DR

A l'occasion de la sortie de son premier film en solo, on a parlé pandas, hiboux et gentillesse avec Ramzy Bedia.

Ramzy passe, seul, à la réalisation. L'histoire de Hibou ? Un homme foncièrement gentil, discret, trop discret, enfile un jour un costume de hibou pour qu'on le remarque enfin. Mais rien n'y fait. Jusqu'au jour où il rencontre un panda...

Pourquoi un hibou ?
On appelait mon père « le grand duc ». C’était un vieux rebeu qui travaillait du matin au soir, il rentrait, il faisait sa prière, il dormait. J’ai compris plus tard qu’il faisait ça pour nous – on était 11 et il avait un Smic. Il était petit, on aurait dit Louis de Funès, en moins marrant – beaucoup moins marrant. Et il avait toujours cet œil, et cette posture...

Donc le personnage de Guy Marchand (qui incarne le père de Ramzy dans Hibou), c’est un hommage à ton père ?
C’était l’acteur préféré de mon père. Mais au début, à l’écriture, je ne m’en suis même pas rendu compte. J’essayais surtout de faire tenir une histoire.

Et c’était quoi l’histoire, au départ ?
Ça part d’une publicité pour un fromage égyptien, « Panda cheese ». Complètement ouf. Je regardais ça avec mes enfants. Le principe c’est « est-ce qu’il y a du fromage dans ta recette ? - Non, pas besoin de fromage ». Et le panda arrive et il casse tout, parce qu’on ne met pas de Panda cheese. Je raconte des histoires à mes filles avant de dormir, et j’essayais d’imaginer pourquoi ce panda est si énervé. Alors j’ai inventé l’histoire d’un mec qui met un costume de panda, et qui est énervé parce que personne le voit. Du coup il casse tout.

Comment tu es passé du panda au hibou ?
Au début je devais être un panda. Mais les pandas on en a déjà vu 1000 fois, et puis ça va, on sait qu’ils sont gentils. Alors que les hiboux normalement c’est plus flippant, c’est un animal nocturne… Je me suis dit que ça allait être plus difficile de paraître gentil dans un costume de hibou.

Surtout pour les spectateurs de Twin Peaks (« les hiboux ne sont pas ce que l’on pense… »)
J’ai jamais vu Twin Peaks. Non, mon panda de référence, c’est Maître Hibou dans Winnie l’ourson. En plus, pendant que j’écrivais, quelqu’un m’a envoyé un long article scientifique sur les grands ducs et leurs vertus thérapeutique. Il paraît qu’on s’en sert pour les gens atteints d’Alzheimer.

Donc tu joues presque tout le film sous un costume de hibou. Tu as travaillé ta gestuelle ?
Au début avec Elodie (Bouchez) on s’est dit qu’il allait falloir faire un travail corporel particulier. Et tout ce qu’on tentait foirait. Moins on en faisait et mieux c’était. Un petit penchement de tête, un petit haussement d’épaule, et ça suffit. C’est quand j’ai vu Elodie en faire si peu que j’ai compris comment il fallait le jouer. J’ai tout pompé sur Elodie.

C’est compliqué de faire un film sur la gentillesse quand même, non ?
Oui. J’avais peur d’être trop neuneu. Mais j’y peux rien, c’est vraiment moi. Je suis un gentil.

Dans le duo Eric & Ramzy, quand on enlève Eric il reste la gentillesse alors
Non, Eric aussi il est comme ça, c’est un vrai gentil.

Mais ce que vous faites tout les deux est un peu plus trash
Oui, quand on est ensemble on cache un peu ça. En même temps si tu regardes bien, on n’a jamais fait de vannes méchantes. On a peut-être travesti notre gentillesse dans notre numéro d’attardés.

Eric a vu Hibou ?
Non pas encore (l’interview a été réalisée mi-juin). Et je flippe un peu.

Hibou de Ramzy Bedia avec Ramzy, Elodie Bouchez, Philippe Katerine, Guy Marchand sort le 6 juillet dans les salles.