Les César 2012

  • Accueil
  • News (47)
  • Photos(21)
  • Vidéos(7)
  • Films(2)
  • Commentaires(2)

Mathieu Kassovitz : "Ce qui me casse les couilles c'est le manque d'ouverture des César"

26/02/2012 - 12h52
  • Partager sur :
  • 18
Mathieu Kassovitz : "Ce qui me casse les couilles c'est le manque d'ouverture des César"© DR

Le cinéaste attaquait Polisse, Intouchables et les César quelques heures avant de monter sur la scène du théâtre du Châtelet.
L’événement de la cérémonie des César 2012 était sans conteste l’apparition de Mathieu Kassovitz, Le réalisateur de L’Ordre et la morale avait en effet créé la polémique en déclarant le 27 janvier dernier sur son compte Twitter"Une seule nomination aux césars. J encule le cinéma français. Allez vous faire baiser avec vos films de merde." En effet, L’Ordre et la morale n’avait été nommé que dans la catégorie Meilleure adaptation.

Mais vendredi 24 février au soir, Kassovitz est monté sur scène remettre le trophée de la Meilleure photographie à Guillaume Schiffman pour The Artist. On pensait le réalisateur persona non grata : il déclare "je suis venu honorer ma promesse", provoque quelques rires jaunes, il remet le trophée et s’éclipse. Repentir ? Ultime provocation dans le non-dit ? Il tweete dans la foulée : "ça, c'est fait".
 
Ce n’est pas tout : vendredi soir, quelques heures avant la cérémonie, le site Newsring (site de débats co-créé par Frédéric Taddeï) publiait une tribune de Mathieu Kassovitz, intitulée "Ce qui me casse les couilles c'est le manque d'ouverture des César" (sic).  Le réalisateur y conspue une nouvelle fois la cérémonie, y déclare défendre "un cinéma qui n'est pas représenté par les César et je trouve ça pas seulement dommage mais scandaleux. Ca réduit le cinéma français à quelque chose qui n'est pas très glorieux. Les films nommés, si tu les regardes avec un oeil de cinéaste, c'est des téléfilms."
 
Le cinéaste, un rien mégalo ("je ne me suis pas énervé parce que je pense que je suis le meilleur, je sais que je suis le meilleur"), affirme que la cérémonie n’a pas joué son rôle cette année en donnant une pluie de nominations à Polisse et Intouchables (le cinéaste épargne complètement le triomphant The Artist, réalisé par son ami Michel Hazanavicius), au détriment des autres films comme… L’Ordre et la morale, justement : "tu veux que ton travail de metteur en scène soit mis au moins au niveau de Maïwenn ou de Nakache et Toledano. Peut-être que t'as quand même donné des preuves que ton travail avec la caméra a une valeur. Sinon allez vous faire enculer et vos films de merde." Rebelote !

Kassovitz estime que Polisse n’a pas beaucoup de valeur à ses yeux, car "on a besoin de réalisateurs qui ont une vision artistique et pas de gens qui font des produits. J'aurais applaudi «Polisse» des deux mains s'il y avait pas de star dans le casting, si on l'avait joué réaliste sans star de la comédie ou du rap". L’Académie aurait dû également mettre en avant des films plus discrets : "ce serait bien de parler de «Donoma», les mecs de «Donoma» ils ont fait un truc de dingue et ils sont pas reconnus, c'est malheureux. On pourrait au moins reconnaître l'énergie".

L’idée générale de Kasso est que les votants ne reconnaissent en fait que les films qui ont fait le buzz ou ont cartonné en salles : "les gens ne vont pas aller voter pour des gens qu'ils ne connaissent pas ou alors ils votent pour des gens qui ont fait 2 millions d'entrées. Si on n'avait pas fait 2 millions d'entrées avec «La Haine» on n'aurait jamais eu de César". Quant à Intouchables, il n’est pas non plus épargné, avec ironie : "avec 9 nominations tu te dis que ça doit être un classique du cinéma français".
 
Sa conclusion, en forme d’ultime provocation, est que "les César c'est mortuaire, tout le monde est habillé en croque-mort et on y va pour enterrer les films. En espérant qu'on pourra leur donner un dernier choc d'adrénaline pour faire encore un petit peu de blé en salles avant de les enterrer sous forme de plastique en DVD. C'est pas très excitant."

Bref, Kassovitz continue de provoquer le débat. L’Ordre et la morale, son film, est reparti bredouille vendredi soir, le trophée de la Meilleure adaptation récompensant Carnage de Roman Polanski.

  • 18
Prochainement au cinéma
COMMENTAIRES
Connectez-vous en cliquant ici pour laisser un commentaire en utilisant votre pseudo. Si vous ne vous loguez pas, votre commentaire n'apparaîtra qu'en ANONYME.
On brade tout... continuons ainsi et César n'aura plus de valeur, comme le Bac et le BTS!
  • 0
  • 0
Anonyme | le 28/02/2012 à 11h23 | Signaler un abus
Votre réponse...
Kasso n'a pas tout à fait tort, Intouchables est un film agréable, Omar SY est bon acteur Cluzet est excellent, toutefois je pense que ni le film ni l'acteur SY (bien que sympathique, mignon, rigolo...) ne méritent de telles récompenses.
  • 0
  • 0
Anonyme | le 28/02/2012 à 11h21 | Signaler un abus
Votre réponse...
@18h03 : encore un persécuté qui voit du racisme partout. C'est hallucinant de voir un rapport de force entre homme blanc/homme noir dans ce film ! Et puis le film est tiré d'une histoire vrai avec un blanc riche et un arabe voleur. il fallait faire quoi, inverser les rôles et mettre Omar en riche handicapé ?? Même là, tu aurais crié au scandale : quoi, pourquoi le noir est handicapé, c'est une honte, c'est du racisme !! Pour en revenir à Kassovitz, ce mec est d'une arrogance rare. Il se contre dit en critiquant les Césars et en même temps il ne comprend pas pourquoi son super film (oh ça va les chevilles !) n'est pas plus nominé. J'ai juste envie de lui répondre que son film n'est pas plus nominé parce que c'est une daube...c'est aussi simple que ça :)
  • 0
  • 0
Anonyme | le 27/02/2012 à 10h10 | Signaler un abus
Votre réponse...
Kassovitz,casse toi si tu n'aimes pas le cinéma français.Ce n'est le melon que tu as c'est la citrouille
  • 0
  • 0
Anonyme | le 27/02/2012 à 08h07 | Signaler un abus
Votre réponse...
Vive Mathieu Kassovitz ! Vive Luc Besson ! ! Vive Roschdy Zem ! ! ! et Tahar Rahim ! et Maiwenn Le Besco ! et Jimmy Jean-Louis ! et Edouard Montoute ! et Lucien Jean-Baptiste ! Vive le talent, le VRAI !
  • 0
  • 0
Anonyme | le 27/02/2012 à 01h18 | Signaler un abus
Votre réponse...
20h03 Derien ca m'a fait plaisir, et puis au moin l'ange de la mort du cinéma ne me répond pas en m'insultant de tout les noms rien que pour ça je le remercie autant
  • 0
  • 0
Anonyme | le 26/02/2012 à 22h14 | Signaler un abus
Votre réponse...
19h12, je vous remercie pour votre commentaire. Signer 18h03 alias "L'ANGE DE LA MORT DU CINEMA".
  • 0
  • 0
Anonyme | le 26/02/2012 à 20h03 | Signaler un abus
Votre réponse...
en ce qui concerne Intouchables c'est un bon film très bien interprêté mais tout ce tapage me semble excessif et ce césar du meilleur acteur les 2 auraient pu l'avoir mais qu'un seul. les autres acteurs méritaient plus de gagner à mon avis?. Quant à the artist et polisse je ne les ai pas vus. Mais leur présence à Cannes l'an dernier et leurs récompenses au festival me font passer que ce sont des grands films. ET kassovitz il se prend pour qui celui-là, son dernier film n' a pas marché et la critique était plus que partagée.
  • 0
  • 0
Anonyme | le 26/02/2012 à 19h46 | Signaler un abus
Votre réponse...
18h03 => Antiaméricanisme de base ? c'est mignon un peu simple mais mignon. Mais ca aprés tout c'est un choix, après gueuler sur la guerre est déclaré parce qu'il ne respecte pas la réalité de tous et trente seconde après démolir Intouchable parce que dedans l'immigré n'est pas gérant d'une entreprise du cac 40 mais travail pour un blanc, c'est vrais que c'est tellement rare de nos jours, la réalité n'est pas forcément équitable mais ca reste la réalité Après oui c'est vrais les césars est la cérémonie de la popularité, celui que l'on veut voire gagné gagnera. Et pour ce qui est de Kassovitz désolé pour lui il est loin d’être le meilleur Babylon A.D en reste le meilleur exemple et même si l'ordre et la moral n'est pas mauvais arrêter il n'est pas non plus incroyable au point de rafler des dizaine de récompenses
  • 0
  • 0
Anonyme | le 26/02/2012 à 19h12 | Signaler un abus
Votre réponse...
Que dire sur cette sélection de films aux Césars??? Elle est vraiment faite pour des bobos parisiens qui détestent et vomissent la réalité sociale. "Louise Wimmer", L'excellent et le remarquable "L'ordre et la morale", "Domona", "Sport de filles".....etc ... Ce public qui applaudit The Artist: film convenu, lécheur de cul du cinéma américain. Qui vaut aussi bien qu'une promenade à Ikéa (qui vend des tableaux de Marylin Monroe en noir et blanc !) Que vaut ce film "Polisse" sur la police avec le point de vue morale de la police. Maïwenn, la comédienne, nulle H.I.é. Avec un rappeur qui fustigeait la police et qui surjoue à l'excès quand il interprète un flic. Il est de bon ton de dire que Joe Star est un grand comédien. Fini la révolte, bienvenue dans la mafia du cinéma. "La guerre est déclarée" fantastique film pour bobos infantiles. On y apprend une chose dans ce film et c'est formidable, les hôpitaux fonctionnent magnifiquement bien, les médecins sont supers sympas, on peut faire un IRM pour son enfant en quelques heures alors que depuis 2 ans pour en obtenir un, il faut 35 jours. La force de ce film est de montrer qu'avec de l'argent et des relations qui ressemblent bien au milieu des bobos, on peut se soigner facilement en France: "Tu connaîtrais pas un neurologues?" (Non, j'en connais donc je peux crever) Et surtout la réplique de Jérémy Elkaim : " Ne parle plus au petit personnel". Dans quelle réalité ces gens là vivent-ils ? Finissons par Y a bon banania "Intouchable" où il est toujours plus plaisant de voir un immigré dans son rôle d'éternel d'immigré pour un public réactionnaire qui n'en n'a toujours pas fini avec la décolonisation et qui fantasme les immigrés toujours au service du blanc futile et handicapé. Ces films sont des films politiques qui sentent la merde du refoulement d'une population qui va au cinéma non pas pour se divertir mais comme en 40, se rassurer que leur morale est bien la bonne et leur pensée triomphante. L'électorat de Sarkozy et Hollande s'y retrouve bien. Ah oui, j'allais oublier !!! Le Larzac ! Les vieilles luttes... film pour quinquagénaire avachit de gauche, qui préfère la nostalgie des luttes du passés plutôt que d’ouvrir les yeux sur la réalité sociale d'aujourd'hui. Pourquoi Pierre Carles ne figurait-il pas dans la liste des Césars.
  • 0
  • 0
Anonyme | le 26/02/2012 à 18h03 | Signaler un abus
Votre réponse...
Ils ont aimé