Première Cinéma Club 8 : Les anecdotes de Patrice Leconte sur Les Bronzés font du ski

Première Cinéma Club 8 : Les Bronzés font du ski présenté par Patrice Leconte

Le réalisateur des Bronzés et de ses suites était très bavard lors de la projection de la comédie aux Fauvettes.

Nous profitons de la rediffusion des Bronzés font du ski dimanche soir sur TF1 pour partager à nouveau les excellentes anecdotes de Patrice Leconte détaillées lors du Première Cinéma Club organisé aux Fauvettes, à Paris, en octobre dernier.

"Je vais faire un aveu affreux : je déteste cette musique ! C’est Pierre Bachelet, paix à son âme, qui a composé Les Bronzés font du ski, et ce titre-là… dès la première audition, je l’aimais pas. Tout le monde s’en souvient donc c’est très bien, mais le fait de descendre cet escalier sur cette musique-là, j’ai failli rater deux marches !" Patrice Leconte était en pleine forme lors de la présentation de sa comédie culte sortie en 1979. Le réalisateur des Bronzés et de ses suites a livré de nombreuses anecdotes sur le tournage et l’excellente ambiance qui régnait au sein de l’équipe du Splendid au public lors du dernier Première Cinéma Club, organisé aux Fauvettes, fin octobre. Présent avant la projection du film, il s'est dit ravi et toujours surpris qu'il fasse un tel carton à chaque diffusion télé ("Ma femme l'a revu récemment, je l'ai entendue se gondoler, alors j'ai regardé un bout avec elle... et j'ai trouvé ca très drôle !"), puis il est revenu après la séance pour parler à nouveau des Bronzés font du ski, livrant des détails sur les meilleures scènes et appréciant la projection de l’excellente parodie de What’s The Mashup, qui mélange les dialogues délirants de sa comédie aux images des 8 Salopards de Quentin Tarantino.

Les 8 Salopards version Les Bronzés font du ski

Voici le podcast de la soirée, à ne pas manquer si vous aimez Les Bronzés :

Authors: 

Morceaux choisis :

"Non, ce n’était pas un vrai crapaud, c’était même très buvable…, s’amuse-t-il à propos de la fameuse séquence où les amis sont recueillis par des montagnards qui leur font goûter leurs spécialités locales. Il n’y avait pas non plus de vers sur les tartines. Mais on a pleuré de rire en tournant ça. Jean-François Robin, le chef opérateur, fermait un œil pour regarder dans la caméra, et je voyais des larmes de rire couler. Il devait se contrôler pour ne pas faire trembler la caméra, car il avait des soubresauts de rire."

Ma scène culte des Bronzés font du ski par Patrice Leconte

Mais au fait ? Les acteurs étaient-ils de bons skieurs ? "Certains étaient très bons, comme Thierry Lhermitte et Christian Clavier, et d’autres étaient des brêles. Gérard Jugnot est un peu autodidacte, mais il passe partout. Marie-Anne Chazel s’applique. Michel Blanc, n’en parlons pas, c’est une catastrophe, et Josiane Balasko se demande ce qu’elle fout sur des skis. Les personnages n’ont donc pas été écrits en dépit du bon sens, ils ont été écrits par eux-mêmes pour correspondre à ce qu’ils sont sur des skis face à des pentes. Moi-même, je suis comparable à Gérard Jugnot. J’ai aucun style mais rien ne me fait peur… De toute façon, on ne va pas faire de démonstration, donc je peux vous raconter ce que je veux ! (rires)"

 

Patrice Leconte Première Cinéma Club

"Je suis très flatté quand je vais au ski et que j’entends chanter ‘Etoile des Neiges’. C’est joyeux ! A propos de ‘Quand te reverrai-je, pays merveilleux ?’, y a un nombre inouï de gens qui pensent que Michel Blanc chante ‘Etoile des Neiges’. C’était le cas sur le tournage, puis on s’est rendu compte au montage que les droits de la chanson coûtaient la peau des fesses. Pierre Bachelet m’a dit : ‘C’est pas grave, on va faire ‘à la manière de’ en s’aidant des rimes’. C’est drôle la mémoire auditive, les gens imaginent qu’il chante vraiment ‘Etoile des Neiges’"

Voir le "live-tweet" de la soirée

Dans un registre plus sérieux, il précise que son premier montage durait à l’origine 2h10, mais que toutes les scènes coupées, notamment celles avec Martin Lamotte en boîte de nuit, ont été détruites, car les stocker coûtait très cher. "C’est partiulier de se dire que tout ce qu’on a coupé n’existe plus. On a viré plein de scènes au montage et on ne verra jamais les 40 minutes de plus. Il y avait plein de trucs très poilants, mais qui étaient en trop." Bande-annonce des Bronzés font du ski :

 

Commentaires

Prochainement au Cinéma

A voir ailleurs sur le web

Premiere en continu

Le guide des sorties

Nos top du moment

Actuellement en kiosque

Nos dossiers du moment

Bandes-annonces

Profession: Magliari
Mort à Sarajevo
Ciel rouge