DR

En attendant La La Land, retour sur les chansons qui ont marqué la carrière de l’acteur.

La 73e Mostra de Venise s’ouvrira demain avec la projection de La La Land, une comédie musicale avec Emma Stone et Ryan Gosling. Son réalisateur Damien Chazelle (Whiplash) veut rendre hommage à ce genre cinématographique en racontant l’histoire d’amour entre une actrice et un pianiste à Hollywood. Les deux jeunes gens vont se charmer en chantant et en dansant, s’inspirant au passage des classiques tels que West Side Story, Chantons sous la pluie ou Grease"Hommage surprenant à l’âge d’or des comédies musicales hollywoodiennes, d’Un Américain à Paris, de Vincent Minnelli, à News York, New York, de Martin Scorsese, c’est un film qui ne renouvelle pas seulement le genre, mais lui offre une nouvelle jeunesse, considère l’organisateur du festival, Alberto Barbera. Whiplash a permis de révéler un nouveau réalisateur, La La Land est sa consécration, son entrée définitive dans le club des meilleurs cinéastes du moment à Hollywood".

Voir la bande-annonce de La La Land 

La présentation de ce film très attendu marque une bonne occasion de se pencher sur l’autre carrière de l’acteur Ryan Gosling. Car s’il a percé à Hollywood en tant que comédien, c’est aussi un excellent chanteur, guitariste, bassiste et pianiste, qui a sorti un album original il y a sept ans avec son groupe Dead Man’s Bones. C’est bien lui qui chante dans le premier extrait de La La Land, et ce n’est pas la première fois qu’il pousse ainsi la chansonnette au cinéma. Première vous propose donc une petite pause musicale en sa compagnie en attendant de savoir comment est reçu le film de Chazelle, qui sortira en France le 30 novembre.

Merci Mickey
Dix ans avant de faire ses débuts au cinéma, Ryan était déjà une star du petit écran. A l’image de Britney SpearsChristina Aguilera et Justin Timberlake, il s’est fait connaitre grâce au Mickey Mouse Club à l’âge de 11 ans seulement. Ils y tournaient des sketchs destinés au petit écran et montaient souvent sur scène pour interpréter des morceaux à la mode, comme ici "Cry For You", de Jodeci, en 1991.

Musiques de films
En 2004, Ryan a signé trois morceaux : "The Pickup song", "Touch Me", et "Wake" sur la bande originale de la comédie romantique Wild Roomies, dans laquelle il ne joue pas. Il réécrira une nouvelle chanson pour le cinéma dix ans plus tard pour sa première réalisation, Lost River, film onirique dans lequel on ne le voit pas non plus. Plusieurs morceaux de son album sorti en 2009 ont également été utilisés dans des longs métrages (voir plus bas).

Lost River : le premier film de Ryan Gosling est une claque

Ryan chante aussi au cinéma
Si l’on peut entendre la voix de Ryan Gosling dans des films sans le voir à l’écran, il existe aussi quelques exemples où il fait les deux. Dans Une Fiancée par comme les autres, sorti en 2007, il reprend par exemple "LOVE", et dans The Place Beyond The Pines, il interprète "Borriquito" pendant un instant. L’exemple le plus célèbre reste cependant sa balade face à Michelle Williams dans Blue Valentine :

Dead Man’s Bones ou l’album parfait pour Halloween
Gosling aime tellement la musique qu’il a sorti un album en octobre 2009 avec son complice Zach Shields. Dans un style gothique à souhait (les paroles évoquent des fantômes et lieux hantés), il chante, joue du piano, de la basse et de la guitare, pendant que son ami se charge principalement des percussions (on entend aussi sa voix, parfois). Ils ont fait appel pour ce projet à un chœur d’enfants, le Silverlake Conservatory Children's Choir, créé par Flea, le bassiste des Red Hot Chili Peppers, il y a quinze ans, et il y avait apparemment une excellente ambiance lors de l’enregistrement :

Plusieurs morceaux de cet album original ont été utilisés dans des films, comme "In the Room Where you Sleep" dans Conjuring ou "Lose Your Soul" au début de La Bataille de Solférino.

Lorsque Ryan Gosling a présenté sa première mise en scène au festival de Cannes, en 2014, Première avait profité de sa sélection pour lui demander s’il s’était inspiré de la chanson "Buried In Water" pour écrire cette histoire de cité engloutie dans laquelle évolue un adolescent prénommé… Bones. "On peut dire ça mais c’est une vieille histoire, répondait-il amusé. Un jour, alors que j’étais gamin, j’ai vu cette route qui plongeait directement dans le fleuve, et ma mère m’a lâché le morceau. Elle m’a appris que la rivière près de laquelle j’avais grandi recouvrait en fait d’anciens villages ensevelis. Cornwall, la ville où je vivais, était sur le tracé de la voie maritime du Saint-Laurent, il a fallu aménager un canal qui permette aux bateaux de passer de l’Océan atlantique aux Grands Lacs et donc plein de villages ont été inondés sur son passage. L’idée que j’ai pu me baigner au-dessus d’une ville engloutie m’a pas mal traumatisé ! En plus, ma mère a cru bon d’ajouter que certaines tombes n’avaient pu être déplacées donc j’ai sans doute nagé au-dessus de cadavres quand j’étais gosse…". Voici la vidéo :

Lire l’interview complète ici : "Je voulais que Lost River soit un trip en soi"