Netflix

Et pourquoi son réalisateur Alex Garland est déçu que son film de SF soit diffusé sur Netflix.

Avec Annihilation, Alex Garland (Ex_Machina) signe "un classique de SF immédiat", pour Première. La rédaction ne tarit pas d'éloges envers ce projet porté par Natalie Portman, Tessa Thompson, Oscar Isaac et Jennifer Jason Leigh. "Le deuxième long d’Alex Garland, après le choc Ex_Machina, confirme une ambition de mise en scène inédite aujourd’hui dans le genre rebattu (cosmétique) de la science-fiction. (…) tout dans Annihilation « fait » neuf. Sans filiation directe, pas même avec le roman qu’il adapte (très librement). Pur projet de cinéma, il se présente essentiellement comme un mystère à résoudre par l’image. C’est en lisant le décor génétiquement modifié et la manière dont les inflexions de lumière pourpre le traversent que l’on récolte des indices sur l’ADN du film. Une attaque de monstre n’est plus seulement une scène de genre ; elle renseigne sur la nature exacte de ce qu’on est en train de regarder, et de ce que vivent les personnages à un niveau moléculaire. Contrairement à Ex_Machina, qui enfermait ses mystères derrière des vitres, Annihilation les exhibe, tous intestins dehors. Sa découverte en format télé sur Netflix est une hérésie. Presque un contre-sens."

Annihilation est un classique SF immédiat (critique)

A la base, Alex Garland a tourné Annihilation pour le grand écran, et il a fait savoir au moment où la Paramount a cédé une partie de ses droits à Netflix qu'il était déçu par cette décision. En décembre, le studio a en effet annoncé que le long métrage, budgété à hauteur de 40 millions de dollars, serait diffusé en "limited release" aux Etats-Unis, au Canada et en Chine, mais qu'ailleurs, il serait proposé sur Netflix. C'était deux mois avant le "coup" The Cloverfield Paradox, prévu dans les salles obscures par la même firme et finalement diffusé sur la plateforme. En domestique,  Annihilation n'a rapporté que 26 millions de billets verts, ce qui aurait pu le qualifier de 'flop' si la production n'avait pas fait ce choix de double diffusion.

The Cloverfield Paradox : comment le film de Netflix se rattache aux autres Cloverfield ?

L'accueil critique d'Annihilation est aujourd'hui bien plus positif que celui du film sur la station spatiale, pourtant, ce sont ses projections tests qui ont poussé la Paramount à réduire sa sortie au cinéma. Jugé "trop confus" ou "trop intello" par les premiers spectateurs, le projet a fait peur à ses producteurs, qui venaient de subir un échec de taille avec Mother !, l'ambitieux film de Darren Aronofsky, présenté comme un thriller psychologique, mais finalement plus tordu que ça, puisqu'il mélangeait des réflexions écolo et religieuses et misait sur une mise en scène radicale. La Paramount a sans doute craint un deuxième "choc" de ce type avec Annihilation, au grand dam de son créateur. "C’est vraiment une déception, avouait-il à l'époque à Collider. Nous avons fait le film pour le cinéma. Je n'ai pas de problème avec le petit écran, vraiment aucun. La meilleure chose que j'aie vue depuis longtemps, c' était The Handmaid's Tale, donc je pense qu'il y a un potentiel incroyable dans ce domaine, mais si vous faites quelque chose pour la télévision – vous le faites dès le départ pour ce médium, vous le concevez en ces termes."

Darren Aronofsky offre à Jennifer Lawrence un rôle en or avec Mother ! (critique)

La bonne nouvelle, dans ce changement de distribution, c'est qu'Alex Garland a réussi à conserver son "director's cut" : il n'a pas eu à couper de scènes, ni à modifier son film pour qu'il soit mieux accueilli lors de projections tests. Reste qu'il ne sera pas vraiment vu comme son réalisateur l'espérait.

 

Prochainement au Cinéma