Problemos : Signé Judor !

problemos.jpg

Éric Judor signe une fable écolo absurde inaboutie, mais qui distille néanmoins un sympathique parfum d’anarchie.

Il y a dans ce titre, Problemos, comme une sorte de je-m’en-foutisme, de côté bricolé qui définit assez bien le film, portrait d’une communauté zadiste établie en rase campagne et luttant contre la construction d’un parc aquatique. À l’image de ses protagonistes, fringués comme des sacs et le cheveu gras, la mise en scène ne témoigne d’aucun effort particulier : la photo et le découpage sont gentiment paresseux. Oui, mais il y a Judor. Judor, le sale gosse dans un corps d’adulte. Capable, à l’instar de Jerry Lewis, de faire vriller le réel, de le tordre à son humour régressif et de masquer ponctuellement les faiblesses coupables de la direction artistique.

Sans trop de problèmes

Judor, donc. À la fois chef d’orchestre et soliste, entouré d’inconnus et d’acteurs de complément, qui ne se donne pas le beau rôle en père de famille obsédé par la routine (ironie) et par les jeunes filles. Qui lutte, une heure trente durant, contre ses pulsions scatos et libidineuses, conférant à Problemos des allures de grande comédie pincée, assez loin du feu d’artifice burlesque et trash attendu, malgré quelques saillies redoutables –l’ado qui confond dans son fil d’actualité virtuel «pain de mie» et «pandémie», le môme surnommé «l’enfant» pour ne pas le stigmatiser. L’incroyable dernier plan, qui survient comme un cheveu sur la soupe, ne témoigne-t-il pas d’une volonté éteinte d’aller vers quelque chose d’autrement plus radical ? Ce Problemos caché reste cependant à fantasmer.
 

Commentaires

Prochainement au Cinéma

A voir ailleurs sur le web

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Walk with Me
Transfiguration
I Wish : faites un vœu