Le Petit prince
Paramount

Rencontre avec le papa de Kung-Fu Panda, qui adapte librement l'oeuvre de Saint-Exupéry.

Le Petit Prince sort le 29 juillet en France et c'est un événement : adaptation réussie du classique de Saint-Exupéry mélangeant deux techniques d'animation (papier et 3D), le film est une réussite de cinéma et un nouveau hit en puissance pour Mark Osborne, réalisateur de Kung-Fu Panda, qui a papoté avec Première.

Mark, on oublie trop souvent que tu as co-réalisé Bob l'éponge, le film... Oui, mais j'ai d'abord réalisé plein d'épisodes de la série. Il y avait parfois des scènes en live action et c'était à moi de les assurer.

Et qu'as-tu fait sur le film ? Toutes les séquences en live action : le prologue avec les pirates, le dernier tiers avec le scaphandrier et David Hasselhoff qui vient à la rescousse des héros. Un mec extra, d'ailleurs. On a tourné ses scènes où il nage en hyper-vitesse avec un David Hasselhoff géant en plastique qui tenait tout entier dans ma piscine en Californie.

Le Petit prince : promesse tenue [critique]

Quel est le dessin animé qui a tout changé pour toi ? Peter et Elliott le dragon. J'avais sept ans quand je l'ai vu au cinéma. Le film mélange des vrais acteurs avec un personnage de dessin animé. Je crois que je ne m'en suis jamais remis, au fond. Et regarde, tous mes films sont des mélanges de techniques : le mélange live action/animation tradi de Bob l'éponge, le prologue cell shading de Kung Fu Panda, et enfin le papier et la 3D du Petit prince... Ca me vient aussi peut-être d'un de mes profs d'animation, Jules Engel (NDLR : un vétéran d'origine hongroise qui a bossé sur Fantasia et Bambi), qui faisait des courts expérimentaux mélangeant plein de techniques différentes. Pourquoi se limiter à un seul outil ? Mon premier court, Greener, mêlait 2D, 3D, stop motion, dessins à la main, des références aux frères Quay et à Aardman... Jan Švankmajer est aussi une de mes idoles.

Comment as-tu découvert le roman Le Petit princeTrès tard. Quand j'avais vingt ans. Je partais à CalArts, l'école de film d'animation où sont passés les gars de Pixar. Ma fiancée m'avait donné le roman pour que je puisse supporter la séparation. Désormais le livre fait partie de moi, à jamais. Je crois que c'est ça le message le plus puissant du film : apprendre à supporter l'absence. J'espère que le film raconte la même chose.

Pourquoi as-tu choisi d'utiliser des figurines en papier ? Tout simplement, on a fait des tests par ordinateur pour le personnage du Petit Prince, mais ça marchait moins bien. Les personnages sont plus fidèles au roman comme ça. Même si ça nous a pris cinq ans et demi pour faire le film, le résultat en vaut la peine.

Et pourquoi choisir la mise en abyme ? Pour conserver le caractère précieux, fragile et imaginatif du livre. C'est difficile d'adapter un classique. De cette façon il est là, protégé au coeur de notre film .

Beaucoup de réalisateurs de films d'animation placent des clins d'oeil dans leurs films. Pas toi ? Si. J'ai caché le signe "A115" dans un coin. C'était le numéro de ma chambre à l'école d'animation. Comme Pixar qui cache "A113" partout dans leurs films...
Interview Sylvestre Picard

Le Petit Prince : comment l'Américain Mark Osborne a adapté un monument de la littérature française