Mars Distribution

La dernière comédie de l'actrice-réalisatrice revient ce week-end sur France 2.

La dernière réalisation de Julie Delpy réussissait là où un paquet de comédies populaires françaises se plantent. Dans Lolo, on suit Violette (Delpy), quadra parisienne travaillant dans la mode. En thalasso à Biarritz avec sa meilleure amie, elle rencontre Jean-René (Dany Boon), un modeste informaticien fraîchement divorcé. Après des années de solitude, elle se laisse séduire. Il la rejoint à la capitale, tentant de s'adapter au microcosme parisien dans lequel elle évolue. Mais c’est sans compter sur la présence de Lolo (Vincent Lacoste), le fils chéri de Violette, prêt à tout pour détruire le couple naissant et conserver sa place de favori.

Julie Delpy - Lolo : "Il y a une forme de misogynie à Hollywood"

A la sortie du film en 2015, Julie Delpy expliquait pourqauoi elle avait choisi cet acteur pour incarner son terrible fils : "J’ai écrit le rôle pour lui. Vincent est quelqu’un de très gentil et très cultivé. Quand on a fait Le Skylab, il n’avait que 17 ans et je le trouvais déjà extrêmement professionnel et bon acteur, sans se prendre la tête pour autant. Je trouvais ça drôle de le voir dans un rôle d’un psychotique. Il veut littéralement la manger. C’est la fameuse théorie de Freud… Et comme il projette ce qu’il est sur les hommes qui s’intéressent à elle, il lui dit que Jean-René est un psychopathe qui veut la dévorer : Jean-René devient le grand méchant loup qui va manger sa maman. Sous ses airs d’artiste cool très imbu de lui-même, Lolo est encore très enfantin, il n’a absolument pas coupé le cordon. C’est un grand pervers, non seulement il est un peu né comme ça mais, en plus, elle l’a très mal élevé."

La critique de Lolo, de Julie Delpy

Karin Viard et Elise Larnicol sont également au casting. La dernière réalisation de Julie Delpy était 2 Days in New York, en 2012. Elle reviendra prochainement devant et derrière la caméra de My Zoe, un drame, cette fois-ci.

Julie Delpy embauche Gemma Arterton et Daniel Brühl pour son prochain film

A lire aussi sur Première