Pourquoi on ne verra jamais la fin de Star Wars

Pourquoi on ne verra jamais la fin de Star Wars

Démarrée il y a près de 40 ans, la saga devrait se poursuivre encore pendant des décennies.

A moins d’un mois de la sortie de L’Episode VII, le journaliste Adam Rogers a choisi un angle captivant pour évoquer l’ensemble de la saga : sa construction sur la durée. Partant des déclarations du réalisateur J. J. Abrams, du co-scénariste des épisodes 5, 6, 7 et 8, Lawrence Kasdan, et de la productrice Kathleen Kennedy, il constate que l’équipe qui succède à George Lucas compte bien profiter de son vaste univers pour étendre encore davantage la saga. A l’aide de suites, de spin-offs, de séries télé, de romans, de BD…

Star Wars : Quand sortiront les suites et spin-offs ?

En se penchant seulement sur les futurs longs-métrages de Star Wars, il y a déjà six films en cours de préparation, tous annoncés depuis le rachat de Lucasfilm à Disney pour 4 milliards de dollars. Après la première trilogie sortie entre 1977 et 1983, puis les préquels dévoilés entre 1999 et 2005, ces opus sont prévus entre cet hiver et 2020. Le rythme s’accélère ! Le Réveil de la Force est bouclé, le premier « stand alone movie », Rogue One, est en cours de tournage et Star Wars 8 est déjà en pré-production alors qu’il sortira en mai 2017. Si ça marche, pourquoi s’arrêter dans 5 ans ?

 

Star Wars Chewie

Disney prévoit bien des films Star Wars en 2021 et au-delà

Les univers étendus : « une idée nouvelle à Hollywood»
Disney est en train d’étendre la saga sur le modèle des Marvel, en proposant au moins un film par an. Les comics donnent rendez-vous aux lecteurs, et leurs adaptations font de même sur grand écran. Chaque film en annonce un suivant, les intrigues se répondent entre elles, des scènes post-générique tiennent les spectateurs en haleine… Si le résultat est inégal, au box-office, ça fonctionne, au point que de nos jours, un Marvel qui fait moins de 500 millions de dollars dans le monde est considéré comme un flop. Le phénomène se développe dans tous les grands studios. Alors que Marvel a lancé avec succès ce concept, la Warner Bros fait de même autour de la Justice League, la 20th Century Fox a ses X-Men etc. « En fait, ces univers partagés représentent quelque chose de rare à Hollywood : une idée nouvelle », considère l’auteur. C’est pour ça qu’elle est aujourd’hui reprise partout.

Que Star Wars soit à présent pensé ainsi n’est pas une surprise. Comme les films de super-héros ont leurs comics originaux, cette saga a une base solide, un univers imaginé par George Lucas depuis près de 40 ans, qui n’a cessé d’être étoffée par d’autres artistes en parallèle des films sur le petit écran et dans les librairies. Comme les blockbusters super-héroïques, les futurs Star Wars sont et seront supervisés par une équipe de producteurs et scénaristes chargés de faire le lien entre toutes les histoires de ce « paracosm ». Il y a quelques années, ce type de fonctionnement était réservé à la télévision, mais il est à présent devenu une nouvelle norme à Hollywood. D’ailleurs, ce n’est sans doute pas un hasard si Kathleen Kennedy a fait appel à J. J. Abrams, créateur d’Alias et de Lost, pour réaliser le premier épisode de cette nouvelle étape. Le pilote, en quelque sorte, reconnaît le metteur en scène. « Sauf qu’un pilote doit intriguer les spectateurs pour qu’ils reviennent suivre la série la semaine suivante. Un long-métrage doit en revanche avoir un final mémorable s’il veut satisfaire le public du début à la fin sans trop le frustrer. C’est différent »

 

Star Wars Vaisseau

Une saga sans fin
Il y a donc des chances que Star Wars continue après l’épisode 9. Jusqu‘à quand ? Le journaliste prend l’exemple de Star Trek, série qui s’apprête à fêter ses cinquante ans. Après plus de 700 heures d’histoires diverses, elle se poursuit encore aujourd’hui, relancée aussi bien sur le petit que le grand écran (par J. J. Abrams, tiens, tiens). Une partie des fans -et des acteurs, réalisateurs etc.- de la première saison a disparu, mais l’aventure continue pour toute une nouvelle génération de spectateurs. Même si Star Wars est né 11 ans après la série de Gene Roddenberry, ceux qui ont assisté à sa création ne verront sans doute jamais sa conclusion. « Si le plan d’ensemble de Disney fonctionne, et si (comme moi) vous avez vu La Guerre des Etoiles au cinéma, vous ne verrez sans doute jamais la fin de cette saga, analyse-t-il. C’est une franchise sans fin ».

Star Wars se développe en effet au fil des générations. Du côté de la production, George Lucas a passé le flambeau à une nouvelle équipe de « cerveaux ». Au sein de l’intrigue, on retrouve le même schéma, les acteurs originaux (Carrie Fisher, Harrison Ford, Mark Hamill…) étant chargés eux aussi de passer le relai à des acteurs plus jeunes (Daisy Ridley, John Boyega…).

Star Wars : Le clin d’œil à Matrix que personne n’a vu

 

Star wars daisy ridley

 

Kathleen Kennedy avoue à ce sujet que rien ne dit que leur plan va fonctionner à merveille sur la durée. Contrairement aux séries télé où un épisode moins réussi que les autres ne gâchera pas pour autant l’ensemble d’une saison, et encore moins la série tout entière, un film raté peut lourdement peser sur l’avenir d’une franchise. La productrice en sait quelque chose puisque l’un des buts du Réveil de la Force est de relancer les Star Wars tout en se détachant des préquels, globalement mal aimés par les fans. « J’aime l’idée que vous pensiez que tout va fonctionner comme sur des roulettes, mais on n’en sait rien. Il y a tellement de choses à réussir. Alors on y va étape par étape. Pour paraphraser Indiana Jones dans Les Aventuriers de l’Arche Perdue (autre franchise qu’elle produit, ndlr) : On improvise au fur et à mesure ».

Une réplique écrite par Lawrence Kasdan, qui vient d’ailleurs lui aussi de passer le flambeau à son fils en coécrivant à ses côtés Star Wars 8. 35 ans après la sortie de L’Empire contre-attaque, il jure qu’il s’agira de son dernier scénario pour la saga, et il considère lui aussi que cette phrase d’Indiana Jones résume bien « l’aventure Star Wars » : « C’est exactement ça. On improvise au fur et à mesure. Pour vous et moi. Pour les fans. C’est comme ça que j’agis dans la vie, en fait. On construit nos vies au jour le jour. C’est une idée puissante, excitante. La plus grande aventure que vous vivrez, c’est d’improviser votre vie au fur et à mesure ».

Le long article est à lire en anglais sur le site Wired, illustré par un dessin fascinant d’Ulises Farinas

Bande-annonce de Star Wars 7, qui sortira le 16 décembre :

 

A voir aussi

Prochainement au Cinéma

Ligatus

Les plus vues