Rémi sans famille
Rémi sans famille

Ni nostalgique ni racoleur, un vrai film d’aventures pour toute la famille, porté par un Daniel Auteuil exceptionnel en maître Jedi méridional.

Vous connaissez sans doute l’histoire : un orphelin est vendu à un saltimbanque, musicien et montreur d’animaux dressés. Les voilà partis sur les routes de France et d’Angleterre pour découvrir le secret des origines de Rémi... Un brin refroidis par l’annonce en parallèle du Nicky Larson de Philippe Lacheau, les quadras nostalgiques biberonnés aux dessins animés franco-japonais des annees 80 accueillaient ce Rémi sans famille nouvelle génération le couteau entre les dents, tant celui-ci semblait copier sans imagination la série animée multirediffusée signée Osamu Dezaki qui a traumatisé leur jeunesse. Le résultat est d’autant plus satisfaisant : construit intelligemment sous la forme d’un flash-back raconté par Jacques Perrin (les allergiques aux Choristes n’ont rien À craindre : ce n’est pas un artifice de narration, cette construction recèle même d’émouvantes surprises), Rémi sans famille cru 2018 est un film populaire et familial qui joue une partition d’aventures flamboyante et émouvante. Ça passe souvent, ça casse parfois (mais rarement), et Daniel Auteuil s’éclate à incarner le maestro Vitali en maître Jedi tragique. Antoine Blossier (l’efficace film d’horreur frenchy La traque) s’est même amusé à composer un dernier tiers puissamment gothique qui cite Massacre à la tronçonneuse et dans lequel passe l’acteur Nicholas Rowe (le Sherlock Holmes du Secret de la pyramide, mais oui), élégamment « dickensien ». En ces temps où la nostalgie 80s est dévoyée pour vendre n’importe quel reboot sans âme, Rémi sans famille fait presque figure de miracle.

Rémi sans famille, en salles le 12 décembre 2018

A lire aussi sur Première

Glass : Du grand Shyamalan [Critique]

La trilogie superhéroïque de M. Night Shyamalan se termine en beauté avec Glass, synthèse improbable mais séminale d’Incassable et de Split.

Doubles Vies : Un drôle d’Assayas [Critique]

Olivier Assayas décrit les atermoiements d’une poignée d’intellos en train de basculer dans l’ère numérique. Mais il y a un twist : c’est une comédie !

An elephant sitting still : attention chef d’œuvre ! [Critique]

Premier et dernier long-métrage d’un jeune cinéaste chinois suicidé à l’issue du tournage de ce film-monstre d’une puissance incroyable.