DR

La suite de Blade Runner n’a décroché aucune nomination dans les catégories majeures. 

Alors que son Premier Contact avait décroché deux belles nominations (meilleur film et meilleur réalisateur) l’an dernier, Denis Villeneuve n’a pas eu la même réussite avec Blade Runner 2049, qui a dû se contenter des catégories dites techniques, dont les meilleurs effets spéciaux, meilleurs décors et la meilleure photographie pour Roger Deakins. Une absence qui a pu en choquer certains, tant la suite du film de Ridley Scott a été bien accueillie par les critiques et les spectateurs.

Le problème, estime justement Denis Villeneuve, c’est que les gens n’ont pas été assez nombreux à aller voir le long-métrage. Or, "il est rare qu’un film qui n’a pas bien marché au box-office américain soit nommé à l’Oscar du meilleur film", a déclaré le cinéaste québécois à CBC News. Avec 95 millions de recette aux Etats-Unis (260 dans le monde), 2049 n’a pourtant pas été un flop total. Mais c’est un score à mettre au regard de son budget, qui pourrait avoir dépassé les 300 millions, promotion comprise.

Denis Villeneuve cherche à comprendre l’échec de Blade Runner 2049 au box-office

Si des "petits films" comme Moonlight, vainqueur l’an passé, ou Phantom Thread cette année (nommé à l’Oscar du meilleur du film), peuvent se permettre d’avoir un box-office modeste, la suite de Blade Runner, aussi auteurisante soit-elle, aurait donc été sanctionnée par son statut de blockbuster qui n’a pas attiré les foules.

Villeneuve regrette surtout que le travail de Hans Zimmer (qui a été nommé pour Dunkerque, mais pas pour 2049) n’ait pas été reconnu par l’Académie : "je dois dire que j’étais déçu. Je pense que ce qu’ils (Hans Zimmer et Benjamin Wallfisch) ont fait sur le film, le score du film, était de loin un des meilleurs de l’année."

Dune : Denis Villeneuve veut faire un "Star Wars pour adultes"

Toujours est-il que Blade Runner 2049 a décroché 5 nominations, ce qui est loin d’être déshonorant, et le réalisateur de Prisoners est très heureux pour ses collaborateurs : "En tant que metteur en scène, je travaille étroitement avec ces gens pour porter ma vision à l’écran, et je travaille avec de grands artistes à qui je dois beaucoup."

On peut espérer que 2049 ne repartira pas bredouille des Oscars 2018, le chef opérateur Roger Deakins étant notamment un des grands favoris pour la meilleure photographie, prix qui lui a échappé à treize reprises au cours de sa riche carrière. 

Prochainement au Cinéma