Mort à 103 ans de Douglas Slocombe, légendaire directeur de la photographie d'Indiana Jones

douglas-slocombe.jpg

Douglas Slocombe avait échappé aux nazis en 1939. Et n'avait jamais gagné d'Oscar.

Douglas Slocombe est mort aujourd'hui, lundi 22 février 2016, à l'âge de 103 ans, nous apprend l'Agence France-Presse. Il est connu pour avoir été le directeur de la photographie de plus de 85 films. Né en 1913 à Londres, il couvre en tant que photographe l'invasion nazie en 1939 en Pologne : il est à Varsovie lors de l'attaque allemande et parvient à s'échapper. Dans les années 40, il rejoint les studios Ealing et commence une prolifique carrière de chef opérateur.

Citons, parmi ses œuvres les plus connues, Noblesse oblige (1949), The Servant (1963), Le Bal des vampires (1967), Le Lion en hiver (1968), Gatsby le magnifique (1974) avec Redford, L'Or se barre (1969), Rollerball (1975), le James Bond Jamais plus jamais (1983)... Il sera nommé trois fois à l'Oscar de la meilleure photo pour Voyages avec ma tante (1972), Julia (1977) et Les Aventuriers de l'arche perdue (1981) mais il ne gagnera jamais le trophée.

Slocombe avait également photographié la séquence indienne de Rencontres du troisième type en 1977 (éclairé par Vilmos Zsigmond, disparu le 1er janvier 2016) pour Steven Spielberg. Qui le prendra pour éclairer Les Aventuriers de l'arche perdue, Indiana Jones et le temple maudit, enfin Indiana Jones et la dernière croisade, qui sera son dernier film tourné à l'âge de 75 ans. Depuis, il coulait une retraite paisible en France. Ceux qui frissonnent encore toujours à la lueur ciselée des ors (l'idole, l'arche) du premier Indy -qui comporte un nombre de money shots hallucinants-, ou aux rouges terrifiants et sanglants du Temple maudit savent ce que le cinéma de Spielberg devait à Slocombe, et qui manquait terriblement au Royaume du crâne de cristal fait sans lui. De la chair, de la lumière, de la vérité.

Commentaires

A voir aussi

Ligatus

Prochainement au Cinéma

Les plus vues