DR

La trilogie culte de Robert Zemeckis a failli avoir un drôle de nom.

Mise à jour du 1er septembre 2016 : La lettre envoyée en 1984 par l'ancien président d'Universal à Robert Zemeckis à propos du titre de Retour vers le futur a été mise en ligne sur Reddit. Nous l'ajoutons donc à l'article publié sur le sujet l'an dernier, au moment de fêter les 30 ans de la saga.

DR

Actualité du 22 octobre 2015 : Sorti il y a deux jours, l’artbook Retour vers le Futur : Toute l’histoire d’une saga culte (The Ultimate Visual History en anglais) est une mine d’or. Le livre de 224 pages présente une multitude de photos inédites prises sur les tournages des trois volets, des storyboards ou encore des notes de productions, révélant quelques anecdotes encore inconnues à propos de la trilogie de Robert Zemeckis. Dont une qui aurait pu totalement changer le destin de la saga. En effet, Retour vers le Futur a failli s’appeler … L’Astronaute de Pluton !

Michael J. Fox et Coldplay s'offrent un petit Retour vers le Futur

Le 17 octobre 1984, soit neuf mois avant la sortie américaine du premier volet de ce qui allait devenir une franchise culte, le président d’Universal Pictures de l’époque, Sidney Sheinberg, écrit une lettre à Steven Spielberg, le producteur du film, dans laquelle il met en copie Zemeckis ainsi que Bob Gale, le coscénariste et également producteur. L’objet de son courrier ? Insister une bonne fois pour toute pour que le film s’appelle Space Man from Pluto (L’Astronaute de Pluton) et non Back to the Future. Il reproche au titre choisi par la production de promettre un "film de genre sur le voyage dans le temps", et maintient que personne n’ira voir un film avec "futur" dans le titre. L’Astronaute de Pluton, en revanche, lui semble être un nom de long-métrage "chaleureux, original et amusant". Il suggère même des modifications de scénario afin d’y glisser "l’Astronaute de Pluton" dans certains dialogues, probablement pour justifier le titre du film auprès du spectateur.Spielberg aurait répondu "merci pour la blague" au président d’Universal. Trente ans plus tard, on peut lui être reconnaissant d’avoir tenu tête à Sidney Sheinberg. Dans le cas contraire, nous serions en train de célébrer l’anniversaire de L’Astronaute de Pluton. Ou de ne rien célébrer du tout d’ailleurs : avec un titre qui sonne comme une vieille série Z, rien ne nous assure que les deux suites du film auraient vu le jour.

Quand The Walk retourne vers le futur