Hérédité
Metropolitan

Mais comment a fait Toni Collette pour supporter de tourner le film d'horreur le plus traumatisant de ces dernières années ?

Hérédité vient de sortir en salles, prêt à traumatiser la France : c'est clairement un gros choc du cinéma d'horreur récent (notre critique est ici), où Toni Collette (Sixième sens) joue la mère d'une famille très dysfonctionnelle qui subit des événements étranges... Mais n'en disons pas plus. Laissons la parole à Toni.

Hérédité : un thriller mortel (critique)

Comment avez-vous réagi à la lecture du script d'Hérédité ?

J'ai fait "wow"... C'est un film particulièrement inhabituel, disons. On ne peut pas trop le ranger dans un genre. C'est de l'horreur, mais c'est aussi un drame familial très brutal, très sincère. C'est très inattendu. J'ai aimé me perdre dans le script, ce qui est bon signe... Même si j'avais dit à mon agent : "écoute, je ne veux plus faire que des comédies", et puis pouf ! Il m'envoie ça... Et après l'avoir lu je me suis dit "merde, il va falloir que je le fasse !".

 

Comment Ari Aster vous a dirigé ?
Il suit sa vision, il est très cultivé... Ari avait une idée précise de ce qu'il voulait : il m'a donné des pages et des pages de notes et de background sur mon personnage. C'est une grosse, grosse histoire à raconter en deux heures, et il ne fallait pas dévier de sa vision. Il y a beaucoup de moments très ambigus, on ne sait pas si Annie bascule dans la folie ou pas. Est-ce que j'en faisais trop par rapport au reste du film, très réaliste ? Il m'a laissé faire et je crois que le résultat est payant. La première scène que j'ai tourné était un pétage de plombs qui se situe vers la fin du film. Histoire de mettre la barre bien haut !

 

Comment restez-vous dans cet état d'esprit ?
Un film comme Hérédité peut être vraiment épuisant émotionellement. Je ne peux pas rester dans le même état une fois que la caméra est éteinte, ça serait trop...

 

Sans rien spoiler, y a-t-il une scène qui vous a semblé plus éprouvante à tourner que les autres ?
Je ne pense pas... Si on laissait ce qui se passe à l'écran déborder sur le plateau ça serait vraiment épuisant. Mais il y a cette scène où je vide mon sac sur toute la rancoeur accumulée sur ma mère, et on appréhendait beaucoup le tournage. Une question d'implication émotionnel, certainement.

 

Vous disiez que vous vouliez tourner des comédies, et c'est marrant parce que pendant la projection d'Hérédité j'ai senti des gens rire nerveusement à la fin tellement ils avaient peur de ce qu'ils voyaient et anticipaient...
Oui, c'est comme quand on regarde des films d'horreur quand on est ado, pour le fun. Je ne regarde pas de films d'horreur, je n'aime pas trop ça. En tourner un, c'est complètement différent. Et je peux le regarder parce que j'ai joué dedans, mais sinon...

 

Est-ce que vous êtes toujours en contact avec M. Night Shyamalan ?
Non.

 

Il a tourné Glass, la suite de Split et d'Incassable, donc on pensait qu'il y avait peut-être de la place pour une suite de Sixième sens dans votre planning...
Je n'ai pas vu Split, il paraît que c'est formidable. Mais non, rien du tout, je ne sais rien... je suppose qu'on peut faire un parallèle entre Sixième sens et Hérédité : deux drames classiques qui se transforment en autre chose, avec une espèce de twist au milieu. Il y a aussi une énergie, une excitation très palpable dans les deux cas : on sent qu'on fait quelque chose de spécial, là.

 

Vous avez tourné dans Velvet Buzzsaw, le prochain film de Dan Gilroy, le réalisateur de Night Call. Qu'est-ce que c'est ?
Ca se passe dans le milieu des marchands d'art de Los Angeles. Ca parle d'avidité, de mercantilisme, d'ambition. Ca parle de l'énergie communiquée par l'art : je joue une conservatrice de musée très ambitieuse qui devient conseillère privée d'un riche marchand d'art sans scrupules. C'était très marrant à tourner. Je ne peux pas trop ranger Velvet Buzzsaw dans une case ou un genre. Au montage, je crois que Dan pourrait tirer trois films de ce qu'on a tourné. En termes de ton et pas d'histoire : trois versions différentes du même film.

 

J'ai beaucoup aimé Krampus. Avez-vous un bon souvenir du tournage ?
Oui et non. D'un côté, on était une très chouette bande d'acteurs, de l'autre on a passé des jours et des temps à piétiner dans une tempête de fausse neige en pleine Nouvelle-Zélande. (rires) Ca été fun à tourner, et c'est un film très fun.

 

Vous avez aussi tourné xXx 3 : Reactivated, c'était très fun aussi...
Ah bon, vous avez aimé ?

 

Oui, pas vous ?
Ecoutez... Je voulais faire le film parce que je n'ai jamais fait ça avant. J'étais dans une période où je ne voulais tourner aucun film qui m'implique à un niveau émotionnel. Je voulais travailller sans m'impliquer émotionnellement. Et j'ai réalisé sur ce tournage que si je ne m'impliquais pas émotionnellement, ça ne servait rien. Bref, c'était une très bonne expérience puisque xXx 3 m'a fait réaliser ça.

Hérédité est actuellement en salles. Bande-annonce :

Prochainement au Cinéma