Penché dans le vent
Darkstar

A la rencontre d'un artiste passionnant.

A l’heure des suites en pagailles que balancent constamment les studios ; au moment où n’importe quel film Marvel ou Star Wars a immédiatement droit à sa sequel, rien que de très logique à ce que Thomas Riedelsheimer livre la suite de son documentaire superbement minéral Rivers and Tides qui nous faisait pénétrer l’esprit et l’art d’Andy Goldsworthy et devenait plus qu’un doc, une véritable expérience spirituelle et méditative.

Pour ceux qui auraient raté le premier opus, précisons que Goldsworthy est un as respecté de l’art contemporain, mais un "sculpteur" d’un type un peu particulier. En plus de trente ans d’activité, cet artiste environnementaliste, cet architecte druidique, a fait peindre des moutons (avec leurs sabots), imaginé un mur de pierre sèche serpentant entre les arbres du Storm King Art, créé des paysages et joué avec la glace, la neige, les rivières le vent. Son matériau, c’est la nature qu’il sculpte, travaille, ordonne. Depuis toujours.

D’ailleurs, 17 ans après Rivers and Tides, les choses ont changé mais tout est resté identique. S’il collabore désormais avec sa fille, son art reste le même, ancré dans le vivant. Il imagine ses œuvres spéciales avec ce qu’il trouve sous sa main ou ses pieds (on le voit recouvrir un morceau d’arbre de feuilles roussies par exemple). S’il voyage plus qu’avant, et s’il joue désormais avec des décors urbains, on le voit plus souvent au cœur des forêts ou sur des glaciers dont il déplace les boulders.

C’est toujours aussi beau, toujours aussi émouvant de le voir à l’œuvre. Mais la différence avec Rivers and tides, tient surtout dans le dialogue nourri avec le cinéaste. On découvre l’intimité de l’artiste, ses questionnements créatifs et surtout sa pensée, animiste et environnementaliste, dont l’urgence est de plus en plus évidente. Au fond, la nature de son œuvre, c’est la Nature elle-même. Et vu ce que l’homme lui fait subir aujourd’hui, l’art de Andy Goldsworthy semble cruellement nécessaire. Avec la découverte d’un artiste génial, c’est l’autre mérite de ce doc que de nous le rappeler.

Sortie de Penché dans le vent, le 18 juillet 2018

A lire aussi sur Première

Spider-Man : New Generation réanime le genre super-héros

Trop de films de super-héros tue-t-il le film de super-héros ? Le duo Phil Lord et Chris Miller (ici au scénario) balaie le débat d’un revers de la main dans Spider-Man : New Generation.