DR
DR
DR
DR
DR
DR
DR

Nikita (1990) : "Peut-être qu'Anne Parillaud est agent secret ?"

Nikita (1990)

En 1990, Luc Besson offre à Anne Parillaud le rôle principal de Nikita. Elle y interprète une femme mystérieuse engagée par une organisation secrète pour devenir une tueuse professionnelle. Un rôle inspiré directement par l'actrice : "Quand j'ai rencontré Anne, elle était comme ça : très mystérieuse. Elle ne voulait rien livrer sur sa vie. Je me suis mis à penser : 'Si ça se trouve, elle a une double vie ? Peut-être qu'elle est agent secret ? Peut-être même qu'elle tue des gens ?'. C'est comme ça qu'est née Nikita. D'ailleurs, aujourd'hui encore, je n'ai toujours pas répondu à ces questions !", s'amuse Besson.

Mathilda dans Léon (1994) : "Je cherchais l'exact opposé de Léon"

Mathilda dans Léon (1994)

Dans Nikita, Jean Reno jouait un tueur et c'est lui qui a proposé à Besson d'écrire un film détaillant le quotidien de ce personnage. Quatre ans plus tard sortait donc Léon."Ce qui m'intéressait, c'était de trouver l'exact opposé de Léon. Je voulais le mettre face à des situations/personnes inédites et imaginer ses réactions (...) Mathilda représente cela. Elle est toute petite, innocente, et c'est une fille. Enfin... Au final, on se rend compte qu'ils sont pareils. Ils ont tous les deux 14 ans en fait. Lui a 14 ans dans sa tête. Elle a 11 ans, mais a déjà la maturité d'une adolescente de 14 ans."

Leeloo dans Le Cinquième Elément (1997) : "Quand on pense au guerrier suprême, on imagine..."

Leeloo dans Le Cinquième Elément (1997)

Luc Besson a imaginé les prémices du Cinquième Elément lorsqu'il était adolescent. Son histoire a évolué au fil des années, mais il a conservé un point essentiel : son héros serait une héroïne. "Quand on pense au guerrier suprême, on imagine Schwarzenegger ou Stallone. Du coup je trouvais ça marrant de choisir une femme. On ne comprend pas un mot de ce qu'elle dit, mais on voit qu'elle est forte et fun. Encore une fois, je cherchais à me démarquer d'un film d'action classique. Et je voulais prendre à contre-pied les attentes des spectateurs."

Jeanne D'Arc (1999) : "Cette femme était vraiment folle"

Jeanne D'Arc (1999)

Deux ans après Le Cinquième élément, Luc Besson offre à sa compagne Milla Jovovich le rôle principal de Jeanne D'Arc. "On a essayé de livrer un portrait honnête et réaliste de sa quête, mais il faut bien comprendre une chose : cette fille était folle. VRAIMENT folle. En bibliothèque, on a par exemple découvert le texte d'un moine qui avait participé à l'expédition menée par Jeanne D'Arc. Il expliquait qu'une nuit, des prostituées avaient attaqué leur campement pour les voler et qu'elle était sortie en furie, armée d'une épée pour les chasser. Elle était cinglée. Jamais je n'aurais poursuivi quelqu'un avec une épée."

Angel-A (2005) : "Elle est belle, grande, blonde et elle représente le meilleur de l'homme"

Angel-A (2005)

En 2005, Rie Rasmussen jouait un ange pour Luc Besson. Encore une héroïne "suprême" : "Vers 40 ans, on se rend compte de tous les mensonges qu'on dit au autres et qu'on se fait à soi-même. On aimerait tous être meilleur, plus intelligent, plus beau, mais arrivé à cet âge-là, on se rend compte que c'est ridicule et qu'on doit apprendre à s'accepter tel qu'on est. (...) Angel-A parle de ça. Le film suit un homme qui ment tout le temps. Un jour, il rencontre un ange et celui-ci lui dit : 'Je suis ce que tu caches en toi.' Elle est belle, grande, blonde et elle représente le meilleur cet homme, qui cache en fait quelqu'un d'extraordinaire. C'est ça le sujet du film : apprendre à vivre avec soi-même."

Lucy (2014) : "Scarlett était d'emblée curieuse et impliquée"

Lucy (2014)

Luc Besson a imaginé l'intrigue de Lucy après avoir rencontré une jeune femme, par hasard, lors d'un dîner. "Je pensais qu'elle était la nièce d'un acteur, mais pas du tout, elle m'a expliqué qu'elle était scientifique et qu'elle étudiait les cellules cancéreuses. On a discuté pendant trois heures, elle était captivante. Je me suis rendu compte à quel point on n'utilisait pas toutes les facultés de notre corps. Et j'ai eu envie d'en parler dans un film". Pourquoi avoir choisi Scarlett Johansson pour interpréter cette jeune femme qui parvient à utiliser toutes ses capacités ? "Dès notre rencontre, elle me fixait droit dans les yeux et me posait plein de questions. Le sujet l'intéressait, elle était curieuse et impliquée. J'ai aimé son enthousiasme. Je cherchais une comédienne qui allait s'investir à 100%, pas quelqu'un qui tentait de trouver le meilleur projet pour sa carrière parmi 3 ou 4 propositions. Scarlett était parfaite, à peine la conversation entamée, je sentais qu'elle voulait en savoir plus sur le film".

Lucy revient ce soir sur TF1.

Ce soir, on retrouvera Scarlett Johansson dans la peau de la dernière héroïne badass de Luc Besson dans Lucy. Soit le prénom d'une jeune fille paumée qui va développer des pouvoirs extraordinaires, suite à la propagation d'une drogue dans son corps. Peu à peu, ses sens et ses facultés sont décuplés. Une héroïne dans la lignée des personnages forts imaginés par le scénariste et réalisateurs, tels que Leeloo (Milla Jovovich) dans Le Cinquième ElémentNikita (Anne Parillaud) dans le film éponyme ou Mathilda (Natalie Portman) dans Léon. Même si cette dernière ne donne pas son nom au film, elle est au coeur de son intrigue. Lors la sortie de Lucy, pendant l'été 2014, le metteur en scène a livré à IndieWire quelles avaient été ses sources d'inspiration pour six d'entre elles. Voici les détails en attendant de découvrir sa Laureline, incarnée par Cara Delevingne dans Valérian.

Lucy ou le recyclage déshumanisé du cinéma de Luc Besson et de 2001, l’Odyssée de l’espace

Bande-annonce de Lucy :

 

Prochainement au Cinéma