Alberto Barbera
Marechal Aurore/ABACA

Seule une réalisatrice est en compétition pour le Lion d’or.

La sélection officielle de la 75ème édition du Festival international du film de Venise, qui a été révélée hier, ne fait pas l’unanimité. Un seul des films en compétition cette année a été réalisé par une femme, sur un total de 21 films sélectionnés. Il s’agit de Nightingale de l’Australienne Jennifer Kent. C’est autant - ou aussi peu - que l’année dernière, où Vivian Qu était la seule réalisatrice en compétition.

Alberto Barbera, le directeur artistique de la Mostra de Venise, s’est exprimé hier sur le sujet, dans le cadre d’une interview accordée à The Hollywood Reporter à Rome. Il défend le fait qu’une seule femme ait été sélectionnée : "De mon point de vue, rajouter un film en compétition uniquement parce qu’il a été réalisé par une femme serait offensant pour la réalisatrice", explique-t-il. "Je préférerais changer de métier plutôt que d’être obligé de sélectionner un film parce qu’il a été réalisé par une femme et non parce qu’il est réussi."

Mostra de Venise : les frères Coen, Jacques Audiard, Alfonso Cuaron, Damien Chazelle et Yorgos Lanthimos sélectionnés

Pour Barbera, c’est la qualité qui prime avant tout : "Mon travail consiste à dire si le film est bon ou non, et s’il est meilleur qu’un autre", affirme-t-il. Pour cela, la meilleure solution est de voir les films à l’aveugle, pour ne "pas être influencé par le réalisateur". Ce qui n’est pas toujours si simple, reconnaît Barbera. "Je me fiche que ce soit un homme ou une femme (qui ait réalisé le film). Ce qui m’importe c’est que ce soit un bon film", a-t-il déclaré.

Selon Barbera, le problème ne vient pas de la Mostra de Venise, il est bien plus général : "Bien sûr que j’aimerais qu’il y ait davantage de femmes sélectionnées, mais ça ne dépend pas de moi." S’il est vrai que les femmes réalisatrices sont moins nombreuses que les hommes réalisateurs, la disparité entre les deux n’est pas d’un vingt-et-unième pour autant. Les films réalisés par des femmes ne manquent pas. Sur les 1500 films proposés pour la sélection cette année qu’aurait regardé Barbera, un tiers serait réalisé par des femmes. Moins d’un vingtième des films en compétition contre un tiers des films proposés ? Le problème vient donc d’ailleurs …

Les filles du soleil : 82 femmes réunies sur le tapis rouge

La Mostra n’est pas le seul festival concerné par ce problème. Trois réalisatrices étaient sélectionnées à Cannes cette année sur un total de 21 films en compétition. D’où la montée des marches coup de poing de 82 femmes en mai dernier, pour sensibiliser le public à la sous-représentation des femmes réalisatrices ainsi qu’à l’inégalité salariale entre hommes et femmes. Depuis la création du Festival de Cannes, il y a soixante-dix ans, seuls 82 films réalisés par des femmes ont été sélectionnés en compétition.

Jennifer Kent, la seule femme réalisatrice en compétition cette année à la Mostra, s’est fait connaitre en 2014 avec Babadook. Nightingale, en lice pour le Lion d’or, s’annonce comme une sorte de True Grit en Tasmanie. Ce second long-métrage racontera l’histoire d’une jeune irlandaise de 21 ans accusée de meurtre en Tasmanie au début du XIXème siècle. La jeune femme, dont le mari et l’enfant ont été tués, fait appel à un chasseur de prime pour se venger.