Disney

Les nostalgiques de l’Angleterre aristocratique du début du XXe siècle (et plus largement les amateurs de bonnes séries) connaissent déjà la jeune fille choisie par Disney pour prêter ses traits à Cendrillon. Lily James a en effet réellement débuté sa carrière grâce à Downton Abbey, la chronique léchée de Julian Fellowes du crépuscule de la société de castes du Royaume-Uni d’avant guerre. Elle y incarne Lady Rose McClare, fille du marquis et de la marquise de Flintshire, petite cousine de Lord Grantham. La jeune actrice débarque dans la saison 3, après la Première guerre mondiale et ses bouleversements, et introduit un peu de XXe siècle à Downton : amatrice de jazz, elle flirte avec un chanteur noir, fait installer la radio au château et se fait toujours l'avocate de la modernité. Dans Cendrillon, tout le monde connaît l’histoire : elle est la jeune fille qui, suite à la mort de sa mère puis de son père, est réduite en esclavage par sa belle-mère et ses deux atroces belles sœurs.

Que vaut le remake live de Cendrillon ? (critique)

Dont l’une est incarnée par Sophie McShera, qui n’est autre que Daisy dans Downton Abbey, l’aide cuisinière un peu nunuche qui n’ose s’aventurer hors de ses cuisines. Comme une revanche dans une autre vie, elle sadise celle qui, dans la série british, représente l’autorité et l’inaccessible aristocratie. Une revanche toute relative puisqu'elle est toujours aussi gourdasse dans le film de Kenneth Branagh et se fait piétiner par la beauté et la fraîcheur de sa souillon de belle sœur qui, comme chacun le sait, finit par épouser le prince et vivre heureuse pour toujours. La cuisinière de Downton reste chez Disney confinée au second plan et bridée non plus par les barrières sociales, mais celles que lui imposent la nature : quelle que soit sa condition, elle sera toujours moins sexy que la jolie Lily James qui a décroché le premier rôle. Certaines choses ne changent pas.

Cendrillon de Kenneth Branagh avec Lily James, Cate Blanchett, Richard Madden, Sophie McShera sort aujourd'hui dans les salles.

Kenneth Branagh : "Je ne voulais pas donner un flingue à Cendrillon"

A lire aussi sur Première