DR

Le studio n’aurait pas tous les droits de son propre dessin animé…

Après Maléfique, Cendrillon, Le Livre de la Jungle et La Belle et la Bête, qui ont tous connu un certain succès au cinéma, Disney est en train d’adapter d’autres classiques animés en live : Dumbo, Aladdin, Le Roi Lion ou encore Mulan. Si les premiers semblent bien avancés, le dernier a été repoussé récemment, et même s’il a une réalisatrice depuis plusieurs mois, Niki Caro (les drames L’Affaire Josey Aimes, avec Charlize Theron, et The Zookeeper’s Wife, porté par Jessica Chastain), il fait l’objet de rumeurs grandissantes. 

Disney a trouvé la star du remake de Mulan en live

"Comme un homme"
Dès le printemps 2017, le studio laissait entendre que ce remake ne reprendrait pas les chansons phares du film. Adieu "Réflexion", "Honneur à tous" et "Comme un homme" ? Mulan est pourtant très célèbre pour sa bande originale : en 1999, Jerry Goldsmith (le compositeur de la BO), Matthew Wilder (celui des morceaux) et David Zippel (le parolier) avaient pourtant été nommés à l'Oscar de la meilleure musique.

Un an plus tard, en avril 2018, on apprenait que trois acteurs chinois avaient été castés : Gong Li (Adieu ma concubineMiami Vice) en méchante principale (une sorcière), Jet Li (Il était une fois en Chine) en Empereur et Donnie Yen (Ip ManRogue One : A Star Wars Story) en commandant Tung, mentor et professeur de Mulan. Soit deux personnages inventés sur trois : il n’y a pas de méchante dans le dessin animé sorti en 1997, et si le rôle du commandant ressemble à Chang, personnage important de l’original, il semble avoir subi quelques modifications pour le film live.

"Déshonneur sur toi, déshonneur sur ta famille, déshonneur sur ta vache."
Depuis ces annonces, la rumeur enfle qu’il n’y aurait pas de Mushu non plus : le petit dragon, qui était doublé en VF par José Garcia, ne serait plus de la partie. Remplacé par une autre créature ? Pour le coup, Disney n’a pas encore communiqué sur le sujet, mais toutes ces annonces ont poussé @Nerdyasians, un compte Twitter spécialisé dans la culture asiatique, à enquêter. "Serait-il possible que Disney ne possède pas tous les droits de Mulan, dont ses chansons iconiques et ses personnages originaux ?", peut-on lire en ouverture d’un thread dédié au projet d'adaptation en live. Il est alors détaillé qu’il s’agissait du dernier film sur lequel a travaillé Jeffrey Katzenberg pour Disney, avant d’être licencié par la boîte en 1994. Le studio venait alors de cartonner grâce à Aladdin, puis Le Roi Lion, mais la production du Bossu de Notre-Dame et de Hercule a été plus compliquée, et ses patrons l’ont poussé à la porte. S’en est suivi un retentissant procès, en 1997, année de sortie de Mulan, qui était entré en production avant le départ de Katzenberg. Celui-ci a entre-temps créé Dreamworks avec Steven Spielberg et David Geffen, et ils ont connu de jolis cartons avec Shrek ou Madagascar.

Le procès entre le producteur et Disney a duré 19 mois, à la fin duquel un verdict a été rendu, mais gardé secret. On sait tout de même que Katzenberg voulait obtenir 2% sur les recettes des dessins animés sur lesquels il avait travaillé avant d’être licencié (dont l'énorme carton du Roi Lion), mais la firme aurait refusé, car ils étaient déjà terminés avant son départ. "Qu’est-ce que Disney lui a laissé, alors ?, conclut le thread. Si c’était une part plus importante de ses autres films, cela expliquerait pourquoi ils ne reprennent pas aujourd’hui le MATERIEL ORIGINAL de Mulan. Ca leur coûterait trop cher. Mulan et l’Empereur peuvent être utilisés gratuitement, puisque ce sont de vraies personnes. Mais peut-être que ce live action n’est pas du tout un remake."

Le Mulan attendu au cinéma en 2020 serait donc une nouvelle version de l’histoire, qui ne reprendrait pas les personnages, ni les chansons, spécialement créés pour le dessin animé. Tout cela doit encore être confirmé par le studio, mais la théorie colle aux premières annonces faites à ce sujet.