Première Cinéma Club : Mathieu Kassovitz présente La Haine en vidéo

Première Cinéma Club La Haine

Pour fêter les 20 ans du film, Mathieu Kassovitz et Christophe Rossignon ont répondu aux questions de Première.

Première organise chaque mois, en partenariat avec le cinéma Les Fauvettes à Paris, la projection d’un film qui a fait la couverture du magazine à sa sortie et est devenu culte depuis. Le 15 décembre 2015, le réalisateur Mathieu Kassovitz et le producteur Christophe Rossignon présentaient ainsi La Haine dans deux salles du cinéma de la capitale, et répondaient aux questions de Gaël Golhen, rédacteur en chef du magazine. Voici la vidéo :

20 ans après sa sortie, le duo est évidemment revenu sur le succès du film à l’époque, et surtout sur l’impact qu’il a eu depuis : "La Haine va rester longtemps pour le travail social qu’il y a derrière, analyse ainsi Mathieu Kassovitz. (…) Il y a peu de films français qui tapent dans ces sujets-là". "Et il a très bien vieilli, aussi, renchérit Rossignon. Il a passé les époques, les générations". "Le film est solide, parce qu’il est super-cohérent, il est difficilement démontable, conclut le réalisateur sur ce sujet. Et le noir et blanc a aidé".

Mathieu Kassovitz et Christophe Rossignon

Connu pour son franc-parler, le metteur en scène a également émis quelques critiques. Notamment contre la couverture publiée par Première en 1995, juste avant le festival de Cannes : "Il fallait faire une photo de groupe, pas seulement de moi !". Il a aussi évoqué ses regrets, d’abord sur le ton de l’humour :"J’aurais dû faire La Haine 2, La Haine 3… Qu’est-ce qu’on se serait fait comme fric !". Plus sérieusement, Christophe Rossignon avoue avoir été déçu que La Haine n’ait pas été nommé à l’Oscar du meilleur film étranger, alors que Jodie Foster en personne le défendait aux Etats-Unis. "Vous savez quel film a été proposé par le CNC à l’époque ?, demande le producteur au public. Gazon Maudit". "C’est pas que le film est meilleur, s’emballe le réalisateur, mais La Haine a une véritable raison de représenter la France. (…) Enfin, il n’y a pas de regret à avoir. On a eu beaucoup, beaucoup, beaucoup de chance. Les gens ont une relation très intime avec notre film".

 20 ans après La Haine, que devient Hubert Koundé ?

Bande-annonce de La Haine :

A voir aussi

Prochainement au Cinéma

Ligatus

Les plus vues