Steven Spielberg et Cannes, c'est déjà une longue (et belle) histoire

Steven Spielberg et Cannes, c'est déjà une longue (et belle) histoire

Depuis ce matin, les cinéphiles ne parlent que de ça : Steven Spielberg sera le président du jury du 66ème festival de Cannes, qui se déroulera du 15 au 26 mai prochain. Coïncidence, l'homme vient lui aussi de fêter cet anniversaire, et c'est loin d'être la seule anecdote qui lie le cinéaste au célèbre événement.Avant même de crever l'écran grâce aux Dents de la Mer, qui est considéré comme le premier blockbuster de tous les temps, Spielberg s'était fait connaitre à Cannes grâce à Sugarland Express, un road trip qui dégénère porté par Goldie Hawn. Sélectionné pour la première fois sur la Croisette (et pour cause, il n'avait tourné jusque-là que des courts-métrages ou des téléfilms), Sugarland repart avec le prix du scénario en 1974. Une première expérience rêvée pour un jeune cinéaste.Bizarrement, c'est un film présenté hors compétition qui va le plus marquer le festival. En 1982, E.T L'extraterrestre est projeté en avant-première mondiale. Son contenu marque les esprits, mais pas seulement : le long-métrage est aussi le tout dernier film à avoir été projeté dans l'ancien palais des festivals, démoli après cette édition. Selon Thierry Frémaux, le délégué général du festival, cette soirée a marqué le réalisateur : "Il est très content. Il a fait tourner François Truffaut dans Rencontre du troisième type. Il a un lien avec Cannes : il est le cinéaste qui a fait projeter son film pour la dernière séance dans l'ancien palais du Festival avant sa destruction. C'était E.T. !  Il en parle encore d'ailleurs ! Il a un lien avec la France et avec ce que le cinéma français incarne. Il est très très fier d'être là et, nous, ô combien !"Spielberg profite d'avoir fait le déplacement pour remettre la Caméra d'Or, l'un des prix prestigieux de Cannes. Lui qui avait été récompensé pour le scénario de Sugarland Express est chargé d'honorer un premier film, et c'est à Romain Goupil qu'il tend le trophée, pour Mourir à trente ans.Quatre ans plus tard, Spielberg revient avec une nouvelle avant-première (française cette fois), de La couleur pourpre. Si le film est déjà sorti aux Etats-Unis (où il a même été nommé 11 fois aux Oscars, sans recevoir de prix), il n'est prévu chez nous qu'en septembre, et sa présentation cannoise est présentée comme un événement.Ce matin sur Europe 1Thierry Frémaux a expliqué que cela faisait des années qu'il proposait à Spielberg d'être le président du jury, mais que celui-ci était surbooké : "On se connait, on se rencontre, on en parle, il donne un accord de principe... 'Oui, mais quand, je fais beaucoup de films...' Ca fait deux ans qu'on l'avait décidé et on l'annonce plus tard que d'habitude. Après la pluie de nominations au Oscar, il avait demandé qu'on fasse l'annonce après, il ne voulait pas mélanger les deux, il ne voulait pas qu'on donne le sentiment à la communauté Hollywoodienne qu'il avait tout ! On s'est revus dimanche soir, on a décidé de l'annonce jeudi."Ses nombreux tournages expliquent sans doute l'absence de Spielberg à Cannes durant de longues années. Ses films étant souvent programmés durant l'été (principalement pour les blockbusters, comme Jurassic Park) ou durant la saison des Oscars, il ne repasse plus par la Croisette jusqu'à 2008, pour présenter, une nouvelle fois hors compétition, Indiana Jones 4. A l'époque, le film est très attendu par les fans du personnage, et son tapis rouge est un événement particulièrement médiatisé. Spielberg pose aux côtés de sa star, Harrison Ford, et du producteur George Lucas, le tout Hollywood se presse à la projection, de Natalie Portman à Cate Blanchett (qui joue dans le film) en passant par Adrien Brody, Salma Hayek, Vincent Cassel... Même si le résultat divise les premiers spectateurs, la soirée marque l'histoire du festival.Ces cinq dernières années, pas un festival ne s'est déroulé sans qu'un hommage ne soit rendu à Spielberg au sein de Cannes Classics, qui propose de redécouvrir d'anciens films dans des versions restaurées. L'année dernière, c'est Les Dents de la Mer qui était ainsi projeté au public, par des employés de Universal Studios et Amblin Entertainment chargés de la nouvelle version.Voir aussi :Robopocalypse, Indiana Jones 5, Jurassic Park 3D... Le point sur les projets de Steven Spielberg

A voir aussi

Prochainement au Cinéma

Ligatus

Les plus vues