Abaca

Atteint de la maladie de Parkinson, l’acteur perdait aussi la mémoire et était très émotif.

Robin Williams se savait atteint de la maladie de Parkinson quand il s’est suicidé le 11 août 2014. Dans une nouvelle biographie de l’artiste signée Dave Itzkoff, intitulée Robin et éditée chez Henry Holt & Co, l’auteur détaille qu’il souffrait en fait d’une maladie plus générale, appelée démence à corps de Lewy, qui se manifeste par des pertes de mémoires, des troubles du langage, une sur-émotivité et des mouvements incontrôlables. Cela confirme les propos de sa veuve, Susan Schneider : "Ce n'est pas la dépression qui a tué Robin. La dépression n'était qu'un des 50 symptômes et c'en était un mineur."

Madame Doubtfire 2 est définitivement abandonné

Le biographe a interviewé ses proches et appris que durant les mois précédant sa mort, la star de Jumanji et Madame Doubtfire éclatait en sanglots sans raison, oubliait les dialogues qu’il avait appris pour un tournage et semblait parfois "perdu" au milieu d’une conversation. Cheri Minns, chargé du maquillage sur La Nuit au Musée 3, révèle par exemple : "Il se mettait à pleurer dans mes bras à chaque fin de journée de tournage. C’était horrible. Horrible. Je suis maquilleur, je ne savais pas gérer ce qui lui arrivait." Il explique alors lui avoir conseillé de refaire un stand-up, car il adorait ça en début de carrière. "Il s’est remis à pleurer et il m’a dit : ‘Je ne peux pas, Cheri. Je ne sais plus faire ça, je ne sais plus comment faire rire.’"

Robin Williams : des prises inédites de son doublage du Génie refont surface

Le tournage de la série The Crazy Ones, en 2013, a aussi été un cauchemar pour l’acteur. Pam Dawber, sa partenaire dans Mork & Mindy (le show qui a révélé Robin Williams à la fin des années 1970), le retrouvait sur ce projet, mais il était méconnaissable. Il avait perdu du poids et sortait ses répliques avec une voix tremblotante. "En rentrant chez moi, je disais à mon mari que ça n’allait pas. ‘Il n’est pas en forme. Il est lent, il a perdu l’envie. Je ne sais pas ce qui se passe.’"

Dave Itzkoff suppose que l’artiste s’est suicidé à cause de cette terrible maladie, qui était plus dure à vivre au quotidien que celle de Parkinson. S’il n’y avait eu que celle-ci, "il aurait pu vivre bien pendant encore dix ans au moins", écrit-il dans Robin.

Mort de Robin Williams : l'acteur refuse d'être ressuscité en numérique

Prochainement au Cinéma