Peter Jackson
Infantes Isabel/EMPICS Entertainment/ABACA

Il en a extrait 90 minutes pour son documentaire They Shall Not Grow Old.

Pour son nouveau film, They Shall Not Grow Old, un documentaire sur la Première Guerre mondiale, Peter Jackson a restauré et colorisé 100 heures d’archives datant de 1914-1918, rapporte le site IndieWire. Le réalisateur néo-zélandais a puisé dans la collection du Musée britannique Impérial de la Guerre pour réaliser son documentaire. Le film a également recours aux témoignages oraux de vétérans du conflit, enregistrés en 1964.

Peter Jackson, qui s’est confié sur le projet lors d’une interview à ITV News, trouve "affreuses" les images que l’on voit dans la plupart des documentaires. Le travail de restauration n’a pas été évident, le temps ayant abîmé les images d’époque, d’une qualité déjà souvent médiocre. "Je pense que c’est le mieux que je puise faire pour l’instant", a déclaré le réalisateur, visiblement satisfait de son travail.

Steven Spielberg : “Peter Jackson va bientôt travailler sur la suite des Aventures de Tintin”

Le résultat est plus que réussi, comme le prouve une vidéo de la BBC. Le grain épais a disparu au profit d’une image ultra nette, et les soldats ont retrouvé leurs couleurs d’origine - ou presque. Peter Jackson a même fait des recherches sur les uniformes de l’époque pour recréer de la manière la plus juste possible les couleurs d’époque.

Malgré cet impressionnant travail, la colorisation des images d’archives ne fait pas l’unanimité, notamment parmi les historiens. Le recours à cette technique dans le documentaire, comme dans le documentaire télé Apocalypse, soulève de vifs débats. Peter Jackson affirme pour sa part avoir voulu "faire entrer ces hommes dans le monde moderne, pour qu’ils retrouvent leur humanité, plutôt que d’être vus comme des figures chaplinesques dans des vieux films d’archives".

A lire aussi sur Première