Pourquoi Doctor Strange ressemble à un Google Maps sous acide ?

Pourquoi Doctor Strange ressemble à un Google Maps sous acide ?

On vous dit tout sur les effets spéciaux du nouveau Marvel.

Cela fait presque un mois que Doctor Strange a envahi les salles de cinéma françaises et le carton au box-office est déjà bien entamé avec 1,8 millions d’entrées à ce jour. Si le charisme de Benedict Cumberbatch en maître des arts mystiques y est probablement pour quelque chose, les effets spéciaux doivent également faire partie de l’équation. Comme le rapporte The Hollywood Reporter, Stéphane Ceretti, concepteur des effets visuels de Doctor Strange, a travaillé d’arrache-pied pour concevoir tous les petits détails de la ville de New-York déformée : 

"On voulait éviter à tout prix le style Harry Potter. L’idée c’était de proposer une autre image de la magie avec une esthétique particulière qui s’approprie les codes de notre vie quotidienne pour mieux les détourner.  Nous avons dû recréer fidèlement les villes de New York et Londres entièrement par informatique. Comme sur toute production Marvel, on a dispatché le travail. Industrial Light & Magic (ILM) était chargé des séquences new-yorkaises tandis que Luma Pictures faisait en sorte que la ville de Londres se replie sur elle-même."

Un travail considérable donc pour le technicien français qui n’en est pas à son coup d’essai en matière de blockbusters super-héroïques. Ceretti a notamment créé les effets spéciaux de X-Men : Le CommencementCaptain America : First Avenger ou encore des Gardiens de la Galaxie. Dans le cas de Doctor Strange, ce n’est pas moins de 1 450 plans qui ont dû être traités. 

Box-office US du 20 novembre : Les Animaux fantastiques détrône Doctor Strange

De son côté, Vince Cirelli de Luma Pictures témoigne de sa propre expérience sur la post production du film de Scott Derrickson : "Lorsque vous recréez des immeubles urbains, vous avez affaire à d’énormes quantités d’informations numériques donc nous devions être en mesure de toutes les traiter pour modéliser et transformer les bâtiments kaléidoscopiques. Cela nécessitait une nouvelle façon de traiter l’information en utilisant les nouveaux outils technologiques. Ceux-ci nous ont permis de gérer toutes ces données complexes. Concrètement, ça signifie qu’on pouvait isoler chaque immeuble et les animer un par un."

L’équipe technique du film a également recréée numériquement le visage de Benedict Cumberbatch lors de la scène où l’esprit de Doctor Strange se sépare de son corps. Pour cela, l’acteur britannique a effectué une séance de performance-capture qui consiste à enregistrer les mouvements de la personne afin de créer son alter ego numérique.

Le visage de Cumberbatch a également été utilisé pour créer l’apparence du méchant Dormammu : "C’est un hommage direct au comics des années 70. Nous voulions être au plus près de l’œuvre originale" explique Stéphane Ceretti

Le deuxième rôle secret (et incroyable) de Benedict Cumberbatch dans Doctor Strange

Doctor Strange de Scott Derrickson est actuellement en salles. Le super-héros reviendra par la suite dans Avengers : Infinity War le 25 avril 2018. 

Bande-annonce de Doctor Strange

Commentaires

A voir aussi

Ligatus

Prochainement au Cinéma

Les plus vues