans les pas de son père en mêlant horreur organique et SF réaliste, tout en apportant une touche satirique plus personnelle. La présence à Cannes de Cronenberg senior permettrade mesurer lequel des deux poussera les obsessions familiales avec le plus d’intensité.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. La fièvre induite par une fortegrippe a inspiré à Brandon Cronenberg l’idée d’Antiviral. G.D.

    Un certain regard.

  • © DRLes Bêtes du Sud sauvage de Benh Zeitlin

    LE PITCH. Hushpuppy, une gamine de 6 ans,vit avec son père au sein de la Baignoire,une communauté oubliée au bout du monde qu’une tempête vient de dévaster. Elle "devra surmonter des catastrophes aux proportions épiques pour sauver sa famille et sa maison, bientôt engloutie par le seaux", annonce le synopsis officiel.

    Le poil de la bête. Ce drame fantastique a déchaîné les passions lors de sa projection au dernier festival de Sundance, entraînant une guerre des enchères entre plusieurs distributeurs avant de remporter le Grand Prix du jury. Le fait que Fox Searchlight ait déboursé 2 millions de dollars pour remporter les droits d’un film sorti de nulle part et peuplé d’acteurs inconnus a fini d’asseoir la réputation du premier long métrage de Benh Zeitlin.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. L’histoire s’inspire d’une pièce intitulée Juicy and Delicious. M.C.

    Un certain regard.

  • © DRConfession d’un enfant du siècle de Sylvie Verheyde

    LE PITCH. Trahi par sa maîtresse, le jeune Octave s’abandonne à une vie de débauche et de libertinage. Sa rencontre avec Brigitte Pierson va réveiller sa soif d’amour fouet d’absolu.

    Je suis libertine. Pour cette adaptation du roman d’Alfred de Musset, Sylvie Verheyde a réuni le gratin des arts et des lettres franco-britanniques. Charlotte Gainsbourg interprète l’alter ego de fiction de George Sand, les seconds rôles sont tenus par le top Lily Cole et le sociétaire de la Comédie-Française Guillaume Gallienne, et la BO a été confiée au gourou pop Sébastien Tellier. Mais le plus chic, c’est bien sûr la présence de l’enfant terrible du rock british, Pete Doherty, ex-leader des Libertines accro à la littérature française (Baudelaire, Huysmans...), qui fait ses débuts au cinéma.

    L’INFO QUI SERT À RIEN. Serge Gainsbourg a lui aussi adapté Musset. C’était en 1959, dans la chanson La Nuit d’octobre. F.F.

    Un certain regard.

  • © DRJ’enrage de son absence de Sandrine Bonnaire

    LE PITCH. Après dix ans d’absence, Jacques réapparaît dans la vie de Mado, qui s’est entre-temps remariée et a eu un fils, Paul, âgé de 7 ans. Voyant en lui l’enfant qu’ils avaient perdu, Jacques noue avec Paul une complicité qui dérange de plus en plus Mado.

    Le fils préféré. Quatre après son documentaire Elle s’appelle Sabine, Sandrine Bonnaire réalise sa première fiction, coécrite avec Jérôme Tonnerre, le scénariste d’Un coeur en hiver, de Claude Sautet. "C’est un film dur mais très beau, nous a raconté Alexandra Lamy. Et une vraie rencontre avec Sandrine Bonnaire. Je l’appelais d’ailleurs “Sandrine Bonheur”. Même si elle devenait parfois “Sandrine Vénère” quand quelque chose n’allait pas (Rire)."

    L’INFO QUI SERT A RIEN. Pour jouer une scène dans une voiturequi n’allait pourtant pas rouler, William Hurt a demandé à ce que le réservoir d’essence soit rempli. M.C.

    Semaine de la critique.

  • © DRBroken de Rufus Norris

    LE PITCH. Lorsqu’elle assiste à l’agression brutale de Rick, un adolescent instable, pour un crime qu’il n’a pas commis, la vie de Skunk, 11 ans, est complètement bouleversée.

    Dream Tim. Premier long métraged’un metteur en scène de théâtre croulant sous les récompenses, Broken réunit les producteurs et le scénariste de Boy A, le film qui avait lancé la carrière d’Andrew Garfield. Souhaitons le même parcours à la débutante Eloise Laurence, qui partage l’affiche de ce drame ultra violent avec Tim Roth, dont la quinzaine cannoise sera surbookée puisqu’il présidera également le jury d’Un certain regard.

    L’INFO QUI SERT A RIEN. Tim Roth a huit tatouages sur le bras droit, correspondant chacun à un événement majeur de sa vie. M.C.

    Semaine de la critique. 

Histoire, potentiel au palmarès et petites infos en plus : à moins de dix jours de la 65ème édition du Festival de Cannes, voici tout ce qu'il faut savoir sur les films de la sélection officielle.

Les derniers diaporamas photos cinéma
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
bofffff ras
  • 0
  • 0
Anonyme | le 09/05/2012 à 16h22 | Signaler un abus
Votre réponse...
Cannes live !
  • Shootings cannois : les making-of 09/06/2012 - 09h48
  • Norman rate le casting de Drive 04/06/2012 - 18h05 8
  • Marion Cotillard au Festival de Cannes 2012 Marion Cotillard est VOTRE gagnante 29/05/2012 - 16h00 1
  • Mikkelsen revient sur sa perf' 29/05/2012 - 12h25 1
  • Louise Bourgoin est-elle lesbienne ? Louise Bourgoin lesbienne ? 28/05/2012 - 18h01 7
> Tout le Festival de Cannes
Les plus recommandés !