DR

De Taken à Mr Wolff en passant par John Wick et Jack Reacher : qui a dit que le film d'action était mort ?

Mr Wolff avec Ben Affleck sort le 1er novembre en salles et c'est l'un des meilleurs films d'action de l'année. Un genre qui a changé pour de bon avec Taken il y a bientôt dix ans. A cette occasion, faisons une revue du meilleur de l'actioner depuis un certain film avec Liam Neeson. Action !

Taken (2008)
Le film qui a créé un cliché, un modèle : "le film à la Taken". Soit un acteur dans la soixantaine qui s'oriente vers le film d'action blême et bourrin post-Jason Bourne. La carrière de Liam Neeson a aussi vrillé à ce moment-là. On l'a vu après dans Sans identité, Non-stop, Balade entre les tombes, plus deux suites à Taken. Aucun de ses ersatz n'avait la force de frappe brute de ce film de vengeance servie froide et saignante, qui transcendait enfin la recette EuropaCorp pour proposer un vrai film d'action pure.

Harry Brown (2009)
Au tour de Michael Caine de jouer au retraité bourrin. Harry Brown assiste à la chute de son quartier dans la déliquescence et la délinquance. Après la mort de sa femme, face à l'impuissance de la police, il va faire le ménage. Autant un vigilante movie particulièrement violent que le portrait de Caine à son crépuscule. Emouvant, donc.

Colombiana (2011)
Un EuropaCorp dans les clous, certes (Olivier Mégaton à la réal, Besson et Kamen au script). Mais surtout un super film d'action où Zoë Saldana déploie une puissance de feu impressionnante lors de bagarres très, très réjouissantes. A l'ancienne, comme on dit.

Jack Reacher (2012)
Jack Reacher est un modeste film noir cool, drôle et percutant, qui réduit Tom Cruise à son épure de héros d'action des années 2000 (sa scène d'intro où il s'habille, tout est dit). L'écriture de McQuarrie est tout aussi épurée. Et Dieu que les scènes de baston sont chouettes.

Safe (2012)
Le meilleur film de Statham ? En tous cas le mieux filmé, le plus réjouissant, le mieux écrit... Jason joue un ex-flic devenu boxeur clandestin qui doit protéger une petite fille qui détient la combinaison d'un coffre. Difficile de résumer l'intrigue touffue de Safe mais ce qui compte c'est la carrure de Statham qui ravage New York à grands coups de tatane, de flingue -et surtout de punchlines aussi old school que réjouissantes. Et si les scènes de baston sont aussi chouettes, c'est qu'elles ont été réglées par Chad Stahelski, futur co-réalisateur de John Wick...

3 Days to Kill (2014)
C'est surtout pour Kevin Costner : dingue de se dire à quel point il suffit de filmer l'acteur en gros plan pour se laisser emporter par l'émotion que provoque le visage d'un de nos héros de cinéma les plus forts. Le reste du film est un post-Taken paresseux, limite nanar (Amber Heard en tueuse en cuir, les scènes embarrassantes de Kevin à Montmartre), mais, bon sang, ce visage...

John Wick (2014)
Or donc le cascadeur Chad Stahelski est l'un des secrets les mieux gardés de l'industrie hollywoodienne : doublure de Néo dans les trois Matrix, action coordinator de 300, John Rambo, Safe, Sherlock Holmes : Jeu d'ombres, réal deuxième équipe de Captain America : Civil War... Et co-réalisateur de John Wick, son premier film signé de son nom. Des mafieux russes volent la voiture de John (Keanu Reeves) et butent son chien au passage. Sauf que John est un tueur à gages à la retraite, et l'un des plus efficaces du monde. S'ensuit un film d'action terrassant, héritier de John Woo période Hong Kong, où Keanu fait un fracassant come-back et crée un personnage de tueur en costard coolissime. Déjà un modèle.

Equalizer (2014)
Encore une histoire d'ex-agent spécial à la retraite qui sort les armes pour faire le ménage, sauf qu'ici le badass s'appelle Denzel Washington : employé de magasin de bricolage le jour, vigilante bourrin la nuit. Denzel le pasteur, plus carré que jamais, nettoie l'Amérique de ses démons et c'est bien beau. Amen.

Gunman (2015)
Ca devait être le Taken de Sean Penn (d'ailleurs Pierre Morel est à la réal), mais cette adaptation de La Position du tireur couché de Manchette a souffert en tournage coincé entre deux visions, celle du producteur Joel Silver qui voulait un simple film d'action bourrin et celle de Sean qui voulait un thriller politique. Si l'on passe certaines visions bizarres (Penn musclé comme un taureau qui fait du surf lors de la scène d'intro), l'action est très bien filmée et agréable à voir.

Blood Father (2016)
On vous l'a répété depuis la vision de Blood Father à Cannes : c'est le grand come-back de Mel Gibson. Si les scènes d'action sont plus chiches qu'espéré, le portrait dessiné de Mel sur le chemin de la rédemption est émouvant aux larmes.

Mr Wolff (2016)
Christian Wolff est un comptable de génie autiste qui trafique les bilans financiers du crime organisé. Un agent fédéral est sur sa trace, et on va vite découvrir que le génie de Wolff ne s'applique pas qu'aux tableaux Excel mais aussi -surtout- au maniement des armes. Film d'action impecccable et précis (c'est Gavin O'Connor, réalisateur de Warrior, aux manettes), Mr Wolff est aussi un saisissant instantané du nouvel Affleck des années 2010. Depuis qu'il est réalisateur (Gone Baby Gone, The Town), Ben Affleck semble aussi avoir passé un cap en tant qu'acteur et est devenu capable de relever des défis de jeu impressionnants : jouer aussi bien l'autiste comptable que le tueur implacable. Comme disait Liam dans Taken, "j'ai des compétences diverses acquises au cours d'une longue carrière..."