Disney/Warner Bros

Thor 3, Wonder Woman ou Black Panther ont caché l’homosexualité de certaines héroïnes.

Chaque année, l’association GLAAD (the Gay & Lesbian Alliance Against Defamation) publie une analyse de la représentation des gays dans les films hollywoodiens. Pour l’édition 2018, faite principalement à partir des sorties de 2017, c’est la 20th Century Fox qui s’en sort le mieux en ayant proposé des réflexions sur l’homosexualité et montré clairement des personnages gays dans plusieurs grosses productions récentes : Alien Covenant, La Forme de l’eau ou encore Battle of the Sexes (et Deadpool n’est pas cité car il vient de sortir, mais il figurerait sinon dans cette liste d’exemples).

Pourquoi La Forme de l’eau a gagné l’Oscar

En revanche, Disney et la Warner Bros sont ouvertement critiqués par l’organisme, notamment pour leurs films de super-héros. Le GLAAD reproche notamment aux producteurs de Black Panther, Thor Ragnarok et Wonder Woman d’avoir masqué l’homosexualité ou la bisexualité de certains héros, alors qu’elle était présente dans les comics originaux. Ainsi, parmi les Amazones de Wonder Woman, plusieurs femmes sont en couples dans les BD, et la bisexualité de l’héroïne est traitée, mais ce n’est pas présent dans le film porté par Gal Gadot. Idem dans le dernier Thor : si l’équipe a fait savoir dans la presse que le personnage de Tessa Thompson, Valkyrie, était lesbienne, ce n’est jamais dit à l’écran. Idem pour certaines des Dora Milaje qui protègent le roi dans Black Panther. Le cas de Dumbledore n'est pas mentionné ici, puisque Les Animaux fantastiques 2 sortira en novembre prochain, mais il est intéressant puisque J. K. Rowling a annoncé l'homosexualité du personnage APRES la parution de ses 7 tomes de Harry Potter. Elle a depuis dit que le sujet serait abordé dans les suites des Animaux fantastiques au cinéma,  mais visiblement, ce ne sera pas dans le prochain épisode.

Dumbledore ne sera pas ouvertement homosexuel dans Les Animaux Fantastiques 2

Le rapport souligne aussi que malgré le côté maladroit de certaines représentations, notamment dans La Belle et la Bête où l’attirance du Fou (Josh Gad) pour un homme n’est montrée qu’un court instant, ce film tout public met clairement en scène un personnage gay. Ce qui n’est pas le cas de Star Wars 8 ou Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2.

La Belle et la Bête : en quoi le film est-il gay exactement ?

Ces questions de représentations reviennent régulièrement au cœur de l’actualité à Hollywood. Cette semaine, c’est la pansexualité de Lando Calrissian (soit "l'attirance sexuelle, émotionnelle, romantique ou spirituelle pour d'autres personnes sans considération de leur sexe biologique, de leur expression de genre ou de leur orientation sexuelle") qui fait débat, car si elle a été annoncée par l’équipe de Solo : A Star Wars Story et qu’elle est défendue par son nouvel interprète, Donald Glover, elle n’est jamais vraiment montrée dans le blockbuster de Ron Howard.

Solo : A Star Wars Story : "Comment ne pas être pansexuel dans l’espace ?"

"Trop souvent, la sexualité des personnages LGBTQ est reléguée en sous-texte, conclut la recherche. C’est au public d’interpréter. Les spectateurs peuvent très bien ne pas voir qu’un héros est un LGBT, et ils l’apprennent en lisant les comics ou une interview d’un membre de l’équipe. Ce n’est pas assez."

Les Animaux fantastiques 2 : pourquoi l’annonce sur Dumbledore énerve les fans

Prochainement au Cinéma