DR

Première tire le bilan de l'année ciné écoulée et publie son Top 10 des films de 2017.

A la fin de l'année 2017, comme chaque année, Première a voté pour ses films préférés de l'année. Le résultat ? Un road-movie, quelques drames, un documentaire, un film de science-fiction ou encore une comédie musicale. Découvrez notre Top 10, dans l'ordre croissant de nos préférences.

10- American Honey (Andrea Arnold) 

Si Spring Breakers ambitionnait d’être le Bonnie and Clyde de la génération Z, American Honey est son Easy Rider. Un film-trip dont le seul et unique motif est de regarder la route défiler, d’empiler les blocs de temps, et de structurer le tout par une bande-originale monstrueuse et orgasmique, qui compile Rihanna et Springsteen, Juicy J et Mazzy Star, du rap très sale et des gentilles folk-songs, et finit par vous vriller la cervelle. Les clichés du genre sont là (la love story qui grandit au fil des kilomètres, la corruption du rêve américain), mais ils n’ont jamais sonné comme ça.

Lire la critique en intégralité

9- A Ghost Story (David Lowery) 

Il y a au sein de A Ghost Story trois bons quarts d’heure de cinéma prodigieux, touché par la grâce d’une simplicité presque primitive, une espèce de haïku fantastique d’une grande pureté, empaqueté dans son absence d’enrobage, et dont le plus bel artifice est de parvenir à faire croire qu’il n’y en a aucun, comme une fille qui saurait se maquiller chaque matin pour donner l’impression de ne pas l’être.

Lire la critique en intégralité

8- Au revoir là-haut (Albert Dupontel) 

Depuis Bernie, Dupontel fait le portrait de marginaux auxquels la société refuse obstinément de faire une place. On ne veut pas d’eux ? Qu’à cela ne tienne, ils vont imposer leur loi. C’est précisément l’objet d’Au revoir là-haut qui traite de la question du retour à la vie civile des soldats de la Grande Guerre. Mutilés, un peu dérangés, plus tout à fait les mêmes, ces pauvres bougres ne reçurent pas un accueil à la hauteur de leurs sacrifices. Pour le prolo intrépide Albert et l’aristo défiguré Edouard, liés à jamais (le second a perdu son visage en sauvant le premier), la survie passe par la “mode” florissante de l’arnaque à la mémoire : les deux larrons vont vendre sur catalogue des faux monuments aux morts. En parallèle, l’instrument de leur déchéance, l’ignoble ex-capitaine Pradelle, capitalise, avec l’aval de l’état, sur le commerce de cercueils vides censés contenir les dépouilles de soldats disparus rendues à leurs familles… Du pur Dupontel, un peu voyou, politiquement incorrect, grotesque, édifiant.

Lire la critique en intégralité

7- Un jour dans la vie de Billy Lynn (Ang Lee) 

En plein assaut irakien, Billy Lynn a tenté de sauver son sergent au péril de sa vie. Revenu chez lui, on l’envoie parader un peu partout avec sa section pour soutenir l’effort de guerre et la mythologie populaire. Aujourd’hui, c’est l’inauguration d’un stade de foot qui l’attend avec un show des Destiny’s Child à la mi-temps. Avec ce film expérimental, Ang Lee dresse un tableau sordide de l’Amérique profonde, Billy Lynn est un trip mental où souvenirs, fantasmes et réalité se mêlent dans une orgie sensorielle qui vire progressivement au cauchemar. Mais, jamais violent, jamais démonstratif, le film d’Ang Lee est une progressive mise au point. Le douloureux retour au pays (qu’il est impossible d’imaginer aujourd’hui sans penser à Trump) se fait comme toujours chez Ang Lee, sans ironie, sans cynisme ou calcul ; avec une douceur et une empathie folle. C’est un petit chef-d’œuvre qui ne restera pas longtemps en salles, mais qui mérite votre attention.

6- Jim & Andy (Chris Smith) 

Jim Carrey ne passe pas du tout pour un connard dans ce documentaire démentiel. Il passe pour un génie. Mais un génie fatigant, complètement cintré, épuisant tout le monde (et lui le premier) à cause de sa détermination à transformer le plateau du biopic d’Andy Kaufman en quelque chose d’aussi bordélique, bizarroïde, drôle et inquiétant qu’un sketch d’Andy Kaufman. On voit donc ici des choses dingues. Hallucinantes : Milos Forman sur le point de craquer, obligé de supplier Andy Kaufman et Tony Clifton (les personnages de son film !) de lui accorder une autre prise. Carrey maquillé en Tony Clifton, crashant une soirée à la Playboy Mansion, ou s’introduisant ivre mort dans les bureaux d’Amblin à la recherche de Steven Spielberg, pour lui dire que « le requin n’était pas crédible ». Jim Carrey parlant à la sœur d’Andy comme si c’était sa propre sœur, et elle agissant comme si son frère défunt était ressuscité. Les autres membres du cast (Danny De Vito, Judd Hirsch…)  échangeant des regards inquiets, se demandant si la blague n’a pas assez duré, si elle va bientôt s’arrêter. Une maquilleuse au bout du rouleau, en pleurs. Comment disait Milos Forman, déjà ? Ah oui : Vol au-dessus d’un nid de coucous.

Lire la critique en intégralité

5- Quelques minutes après minuit (Juan Antonio Bayona) 

En évoquant King Kong, et plus généralement des dragons, des géants et des sorciers, Quelques minutes après minuit reproduit un thème présent dans toutes les cultures, mais particulièrement ardent dans le cinéma espagnol, qui accorde une grande importance au fantastique pour surmonter les difficultés de la réalité. Dans Mon voisin Totoro, ce sont deux petites filles qu’une sorte de chat géant aide à compenser l’absence de leur mère hospitalisée. Dans le film de Bayona, c’est un garçon, « trop vieux pour être encore un enfant, trop jeune pour être déjà adulte », qui souffre de cauchemars récurrents à l’idée de faire le deuil de sa mère, malade d'un cancer. Jusqu’au moment où prend vie un arbre géant qui annonce à Conor qu’il viendra par trois fois lui raconter trois contes. En retour, le garçon devra lui-même raconter au géant une histoire, et il devra dire la vérité.

Lire la critique en intégralité

4- Blade Runner 2049 (Denis Villeneuve)   

Les robots ont-ils une âme ? De 2001, l’Odyssée de l’espace à A.I., en passant par les séries Real humans et Westworld, la question n’a cessé de tarauder les auteurs qui en ont tiré des précipités de mélancolie pure, des réflexions métaphysiques renversantes, le tout englobé dans des univers futuristes cohérents, plastiquement spectaculaires. En l’espèce, le Blade Runner de Ridley Scott fait figure de parangon ultime du genre : avec sa mégalopole surpeuplée ultra graphique (tout en clairs-obscurs dessinés par les néons et la brume), son ambiance de film noir et ses questionnements existentiels, il posait les jalons du cyberpunk, de la SF consciente d’aujourd’hui et des dystopies qui ont proliféré.

Lire la critique en intégralité

3- Faute d'amour (Andreï Zviaguintsev) 

En 2014, l’épopée polyphonique Léviathan a fini d’imposer Andreï Zviaguintsev en formaliste de catégorie A, peintre cruel des mœurs tarées de son pays, aimant à mixer la Bible et Dostoïevski, la série noire et la satire politique, Tarkovski et les pages faits divers. De quoi attendre son nouveau film de pied ferme. Moins touffu, moins fou, mais encore plus sombre et âpre (si possible), Faute d’amour commence comme un remix de Scènes de la vie conjugale dans la périphérie de Moscou (un homme et une femme en instance de divorce tentent de vendre leur appartement au plus vite, parce qu’ils ne peuvent plus passer cinq minutes ensemble sans se hurler dessus) avant de virer au procédural climatique hardcore, quand leur enfant de 12 ans, auquel ils ne prêtent jamais attention, disparait subitement, et que les recherches s’organisent. Le film est tout entier tendu vers le constat glaçant de l’absence d’amour dans la Russie contemporaine, ce terrifiant atavisme qui veut les êtres continuent de se reproduire puis de négliger leur progéniture, pour leur plus grand malheur à tous. Zviaguintsev tisse un écheveau de rapports humains morbides, viciés. Les familles se disloquent, les couples se haïssent, les parents regrettent d’avoir eu des enfants, les enfants regrettent d’être nés. Et que fait la police ? Rien.

Lire la critique en intégralité

2- The Lost City of Z (James Gray) 

En apparence, The Lost City of Z ressemble à une rupture dans la filmographie de James Gray : les habituels descendants d’immigrés juifs d’Europe de l’Est ont laissé la place à un hobereau britannique en quête de respectabilité. Le changement de milieu n’est pas seulement social, mais aussi géographique : finis les décors urbains de plus en plus confinés (dans The Immigrant, on ne voyait presque jamais le ciel), bienvenue dans une jungle plus primitive et spacieuse. Pour autant, Gray a trouvé dans le livre documentaire de David Grann, qui retrace le parcours d’un explorateur obsessionnel, un réservoir de thèmes qu’il connaît par coeur : la soif de liberté, le destin, la famille, l’hérédité, l’obsession. 

Lire la critique en intégralité

1- La La Land (Damien Chazelle) 

De prime abord, La La Land se présente comme un hommage à l’âge d’or de Hollywood, un pastiche aux couleurs artificielles. Mais il est bien plus que cela : une réflexion stupéfiante sur la nature même du spectacle, sur ce qui se joue entre ceux qui le font et ceux qui y assistent : nous, dans la salle, époustouflés devant la réussite du film, la puissance de son dispositif et la place qui nous y était assignée. Tout au long de son « grand finale » enchanté, Damien Chazelle vient de nous rappeler que dans La La Land, contrairement aux apparences, le réel n’a pas cédé. Pas une seule fois. On y a vécu, aimé, chanté et dansé. Pour de vrai.

Lire la critique de La La Land en entier

Le Top 10 de la rédaction est à découvrir dans le dernier numéro de Première, avec Black Panther en couverture

Le Top 10 de Gaël Golhen : 1/ La La Land 2/ Faute d’amour 3/ Silence 4/ Quelques minutes après minuit 5/ 12 jours 6/ Blade Runner 2049 7/ Dunkerque 8/ Une femme douce 9/ A ghost story 10/ Au Revoir là-haut 

Le Top 10 d'Elodie Bardinet : 1/Quelques minutes après minuit 2/ La La Land 3/ Blade Runner 2049 4/ Au revoir là-haut 5/ Jim & Andy : The Great Beyond 6/ Le Grand méchant renard et autres contes 7/ Mother ! 8/ Get Out 9/ Coco 10/ Split 

Le Top 10 de Guillaume Bonnet : 1/ La La Land 2/ Un Jour dans la vie de Billy Lynn 3/ Faute d'amour 4/ Brawl in Cell Block 99 5/ Quelques minutes après minuit 6/ 12 Jours 7/ A Ghost Story 8/ Au revoir là-haut 9/ Traque à Boston 10/ Une femme douce 

Top 10 d'Anouk Brissac : 1. Faute d’amour 2. Certaines femmes 3.American Honey 4. Mise à mort du cerf sacré 5. Ça 6. Jim & Andy : The Great Beyond 7. Going to brazil 8. Orpheline 9. Problemos 10. Demain et tous les autres jours

Top 10 de Gérard Delorme : 1/ Brawl in Cell Block 99 2/ Un jour dans la vie de Billy Lynn 3/ The lost city of Z 4/ Blade runner 2049 5/ Detroit 6/ A ghost story 7/ Mother ! 8/ Split 9/ La région sauvage 10/ Grave

Top 10 de Frédéric Foubert : 1/ Silence 2/ Baby Driver 3/ Jim & Andy : The Great Beyond 4/ Quelques minutes après minuit 5/ Detroit 6/ One More Time With Feeling 7/ 120 Battements par minute 8/ Grave 9/ Logan 10/ American Honey 

Top 10 de Damien Leblanc : 1. Faute d'amour 2. The Lost City of Z 3. Get Out 4. Grave 5. La La Land 6. L'Autre côté de l'espoir 7. Certaines femmes 8. Money 9. Blade Runner 2049 10. Jim & Andy : The Great Beyond

Top 10 de François Léger : 1. A Ghost Story 2. Jim & Andy : The Great Beyond 3. Get Out 4. La La Land 5. Wind River 6. Split  7. Blade Runner 2049 8. Baby Driver 9. Mother! 10. Nocturnal Animals 

Top 10 de Christophe Narbonne : 1 / Un Jour dans la vie de Billy Lynn 2 / The Lost City of Z 3 / La La Land 4 / Blade Runner 2049 5 / 120 Battements par minute 6 / Au revoir là-haut 7 / American Honey 8 / Jim and Andy : the great beyond 9 / A Ghost story 10 / Split 

Top 10 de Sylvestre Picard : 1. La La Land 2. Baahubali 2 : La Conclusion 3. Faute d'amour 4. Detroit 5. Une femme douce 6. The Lost City of Z 7. Une vie violente 8. Quelques minutes après minuit 9. Star Wars : Les Derniers Jedi 10. Baby Driver 

Top 10 de François Rieux : 1 / Good Time 2 / Dunkerque 3/ Au revoir là-haut 4 / The Lost City of Z 5 / American Honey 6 / Wind River 7 / Moonlight 8 / Blade Runner 2049 9 / Grave 10 / A Beautiful Day

Top 10 de Eric Vernay : 1. Un jour dans la vie de Billy Lynn 2. Split 3. Coco 4. The Lost City of Z 5. Jackie 6. Logan 7. American Honey 8. Certaines Femmes 9. Dans un recoin de ce monde 10. Nothingwood