"Wonder Woman est un pas en arrière" : James Cameron récidive

Wonder Woman

"Pour moi, ce film n’a rien de révolutionnaire. Raquel Welch faisait la même chose dans les années 60."

Cet été, James Cameron a créé un tollé en affirmant en interview qu’il trouvait que Wonder Woman était "un pas en arrière" de la part de l’industrie hollywoodienne, comparant l’héroïne jouée pare Gal Gadot à Sarah Connor, qu’il avait créée dans la saga Terminator. "Toute l'autocongratulation dont Hollywood se tartine Hollywood à propos de Wonder Woman est tellement trompeuse, analysait le réalisateur d’Avatar auprès de The Guardian. Dans ce film, Wonder Woman est une icône objectivée. C'est juste le Hollywood masculin qui fait encore la même chose ! Je ne dis pas que je n'ai pas aimé le film mais, pour moi, c'est un pas en arrière. Sarah Connor n'était pas une icône de beauté. Elle était forte, elle était troublée, c'était une mauvaise mère. Et elle a gagné le respect du public, malgré tout, par sa vista pure. Selon moi, le bénéfice de personnages comme Sarah est tellement évident. Après tout, la moitié du public est féminin ! (...) Il y a beaucoup de femmes de pouvoir à Hollywood et elles se doivent de guider et façonner les prochains films."

James Cameron défonce Wonder Woman, Patty Jenkins contre-attaque

Patty Jenkins, la réalisatrice de Wonder Woman, lui avait répondu sur Twitter. "L'incapacité de James Cameron à comprendre ce qu'est ou représente Wonder Woman pour les femmes partout dans le monde, n'est pas surprenante, car s'il est un grand cinéaste, il n'est pas une femme ! Les femmes fortes, c’est super. Il a aimé mon film Monster, et on a tous les deux fait le portrait de femmes fortes mais détruites qui ont été appréciés. Saud que si les femmes ont besoin d’être mal, d’être dures pour être fortes, il y a un problème, on n’est pas libres de montrer un personnage plus multidimentionnel, une icône qui s'adresse aux femmes du monde entier et qui soit attirante et attachante. Si c’est le cas, on n’a vraiment pas beaucoup évolué. Je pense que les personnages féminins peuvent TOUT faire, exactement comme les personnages masculins. Il n'y a pas de bonne ou de mauvaise femme de pouvoir. Et la vaste audience féminine qui a fait de Wonder Woman un hit peut certainement choisir ses propres icônes progressistes."

Non, Gal Gadot n'a pas été moins payée pour Wonder Woman que Henry Cavill pour Man of Steel

Cette semaine, James Cameron est revenu sur ce sujet pour enfoncer le clou. "Oui, je maintiens ce que j’ai dit. L’actrice choisie est une ancienne Miss Israël, elle porte un bustier qui met en avant ses formes pendant tout le film. Elle est resplendissante. Et ça, pour moi, ça n’a rien de révolutionnaire. Raquel Welch faisait la même chose dans les années 1960. Remettons dans le contexte : je parlais de Sarah Connor, que Linda (Hamilton) incarnait en 1991 pour dire que son personnage était en avance sur son temps. Elle changeait complètement de ce qu’on voyait à l’époque. Même aujourd’hui on ne propose pas de tels rôles féminins. Et puis Linda était belle. C’est juste qu’elle n’était jamais traitée comme un objet sexuel, ça n’entrait pas dans la construction de son personnage. Elle n’était que colère, espoir et détermination. Elle était folle aussi, compliquée… Elle n’était pas là pour être aimée ou détestée, elle était centrale. Et le public l’aimait à la fin du film. Donc même si j’applaudis le fait que Patty ait réalisé Wonder Woman, ou plutôt qu’Hollywood l’ai 'laissée' le diriger, je n’ai rien vu de révolutionnaire dans ce film. Il était bien. Point. J’ai été choqué que mon commentaire prenne autant d’ampleur. Dans ma tête, ce que je voulais dire était très clair : je ne crois pas que Hollywood s’en sorte bien avec l’image des femmes dans les franchises commerciales. Dans les drames, c’est réussi, mais pas dans les gros films d’action pour lesquels ils pensent d’abord à attirer des spectateurs de sexe masculins entre 14 et 18 ans. Je l’ai peut-être exprimé de manière trop simpliste, mais je ne le retire pas. Je voudrais juste ajouter un truc : j’ai aimé le fait que sexuellement, l’héroïne prenne le dessus sur le héros. J’ai trouvé ça fun."

Tout ce qu'on sait déjà sur Wonder Woman 2

Commentaires

Prochainement au Cinéma

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Sid Et Nancy
Léon Morin, Prêtre
Octobre