DR

The Big Short - Le Casse du siècle valide une fois encore la théorie selon laquelle Brad est le meilleur faux premier rôle du cinéma actuel.

Pas besoin de le voir longtemps à l'écran pour qu'il excelle. Fin 2015, Brad Pitt était une nouvelle fois excellent dans The Big Short, et pour fêter ça, la rédaction avait concocté un best-of de ses meilleurs seconds rôles. Nous le republions ce week-end à l'occasion de la rediffusion de L'Armée des 12 Singes, ce soir sur Arte.

L'Armée des 12 singes : un tournage plein de galères pour le réalisateur maudit Terry Gilliam

Article du 18 décembre 2015 : Dans The Big Short - Le Casse du siècle, Brad Pitt joue un ex-trader reconverti dans l'agriculture bio. Barbu et moumouté comme tout le cast (Steve Carell, Christian Bale, Ryan Gosling) de cette comédie grinçante sur les dessous de la crise des subprimes, Brad, également producteur du film, a demandé au réalisateur Adam McKay de pouvoir jouer ce petit second rôle du seul mec du film capable de prendre de la hauteur morale par rapport aux magouilles de la finance dénoncées par The Big Short

Découvrez les personnages de The Big Short

Second rôle mais rôle-clef, donc. Messager et créateur du film. C'est aussi un motif récurrent de la filmo d'un des plus importants power players d'Hollywood : à quelques exceptions évidentes (Seven, L'Etrange histoire de Benjamin Button, Le Stratège, World War Z) où il occupe l'écran en quasi-permanence, Brad est tout aussi bon voire meilleur quand il s'efface et déjoue les attentes – rappelez-vous, il met une demi-heure à débarquer dans Cogan ou parvient à dominer tout Tree of Life en quatre scènes. Brad, ou le meilleur faux premier rôle du cinéma actuel.

Thelma et Louise

Le rôle de l'apparition pour Brad, inoubliable en ex-détenu coiffé cow-boy qui va faire passer une folle nuit à Thelma (Geena Davis) avant de se barrer avec toutes ses économies. Mais qui va aussi malgré lui lui apprendre l'art du braquage.

True Romance

On oublie un peu ce super rôle de coloc foncedé vissé sur un canapé, et cette super scène où Brad tire sur un bang en écoutant du métal alors que débarque une bande de mafieux.

L'Armée des douze singes

Grand méchant taré et écolo qui traverse tout le film de Terry Gilliam en préparant l'éradication de la race humaine. Un rôle cartoon qui a décollé de Brad son sticker de poster boy et lui a valu sa nomination à l'Oscar du Meilleur second rôle.

Fight Club

On respectera les quelques personnes qui n'ont pas vu le film de Fincher et on se contentera de dire qu'il s'agit sans doute du second rôle ultime de la carrière de Brad, mais we do not talk about the fight club.

Snatch

Snatch joue la tendance de l'ensemble cast : un film sans vrai héros, fait entièrement de seconds rôles qui brillent pendant une ou deux scènes. Brad joue Mickey, un manouche aux poings de fer "dur comme un clou de cercueil" et surtout au phrasé imbitable. Rendons ici grâce à la voix française de Jean-Pierre Michaël, son amour pour les "chians" et la "car'van".

Ocean's Eleven

A part Clooney, que des seconds rôles dans la trilogie Ocean's de Soderbergh, dont la qualité est très franchement oscillante. Mais dans le premier Ocean's Eleven, Brad passe tout le film à se goinfrer de junk food (sérieusement, hors du casse final, pas une scène où il n'a pas un donut dans la bouche). Attention, spoiler : à la fin, après avoir avalé un cheeseburger, on voit qu'il a du mal à digérer tout ça.

Burn after reading

Dans la famille Débile, je voudrais Chad, coach de muscu complètement teubé qui trouve des documents top secret dans les vestiaires de son club de sport. Certes pas le meilleur Coen mais Brad prend un pied fou à jouer un con dont le vocabulaire est construit autour du mot "shit".

L'Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

Le vrai héros de ce sunset western étant Casey Affleck, la présence de Brad -aussi producteur, tiens tiens- dans les bottes du "bandit bien-aimé" est un aveuglant trompe-l'oeil qui illustre à merveille le thème principal de la filmo de l'acteur : même premier rôle, il s'efface, ici apparaît et disparaît comme un astre en fin de vie.

Inglourious Basterds

Amusez-vous à chronométrer le temps de présence à l'écran de Brad chez Tarantino : très, très inférieur à ceux de Christoph Waltz et de Mélanie Laurent, mais pas moins marquant. Menton en avant, accent américain épais comme de la mélasse, cicatrice sur le cou...

Happy Feet 2

Derrière la carapace de ces deux bestioles se cachent Matt Damon et Brad Pitt. Bill et Will les krills (plancton en anglais) qui découvrent et affirment leur individualité face à la masse du plancton destiné à se faire bouffer par des baleines. Un micro-résumé de la morale happyfeetienne de ne jamais se laisser écraser par la masse.

Cartel

Brad sort la panoplie de cow-boy dans le superbe, terriblement noir et injustement mal-aimé Cartel de Ridley Scott. Sous son stetson, il semble jouer un businessman de la came et n'a que trois scènes mais sert surtout d'oracle tragique annonçant les pires horreurs envers le héros joué par Michael Fassbender. Et le pire finit par arriver.

12 Years a Slave

DR

Autre film produit par Brad où il n'a qu'une apparition éclair mais significative : celui de l'homme qui va permettre à Solomon (Chiwetel Ejiofor) de s'échapper de la plantation où il est détenu comme esclave. Triomphe public et critique et triomphe de Brad qui en tant que producteur s'est emparé là de l'Oscar du Meilleur film.

Bande-annonce de The Big Short - Le Casse du siècle, en salles le 23 décembre :

Prochainement au Cinéma